Les nou­veaux FNB de ré­par­ti­tion d’ac­tifs Van­guard : la sim­pli­ci­té, mais à quel coût ?

Les Affaires - - Investir - Chro­nique

lors que la mode est aux fonds né­go­ciés en Bourse (FNB) de cryp­to­mon­naie et de ma­ri­jua­na, la so­cié­té Van­guard lance trois fonds « équi­li­brés » d’une sim­pli­ci­té désar­mante: tous trois in­ves­tissent dans des pro­por­tions dif­fé­rentes dans sept FNB in­di­ciels de base Van­guard dé­jà exis­tants, soit quatre com­po­sés d’ac­tions et trois de titres à re­ve­nu fixe.

Ce sont donc trois « fonds de fonds », mais qui uti­lisent des FNB plu­tôt que des fonds com­muns de pla­ce­ment (fonds mu­tuels) comme élé­ments consti­tu­tifs.

Le Van­guard Con­ser­va­tive ETF Port­fo­lio (VCNS) dé­tient 40% en ac­tions et 60% en titres à re­ve­nu fixe; le Van­guard Ba­lan­ced ETF Port­fo­lio (VBAL) dé­tient 60% en ac­tions et 40% en titres à re­ve­nu fixe; en­fin, le Van­guard Growth ETF Port­fo­lio (VGRO) dé­tient 80% en ac­tions et 20% en titres à re­ve­nu fixe. Le ré­équi­li­brage pé­rio­dique per­met de main­te­nir une ex­po­si­tion conforme aux ré­par­ti­tions cibles et aux ni­veaux de risque choi­sis.

La pro­por­tion entre les types d’ac­tions de­meure la même dans les trois FNB. Ain­si, celle en ac­tions ca­na­diennes est main­te­nue à 30%. Celle en ac­tions amé­ri­caines est d’un peu moins de 38%, alors que celle en ac­tions ailleurs dans le monde est d’un peu plus de 32%, soit 25% pour les mar­chés dé­ve­lop­pés et 7,4% pour les mar­chés émer­gents.

De même, la pro­por­tion entre les types d’obli­ga­tions est presque la même entre les trois nou­veaux FNB, soit un peu moins de 59% pour les obli­ga­tions ca­na­diennes, 18% pour les obli­ga­tions amé­ri­caines et en­vi­ron 23% pour les obli­ga­tions mon­diales.

Les nou­veaux FNB de ré­par­ti­tion d’ac­tifs Van­guard ne ré­in­ventent pas la roue, mais le coût to­tal de dé­ten­tion de ces so­lu­tions « tout-en-un », qui de­vrait os­cil­ler au­tour de 0,25%, vient chan­ger la donne dans le seg­ment très po­pu­laire des fonds com­bi­nant ac­tions et obli­ga­tions. Sur­tout que cer­tains cour­tiers es­comp­teurs per­mettent dé­sor­mais d’ac­qué­rir les FNB sans com­mis­sion. En com­pa­rai­son, cer­tains fonds équi­li­brés Tan­ge­rine, qui adoptent aus­si une ap­proche in­di­cielle, af­fichent un ra­tio des frais de ges­tion de 1,07%.

Les nou­veaux fonds Van­guard risquent aus­si de sus­ci­ter l’in­té­rêt de ceux qui en­vi­sagent de confier leurs pla­ce­ments à des « ro­bots-conseillers », ou de ceux qui l’ont dé­jà fait. Ces ro­bots-conseillers éla­borent un plan de ré­par­ti­tion d’ac­tifs de votre por­te­feuille et le ré­équi­librent ré­gu­liè­re­ment. Leurs ho­no­raires sont sou­vent de 0,50% sur une base an­nuelle, aux­quels il faut ajou­ter les frais de ges­tion des FNB in­di­ciels dans les­quels ils in­ves­tissent votre ar­gent. Cer­tains in­ves­tis­seurs se de­man­de­ront ce qu’ils ob­tiennent de plus en payant de deux à trois plus cher pour les ser­vices d’un ro­bot-conseiller plu­tôt que d’ache­ter les nou­veaux fonds Van­guard.

L’avan­tage des fonds com­muns in­di­ciels ou des ser­vices de ro­bots-conseillers par rap­port aux nou­veaux fonds Van­guard est qu’ils per­mettent la mise sur pied d’un pro­gramme d’in­ves­tis­se­ment pé­rio­dique, qui éli­mine le be­soin de faire une tran­sac­tion chaque fois que vous dé­si­rez ajou­ter à vos pla­ce­ments. À cet égard, les Fonds Sé­rie e TD, dont les ra­tios des frais de ges­tion va­rient de 0,33% à 0,52%, per­mettent d’as­sem­bler soi-même un por­te­feuille et d’y faire des contri­bu­tions pé­rio­di­que­ment.

La por­tion en re­ve­nu fixe

À mon avis, le prin­ci­pal pro­blème de tous les fonds équi­li­brés ré­side dans la por­tion en re­ve­nu fixe. Dans une vie an­té­rieure, j’ai pu consta­ter qu’une ma­jo­ri­té de ceux qui achètent ces fonds ne com­prennent pas que les obli­ga­tions perdent de la va­leur lorsque les taux d’in­té­rêt montent.

Ain­si, le Van­guard Ca­na­dian Ag­gre­gate Bond In­dex (VAB), uti­li­sé dans les trois nou­veaux FNB Van­guard, a re­cu­lé de 7,3% entre son som­met du 3 juillet 2016 et son creux du 4 fé­vrier der­nier. Le Van­guard U.S. Ag­gre­gate Bond (VBU) et le Van­guard Glo­bal ex-U.S. Ag­gre­gate Bond (VBG) ont re­cu­lé de 6,4% et de 4,1%, res­pec­ti­ve­ment, du­rant la même pé­riode. Évi­dem­ment, les ren­de­ments obli­ga­taires ont été po­si­tifs de 2001 à 2015, alors que les taux bais­saient et la va­leur des obli­ga­tions grim­pait. Leur baisse de va­leur sur­ve­nue de­puis peu a été jus­qu’à ré­cem­ment mas­quée par la spec­ta­cu­laire en­vo­lée des ac­tions aux États-Unis.

Tou­te­fois, sui­vant en ce­la le mou­ve­ment des taux amé­ri­cains, le ren­de­ment des obli­ga­tions ca­na­diennes de 10 ans est pas­sé de 0,95% en 2016 à 2,38% der­niè­re­ment. Si la Ré­serve fé­dé­rale amé­ri­caine conti­nue de haus­ser ses taux, ceux de 10 ans de­vraient conti­nuer de grim­per et le prix des obli­ga­tions de bais­ser, tant aux États-Unis qu’au Ca­na­da.

C’est pour­quoi les par­ti­cu­liers pour qui l’ex­pres­sion « re­ve­nu fixe », si­gni­fie « ca­pi­tal pro­té­gé » de­vraient plu­tôt consi­dé­rer une échelle de cer­ti­fi­cats de pla­ce­ment ga­ran­ti avec des échéances al­lant de un à cinq ans, où chaque échéance est tou­jours re­pla­cée pour cinq ans, pour consti­tuer la por­tion à re­ve­nu fixe de leur por­te­feuille.

Ils peuvent s’ins­pi­rer des pon­dé­ra­tions pro­po­sées par Van­guard pour la por­tion en ac­tions ca­na­diennes et étran­gères et créer eux-mêmes un por­te­feuille équi­li­bré en choi­sis­sant exac­te­ment la por­tion qu’ils veulent ris­quer en ac­tions alors que le reste de leur ca­pi­tal est pro­té­gé. Cette so­lu­tion n’est pas aus­si simple qu’un « tout-en-un », mais elle risque d’être moins dom­ma­geable dans cette conjonc­ture de hausses de taux.

la

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.