Vous n’êtes pas tout seul

Les Affaires - - Billet | Sommaire - Ju­lie Cailliau Ré­dac­trice en chef, Groupe Les Af­faires ju­[email protected] @ju­lie140c

Edith et Ju­lien Ar­se­nault, Hu­go et Ma­rie Pier Ger­main, Sé­bas­tien Bour­ras­sa, Lau­rence Vincent, An­nick Gué­rard... Re­te­nez bien leurs noms, car ils se pré­parent, en ce mo­ment même, à prendre la re­lève dans leur en­tre­prise. Pa­tiem­ment, mé­tho­di­que­ment, ils ap­prennent leur fu­tur mé­tier de pre­mier di­ri­geant. Ils sont dans l’an­ti­chambre du pou­voir, nous les avons bap­ti­sés « les dau­phins », et ce sont les ve­dettes de notre nu­mé­ro spé­cial.

À l’oc­ca­sion de la pu­bli­ca­tion de notre clas­se­ment an­nuel des 300 plus grandes PME du Qué­bec, nous avons choi­si de bra­quer les pro­jec­teurs sur des en­tre­prises, pe­tites et grandes, qui ont eu la sa­gesse de bâ­tir et de mettre en oeuvre un plan de re­lève, afin d’ins­pi­rer celles qui n’en ont pas en­core.

Qu’on se le dise : avoir un plan de re­lève n’est pas la norme dans les PME du Qué­bec. Il n’a pas été fa­cile de re­pé­rer les dau­phins dont vous al­lez lire le por­trait. Il y a de mul­tiples rai­sons à ce­la. Dé­voi­ler le nom de l’élu peut créer des ja­lou­sies et en­tra­ver la col­lé­gia­li­té dans l’équipe de di­rec­tion. Et puis, les cé­dants n’ont tout sim­ple­ment pas en­vie d’alar­mer leurs clients, leurs four­nis­seurs ou leurs em­ployés en ad­met­tant un trans­fert im­mi­nent, qui pour­rait dé­sta­bi­li­ser l’en­tre­prise.

Pour­tant, en tant que par­te­naire d’af­faires d’une en­tre­prise, ne se­riez-vous pas ras­su­ré de sa­voir qu’elle s’est do­tée d’un plan de match pré­cis en cas de dé­part du pré­sident ? Nous pen­sons (en­fin, ce sont sur­tout les ex­perts qui nous le disent !) en ef­fet qu’il est bien avi­sé de pla­ni­fier qui pren­dra sa re­lève, quelles étapes le dau­phin de­vra fran­chir, et de quels ou­tils il ou elle au­ra be­soin pour pro­gres­si­ve­ment em­bras­ser ses hautes res­pon­sa­bi­li­tés.

D’après une étude de la Banque de dé­ve­lop­pe­ment du Ca­na­da (BDC) pa­rue le mois der­nier, 41 % des en­tre­pre­neurs du pays pré­voient se re­ti­rer d’ici cinq ans. C’est tout sim­ple­ment dé­mo­gra­phique. Or, ceux qui sont sur leur dé­part « ra­len­tissent la ca­dence de fa­çon pré­ma­tu­rée ». C’est ris­qué ! D’après la BDC, « ces en­tre­pre­neurs sous-es­timent le temps né­ces­saire pour pas­ser le flam­beau au nou­veau pro­prié­taire et à la nou­velle équipe de di­rec­tion et les ef­forts à faire pour ti­rer le maxi­mum de la vente de leur en­tre­prise ».

Alors, si vous êtes un cé­dant en puis­sance et si vous hé­si­tez en­core à le re­con­naître, sor­tez du pla­card. Vous n’êtes pas tout seul. Faire un plan de re­lève, c’est comme faire un tes­ta­ment; ça ne fait pas mou­rir. Li­sez nos his­toires, ins­pi­rez-vous, puis lan­cez-vous !

la

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.