Les 10 risques prin­ci­paux

Les Affaires - - Marché Internatio­nal - – PIERRE THÉ­ROUX

Ex­por­ta­tion et dé­ve­lop­pe­ment Ca­na­da a ré­cem­ment dres­sé une liste des 10 risques prin­ci­paux aux­quels les ex­por­ta­teurs ca­na­diens font face à l’in­ter­na­tio­nal. Les voi­ci, par ordre dé­crois­sant de gra­vi­té :

1.

For­te­resse amé­ri­caine Si les États-Unis dé­cident d’im­po­ser une taxe aux fron­tières ou se montrent in­tran­si­geants au cours de la re­né­go­cia­tion de l’ALÉNA, la re­la­tion com­mer­ciale avec le Ca­na­da pour­rait en souf­frir.

2.

Im­mo­bi­lisme po­li­tique aux États-Unis Des pro­blèmes po­li­tiques in­té­rieurs pour­raient em­pê­cher l’ad­mi­nis­tra­tion amé­ri­caine d’adop­ter des lois, ce qui ra­len­ti­rait la crois­sance éco­no­mique des États-Unis.

3.

Pro­tec­tion­nisme mon­dial Cer­tains pays pour­raient éri­ger des obs­tacles au com­merce qui met­traient sé­rieu­se­ment à mal l’éco­no­mie mon­diale.

4.

Brexit mou­ve­men­té Le Royaume-Uni est l’un des plus im­por­tants par­te­naires com­mer­ciaux du Ca­na­da dans l’Union eu­ro­péenne (UE). L’ave­nir in­cer­tain de la re­la­tion entre l’État bri­tan­nique et l’UE et le risque que le Brexit soit mou­ve­men­té pour­raient fi­nir par tou­cher les en­tre­prises ca­na­diennes.

5.

Cy­be­rat­taque contre une im­por­tante en­ti­té pu­blique ou pri­vée L’at­taque per­pé­trée en mai 2017 contre des sys­tèmes in­for­ma­tiques par­tout dans le monde montre à quel point ce type de risque s’est ra­pi­de­ment ré­pan­du et ag­gra­vé.

6.

Conflit dans la pé­nin­sule co­réenne La Co­rée du Sud est le troi­sième mar­ché d’ex­por­ta­tion du Ca­na­da en Asie et son sixième dans le monde. Cette re­la­tion com­mer­ciale bi­la­té­rale de­vrait se dé­ve­lop­per da­van­tage grâce à l’en­trée en vi­gueur de l’ac­cord de li­breé­change entre les deux na­tions. Si la si­tua­tion de la pé­nin­sule co­réenne s’en­ve­nime au point de de­ve­nir in­stable, la crois­sance sur ce mar­ché pour­rait en éco­per, tout comme les in­té­rêts com­mer­ciaux au Ja­pon, vu sa proxi­mi­té.

7.

Dé­faut de paie­ment qua­si sou­ve­rain Il s’agit du risque qu’une en­ti­té pu­blique (so­cié­té d’État) manque à ses obli­ga­tions fi­nan­cières et que l’État ne veuille ou ne puisse pas in­ter­ve­nir pour la main­te­nir à flot. Le gou­ver­ne­ment chi­nois contrôle plu­sieurs en­ti­tés de très grande taille qui entrent dans cette ca­té­go­rie. C’est aus­si le cas de grandes pé­tro­lières dans plu­sieurs na­tions. Les en­tre­prises ca­na­diennes qui font af­faire avec une so­cié­té d’État d’en­ver­gure ou qui font par­tie de sa chaîne d’ap­pro­vi­sion­ne­ment mon­diale risquent de su­bir d’im­por­tants dom­mages en cas de dé­faut de paie­ment qua­si sou­ve­rain. Même si ce risque reste faible, toute en­tre­prise qui traite avec des so­cié­tés d’État de­vrait en te­nir compte.

8.

Ter­ro­risme 2.0 Les voyages d’af­faires pour­raient être per­tur­bés, entre autres consé­quences d’at­taques ter­ro­ristes.

9.

Guerre entre États Le risque de conflits au Moyen-Orient a aug­men­té der­niè­re­ment, no­tam­ment avec les fric­tions entre l’Ara­bie saou­dite et le Qa­tar, et entre les États du Golfe et l’Iran. Si cette ré­gion entre en guerre, les cours pé­tro­liers mon­diaux et les en­tre­prises ca­na­diennes qui y sont pré­sentes en su­bi­ront les contre­coups.

10.

Crise du cré­dit ou crise fi­nan­cière en Chine Les or­ga­nismes de ré­gle­men­ta­tion chi­nois sou­haitent mettre en place une sur­veillance du sec­teur d’ac­ti­vi­tés ban­caires pa­ral­lèles afin de cor­ri­ger les in­éga­li­tés du sys­tème fi­nan­cier. C’est un pro­ces­sus qui, s’il est mal gé­ré, pour­rait pé­na­li­ser d’autres sec­teurs de l’éco­no­mie chi­noise et peu­têtre aus­si les en­tre­prises ca­na­diennes qui font des af­faires sur ce mar­ché. – PIERRE THÉ­ROUX

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.