La longue quête du fi­nan­ce­ment

Les Affaires - - Industrie minière - In­dus­trie minière Pierre Thé­roux re­dac­tion­le­saf­faires@tc.tc

Arianne Phos­phate fai­sait face à un di­lemme. Pour convaincre les ins­ti­tu­tions fi­nan­cières du bien-fon­dé de son pro­jet mi­nier du Lac-à-Paul, dans la ré­gion du Saguenay–Lac-SaintJean, l’en­tre­prise minière de­vait leur four­nir une liste de clients. Les clients po­ten­tiels, de leur cô­té, vou­laient s’as­su­rer que l’en­tre­prise avait le fi­nan­ce­ment né­ces­saire pour me­ner le pro­jet à terme avant de s’en­ga­ger.

« Cette danse-là a du­ré plus d’un an », se rap­pelle Jean-Sé­bas­tien Da­vid, chef des opé­ra­tions d’Arianne Phos­phate. Pour dé­nouer l’im­passe, la so­cié­té s’est tour­née l’au­tomne der­nier vers En­dea­vour, une banque d’in­ves­tis­se­ment pri­vée lon­do­nienne spé­cia­li­sée dans les col­lectes de fonds et les conseils fi­nan­ciers pour les en­tre­prises du sec­teur des res­sources na­tu­relles. Al­ler voir ailleurs « On avait co­gné à plu­sieurs portes au Ca­na­da, et même à New York et à Bos­ton, mais les banques d’ici ne connaissent pas le mar­ché du phos­phate, contrai­re­ment au mar­ché fi­nan­cier eu­ro­péen », ex­plique M. Da­vid. De­puis, plu­sieurs ins­ti­tu­tions fi­nan­cières et clients ont ma­ni­fes­té un in­té­rêt en­vers le pro­jet d’Arianne Phos­phate, af­firme-t-il. « Les banques nous de­mandent d’avoir un car­net de com­mandes de plus de 60 % à 70 % et nous sommes en bonne voie de l’at­teindre », sou­ligne M. Da­vid.

La so­cié­té minière Cor­po­ra­tion Élé­ments Cri­tiques, qui dé­ve­loppe un pro­jet de mine de li­thium à la Baie-James, vient aus­si de re­te­nir les ser­vices d’un conseiller fi­nan­cier stra­té­gique, Ca­nac­cord Ge­nui­ty, pour re­cher­cher, en­ga­ger et éva­luer des in­ves­tis­seurs et des par­te­naires stra­té­giques mon­diaux afin de faire avan­cer le pro­jet Rose jus­qu’à la pro­duc­tion. Des uti­li­sa­teur­sin­ves­tis­seurs Pour ten­ter de sé­cu­ri­ser l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en li­thium, qui pour­rait se faire rare en pré­vi­sion d’une forte de­mande de vé­hi­cules élec­triques, les uti­li­sa­teurs comme les construc­teurs au­to­mo­biles ou en­core les fa­bri­cants de ca­thodes et de bat­te­ries s’as­so­cient de plus en plus avec des so­cié­tés mi­nières pour in­ves­tir dans leur pro­jet de dé­ve­lop­pe­ment. Re­gar­der vers l’Asie C’est néan­moins un long pro­ces­sus, car ces uti­li­sa­teurs « ne sont pas des opé­ra­teurs de mines et n’ont pas l’ha­bi­tude d’in­ves­tir di­rec­te­ment dans des pro­jets mi­niers », in­dique Jean-Sé­bas­tien La­val­lée, pré­sident du conseil et chef de la di­rec­tion de Cor­po­ra­tion Élé­ments Cri­tiques, qui s’est jus­te­ment ren­du en Asie ré­cem­ment pour ren­con­trer des uti­li­sa­teurs. La plu­part des pro­jets de mines de li­thium en Aus­tra­lie et en Amé­rique du Sud ont en ef­fet dé­jà re­çu l’aval fi­nan­cier d’uti­li­sa­teurs chi­nois. « On est sûr d’ar­ri­ver à une en­tente avec un par­te­naire sous peu », af­firme M. La­val­lée, qui se rend aus­si ré­gu­liè­re­ment aux États-Unis et en Eu­rope pour ex­plo­rer ces mar­chés. Beau­coup de temps et d’éner­gie La re­cherche de fi­nan­ce­ment « de­mande beau­coup de temps et d’éner­gie, sur­tout dans le do­maine des mi­né­raux in­dus­triels », constate éga­le­ment Be­noît Gas­con, pré­sident et chef de la di­rec­tion de Ma­son Gra­phite, qui tra­vaille au dé­ve­lop­pe­ment du gi­se­ment de gra­phite du Lac Gué­ret à en­vi­ron 285 ki­lo­mètres au nord de Baie-Co­meau, où elle ins­tal­le­ra par ailleurs son usine de trai­te­ment.

Voi­là pour­quoi l’in­dus­trie minière qué­bé­coise « va cher­cher son fi­nan­ce­ment par­tout sur la pla­nète », confirme Jo­sée Mé­thot, PDG de l’As­so­cia­tion minière du Qué­bec (AMQ). Mais la dif­fi­cul­té à ob­te­nir un ren­de­ment ra­pide de l’in­ves­tis­se­ment nuit au dé­ve­lop­pe­ment de pro­jets au Qué­bec. « On peut comp­ter sur d’ex­cel­lents gi­se­ments et des ex­per­tises en géo­lo­gie, mais com­pa­ra­ti­ve­ment à d’autres pays, les longs pro­ces­sus et dé­lais pour ob­te­nir les au­to­ri­sa­tions né­ces­saires freinent l’ar­deur des in­ves­tis­seurs », es­time Mme Mé­thot.

la

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.