Ce n’est que le dé­but

Les Affaires - - Sommaire - So­cié­tés dont on parle

Si on se fie au plus ré­cent pal­ma­rès d’Ubi Glo­bal, un or­ga­nisme sué­dois qui com­pare les in­cu­ba­teurs uni­ver­si­taires, on fait quelque chose de bien au Ca­na­da dans le do­maine des start-up. Dans la ca­té­go­rie « ac­cé­lé­ra­teurs liés à une uni­ver­si­té », les trois pre­mières places du clas­se­ment dé­voi­lé fin fé­vrier sont oc­cu­pées par des ac­cé­lé­ra­teurs ca­na­diens: le York En­tre­pre­neur­ship De­ve­lop­ment Ins­ti­tute, de l’Uni­ver­si­té York, sui­vi d’En­tre­pre­neu­riat La­val, de l’Uni­ver­si­té La­val, puis de Tec Ed­mon­ton, de l’Uni­ver­si­té de l’Al­ber­ta.

Dans le foi­son­ne­ment des nou­velles ré­centes de la pé­pi­nière de start-up du Qué­bec, on ap­pre­nait aus­si, mi-fé­vrier, que le tout pre­mier fonds de ca­pi­tal de risque gé­ré par des étu­diants, Front Row Ven­tures, réa­li­sait son pre­mier in­ves­tis­se­ment dans une en­tre­prise fon­dée elle aus­si par des étu­diants, Pel­cro. Aus­si, que le Par­cours en­tre­pre­neu­rial Ré­mi-Mar­coux (du nom du fon­da­teur de TC Trans­con­ti­nen­tal, pro­prié­taire de Les Af­faires) ré­col­tait des par­te­na­riats de re­nom pour ses in­cu­bés: Ama­zon Web Ser­vices, Google, Cy­be­rim­pact et Hubs­pot, de­ve­nant « le seul pro­gramme d’en­tre­pre­neu­riat du Qué­bec à avoir ces quatre par­te­na­riats ».

L’es­prit d’en­tre­prise bouillonne, donc, dans nos uni­ver­si­tés. De­puis quelques an­nées, on sent mon­ter la fièvre start-up comme une fier­té à Mont­réal, Qué­bec, Sher­brooke, Sha­wi­ni­gan... On se met à rê­ver de ri­va­li­ser avec les grands pôles tech­nos de la pla­nète, au pre­mier rang des­quels, la Si­li­con Val­ley.

La man­chette de De­nis La­londe, dans ce nu­mé­ro du jour­nal, nous ra­mène les pieds sur terre. Ten­tons une ana­lo­gie: si la Si­li­con Val­ley était une en­tre­prise ma­ture et ro­dée, l’éco­sys­tème start-up du Qué­bec se­rait lui-même... une start-up. Dans une pu­bli­ca­tion sur Fa­ce­book, l’au­tomne der­nier, La Main (Mou­ve­ment des ac­cé­lé­ra­teurs d’in­no­va­tion du Qué­bec) écri­vait très jus­te­ment: « When it comes to star­tups, « Mont­réal is just the be­gin­ning. » » Les lys plan­tés ici s’épa­nouissent ailleurs, sou­vent dans la Val­ley.

Nous sommes une puis­sance tech­no­lo­gique en de­ve­nir, donc. Pour la nour­rir, il fau­dra des quan­ti­tés mas­sives d’ar­gent et de ta­lent.

Pour l’ar­gent, on pour­ra comp­ter sur le sou­tien de Qué­bec, qui an­non­çait la se­maine der­nière des in­ves­tis­se­ments to­taux de 15 mil­lions de dol­lars dans l’ap­pui aux in­cu­ba­teurs, aux ac­cé­lé­ra­teurs d’en­tre­prises et aux centres d’en­tre­pre­neu­riat uni­ver­si­taires, ain­si que dans le pro­gramme Star­tup Qué­bec. Pour le ta­lent, il fau­dra jouer du coude pour ri­va­li­ser avec la concur­rence de marques em­ployeurs fortes comme Fa­ce­book, Google, et autres mas­to­dontes ve­nus... de la côte Ouest!

la

Do­nald Trump a in­di­qué, le 1er mars, son in­ten­tion de pro­mul­guer des taxes spé­ciales sur les im­por­ta­tions d’acier et d’alu­mi­nium. L’acier pour­rait être tou­ché à hau­teur de 25 % et l’alu­mi­nium, à hau­teur de 10 %, se­lon le pré­sident des États-Unis. L’im­po­si­tion de ces ta­rifs au­rait des ef­fets bé­né­fiques pour Al­can et l’Iron Ore, se­lon BMO Mar­chés des ca­pi­taux. En ef­fet, les États-Unis n’au­raient pas suf­fi­sam­ment de flexi­bi­li­té pour aug­men­ter leur ca­pa­ci­té de pro­duc­tion à court terme. « Ils de­vront conti­nuer à im­por­ter de l’alu­mi­nium [d’ici], payer la taxe de 10 % et la re­fi­ler au consom­ma­teur », font va­loir les ana­lystes, en sou­li­gnant que le prix de l’alu­mi­nium de­vrait aug­men­ter et contri­buer à haus­ser les re­ve­nus de Rio Tin­to de 1 % et son bé­né­fice d’ex­ploi­ta­tion, de 2 %. Sur notre pho­to, une acié­rie à Clair­ton, en Penn­syl­va­nie. – LES AF­FAIRES Tou­risme Mont­réal et l’Of­fice du tou­risme de Mexi­co ont si­gné le 26 fé­vrier der­nier un pro­to­cole de col­la­bo­ra­tion. « Le tou­risme re­pré­sente un mo­teur de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et so­cial ma­jeur pour le Qué­bec et le Mexique. Nous vou­lons ac­cen­tuer nos échanges com­mer­ciaux pour sou­te­nir la crois­sance d’une in­dus­trie tou­ris­tique », a sou­li­gné Yves La­lu­mière, pré­si­dent­di­rec­teur gé­né­ral de Tou­risme Mont­réal, en marge de la mis­sion com­mer­ciale qui réunis­sait plu­sieurs par­te­naires et in­ter­ve­nants du mi­lieu des af­faires mont­réa­lais à Mexi­co. En 2017, le tou­risme en pro­ve­nance du Mexique a fait un bond de 50 % à Mont­réal par rap­port à 2016. Cette an­née, Tou­risme Mont­réal s’at­tend à ce que mar­ché pro­gresse de 15 %. Les deux of­fices du tou­risme ont donc conve­nu de tra­vailler pour aug­men­ter l’af­fluence tou­ris­tique dans les deux villes. Les deux or­ga­nismes par­ta­ge­ront leurs in­di­ca­teurs de per­for­mance, leurs stra­té­gies d’ac­cueil et leurs ou­tils tech­no­lo­giques en vue d’amé­lio­rer leurs mé­thodes de tra­vail. – LES AF­FAIRES

Ju­lie Cailliau Ré­dac­trice en chef, Groupe Les Af­faires ju­lie.cailliau@tc.tc C @ju­lie140c

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.