Conseils de dra­gons

Les Affaires - - Entreprene­uriat -

Le mo­ment ve­nu de vous pré­sen­ter de­vant des in­ves­tis­seurs pour ac­cé­lé­rer votre crois­sance ou même pour dé­mar­rer, que vous fau­dra-t-il dé­mon­trer ? Pour le com­prendre, nous avons réuni trois en­tre­pre­neurs et in­ves­tis­seurs ré­pu­tés.

1. Christiane Ger­main, co­pré­si­dente du Groupe Ger­main Hô­tels

« Lors­qu’un en­tre­pre­neur se présente de­vant moi, il faut que je sois ca­pable de sai­sir ra­pi­de­ment s’il y a un bon “match” entre nous. C’est quelque chose de très per­son­nel, en fait, je dois me l’una­ni­mi­té par­mi les groupes d’in­ves­tis­seurs in­ter­ro­gés. « Ça me prend des gens qui trans­pirent la confiance en eux », nous ré­vèle le dra­gon Do­mi­nique Brown alors qu’il ex­plique com­ment il choi­sit les en­tre­pre­neurs dans les­quels il in­ves­tit. Or, la confiance en soi n’est pas don­née à tous… ni à toutes.

Se­lon l’étude 2017 du Glo­bal En­tre­pre­neur­ship Mo­ni­tor, il existe une dif­fé­rence ma­jeure entre le de­gré de confiance des hommes en­vers leurs propres ap­ti­tudes à en­tre­prendre et ce­lui des femmes. Il s’agit d’ailleurs de l’un des prin­ci­paux freins au dé­ve­lop­pe­ment de l’en­tre­pre­neu­riat fé­mi­nin au Qué­bec, et ailleurs dans le sen­tir bien. Nos va­leurs doivent se res­sem­bler. S’il veut juste faire de l’argent, ça ne m’in­té­resse pas. Je veux in­ves­tir dans des gens pour qui l’hu­main et son équipe sont im­por­tants. »

2. Ca­ro­line Né­ron, pré­si­dente du Groupe Né­ron

« Oui, j’in­ves­tis dans l’en­tre­pre­neur, mais pas seule­ment. Je me fie beau­coup à mon ins­tinct. Bien sûr, il faut une sy­ner­gie entre nous, je veux des gens pas­sion­nés, trans­pa­rents, mais son pro­duit ou son ser­vice doit aus­si ré­pondre à un be­soin. Je veux que le monde. Se­lon plu­sieurs re­cherches, ce manque de confiance des femmes en­vers leur ca­pa­ci­té à en­tre­prendre peut en­traî­ner dif­fé­rentes consé­quences : une plus grande dif­fi­cul­té à ac­cé­der à du fi­nan­ce­ment, une ten­dance à en­tre­prendre plus mo­des­te­ment et dans des sec­teurs à plus faible crois­sance de même qu’un plus grand be­soin d’ac­com­pa­gne­ment.

Évi­dem­ment, ce manque de confiance ne touche pas toutes les femmes et plu­sieurs en­tre­pre­neures ne se sentent ab­so­lu­ment pas concer­nées par cette réa­li­té. Tou­te­fois, pour celles qui vivent cette constante in­cer­ti­tude in­té­rieure, bonne nou­velle : la confiance en soi peut

John Mur­phy suc­cé­de­ra à Sean Weir, qui as­sume ces fonc­tions de­puis 18 ans. Me Mur­phy est un avo­cat de pre­mier plan en droit de la construc­tion. Il a re­pré­sen­té ré­gu­liè­re­ment des en­tre­pre­neurs gé­né­raux, des so­cié­tés de cau­tion­ne­ment, des as­su­reurs, des sous-trai­tants et des pro­prié­taires dans des af­faires tou­chant tous les as­pects du droit de la construc­tion. Di­plô­mé en droit civil de l’Uni­ver­si­té de Sher­brooke et ti­tu­laire d’un bac­ca­lau­réat en com­merce de l’Uni­ver­si­té McGill, Me Mur­phy a été ad­mis au Bar­reau du Qué­bec en 1990. De 2003 à 2014, il a été membre du Con­seil de la so­cié­té du ca­bi­net, qu’il a éga­le­ment pré­si­dé pour la pé­riode 2006-2007. An­cien as­so­cié di­rec­teur ré­gio­nal du bu­reau de Mon­tréal de BLG (de 2006 à 2017), il est re­con­nu de­puis 2008 dans la publicatio­n The Best Lawyers in Ca­na­da. Mo­nique Simard a été pré­si­dente et chef de la di­rec­tion de la So­cié­té de dé­ve­lop­pe­ment des en­tre­prises cultu­relles (SODEC) de 2014 à 2018. Pré­cé­dem­ment, elle avait été pro­duc­trice et vi­ce­pré­si­dente des Pro­duc­tions Vi­rage de 1998 à 2008 et di­rec­trice gé­né­rale – Pro­gramme fran­çais de l’Of­fice na­tio­nal du film du Ca­na­da. Mme Simard a aus­si été dé­pu­tée du Par­ti qué­bé­cois dans la cir­cons­crip­tion de La Prai­rie de 1996 à 1998. Elle est di­plô­mée en science po­li­tique et en his­toire à l’Uni­ver­si­té du Qué­bec à Mon­tréal. Jean-Fran­çois Sé­guin re­vient au Ca­na­da pour se joindre à l’équipe de Dia­logue, une pla­te­forme de soins de san­té vir­tuels, après avoir tra­vaillé cinq ans à Londres, au Royaume-Uni, à titre de vice-pré­sident, ser­vices de banque d’af­faires chez Roth­schild & Co puis d’avo­cat sé­nior au sein de l’équipe du ca­bi­net d’avo­cats Clif­ford Chance, ain­si qu’à Riyad, en Ara­bie saou­dite. Il a pré­cé­dem­ment été avo­cat au sein du ca­bi­net d’avo­cats Fas­ken, à Mon­tréal. Roch Cou­si­neau cu­mule plus de 30 ans d’ex­pé­rience en tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion. Il se joint à Ter­ra­no­va World­wide Cor­po­ra­tion, de La­val, qui conçoit des so­lu­tions d’ap­pren­tis­sage por­tant sur la sé­cu­ri­té de l’in­for­ma­tion. Ter­ra­no­va avait an­non­cé en fé­vrier un in­ves­tis­se­ment de 5 M$ du Fonds de so­li­da­ti­té FTQ. M. Cou­si­neau a été au­pa­ra­vant ges­tion­naire de compte ré­gio­nal pour l’en­tre­prise Ta­nium. Il a aus­si été vice-pré­sident des ventes chez CA Tech­no­lo­gies et di­rec­teur du dé­ve­lop­pe­ment des af­faires chez Te­lus. Il est ti­tu­laire d’un bac­ca­lau­réat ès sciences en science informatiq­ue et d’une maî­trise en ad­mi­nis­tra­tion des af­faires. Charles Des­pins est pro­fes­seur à l’ÉTS de­puis 2009. Il a aus­si tra­vaillé plu­sieurs an­nées dans le mi­lieu in­dus­triel, no­tam­ment à titre de PDG du consor­tium Prompt, de vice-pré­sident et chef de la di­rec­tion tech­no­lo­gique de Bell Nor­diq et de di­rec­teur prin­ci­pal du dé­ve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique chez Mi­cro­cell Te­le­com­mu­ni­ca­tions. Fel­low de l’Ins­ti­tut ca­na­dien des in­gé­nieurs, il est aus­si lau­réat du prix d’ex­cel­lence en in­gé­nie­rie d’IEEE Ca­na­da. Mi­chel Bru­net a été chef de la di­rec­tion de Fra­ser Mil­ner Cas­grain de 2006 à 2010 et pré­sident de Den­tons Ca­na­da S.E.N.C.R.L., poste qu’il a oc­cu­pé de 2005 à 2017. Il a été clas­sé par­mi les avo­cats ca­na­diens de pre­mier plan par The Ca­na­dian Le­gal Lex­pert Di­rec­to­ry, par­mi les avo­cats de pre­mier plan au Ca­na­da dans le do­maine du droit des so­cié­tés par Best Lawyers in Ca­na­da et nom­mé Acri­tas Star™ Lawyer par Acri­tas Stars: In­de­pen­dent­ly Ra­ted Lawyers. Charles Belle Isle se joint au ca­bi­net mon­té­ra­lais Mé­ti­vier Groupe con­seil. Il a com­men­cé sa car­rière en ges­tion des res­sources hu­maines pour en­suite se spé­cia­li­ser en re­cru­te­ment de cadres. Il a fon­dé la firme de re­cru­te­ment Belle Isle, Djand­ji, Re­cherche de cadres et a été à sa tête pen­dant une quin­zaine d’an­nées. M. Belle Isle a par la suite été as­so­cié au sein d’Am­rop Knights­bridge pen­dant près de dix ans. Il est di­plô­mé de l’Uni­ver­si­té de Mon­tréal en re­la­tions in­dus­trielles.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.