La crois­sance du­rable, c’est ga­gnant pour tous

Les Affaires - - Sommaire -

Am­bas­sa­deur Les Af­faires AOÛT

Ar­ri­vée chez Tran­sat A.T. inc. en 2002 après une car­rière en gé­nie-conseil, An­nick Gué­rard a oc­cu­pé de nom­breuses fonc­tions de di­rec­tion tou­chant les opé­ra­tions, la dis­tri­bu­tion, le mar­ke­ting, le com­merce élec­tro­nique, le ser­vice à la clien­tèle et le dé­ve­lop­pe­ment de pro­duits pour dif­fé­rentes fi­liales. Chef de l’ex­ploi­ta­tion de­puis no­vembre 2017, Mme Gué­rard di­rige l’en­semble des opé­ra­tions liées aux ac­ti­vi­tés de voyage de Tran­sat. Sa connais­sance fine de l’en­tre­prise, de l’in­dus­trie et des consom­ma­teurs com­bi­née à ses qua­li­tés de vi­sion, de lea­der­ship et d’ef­fi­ca­ci­té lui per­mettent de jouer un rôle dé­ter­mi­nant dans le dé­ve­lop­pe­ment et le suc­cès de la so­cié­té. Au cours des 60 der­nières an­nées, l’in­dus­trie tou­ris­tique n’a ces­sé de se dé­ve­lop­per, de­ve­nant l’un des sec­teurs en plus forte crois­sance dans le monde. Si les voyages per­mettent aux peuples de se rap­pro­cher et de mieux com­prendre leurs cultures res­pec­tives, ils sont aus­si une source de pros­pé­ri­té éco­no­mique et, sou­vent, de dé­ve­lop­pe­ment so­cial pour les pays d’ac­cueil.

Par contre, le tou­risme peut aus­si être un fac­teur de pol­lu­tion, d’ex­ploi­ta­tion et d’en­va­his­se­ment. Ain­si, la sur­fré­quen­ta­tion de cer­tains lieux contri­bue à leur dé­gra­da­tion et à cer­tains pro­blèmes so­ciaux, comme en té­moignent les exemples tris­te­ment cé­lèbres de Ve­nise et de Bar­ce­lone. L’aug­men­ta­tion du tra­fic aé­rien exige de pour­suivre les ef­forts im­por­tants dé­jà consen­tis par l’in­dus­trie pour contrô­ler les émis­sions de gaz à ef­fet de serre. Je ne peux non plus pas­ser sous si­lence le fléau du tou­risme sexuel, qui se fait trop sou­vent au dé­tri­ment des en­fants.

De­vant cette si­tua­tion, les en­tre­prises ont la res­pon­sa­bi­li­té d’agir. Il est clair que la ré­ponse à ces pro­blèmes exige des in­ves­tis­se­ments im­por­tants en temps, en ar­gent et en res­sources. Quand on tra­vaille dans un sec­teur hau­te­ment concur­ren­tiel comme ce­lui du tou­risme, on est en droit de se de­man­der si de tels in­ves­tis­se­ments pour fa­vo­ri­ser le dé­ve­lop­pe­ment du­rable sont com­pa­tibles avec la lo­gique de la crois­sance éco­no­mique. En me ba­sant sur notre ex­pé­rience, je sais qu’il est pos­sible de conci­lier les deux.

Il y a 12 ans, nous nous sommes en­ga­gés dans une dé­marche struc­tu­rée afin de de­ve­nir un chef de file du tou­risme du­rable en Amé­rique du Nord en ci­blant quatre pi­liers d’in­ter­ven­tion: ré­duire notre em­preinte en­vi­ron­ne­men­tale, sen­si­bi­li­ser notre équipe à l’im­por­tance du dé­ve­lop­pe­ment du­rable en tou­risme, contri­buer au bien-être des col­lec­ti­vi­tés, re­voir nos ac­ti- vi­tés pour mieux ré­pondre aux pré­oc­cu­pa­tions de nos clients et en­cou­ra­ger nos par­te­naires à im­plan­ter des pra­tiques res­pon­sables. Beau­coup de tra­vail a été ac­com­pli et les avan­tages qui en ré­sultent peuvent sans doute ins­pi­rer d’autres en­tre­prises de l’in­dus­trie tou­ris­tique ou d’autres sec­teurs. En­vi­ron­ne­ment Même si elles ont de­man­dé des in­ves­tis­se­ments ap­pré­ciables, nos ini­tia­tives ont ai­dé à amé­lio­rer notre em­preinte en­vi­ron­ne­men­tale et elles ont aus­si contri­bué à la ré­duc­tion de cer­tains coûts. Par exemple, le pro­gramme de ges­tion du car­bu­rant mis en place pour li­mi­ter les émis­sions de gaz à ef­fet de serre des avions a per­mis du même coup de di­mi­nuer les coûts qui y sont liés. Ce sou­ci pour la per­for­mance en­vi­ron­ne­men­tale doit se tra­duire dans l’en­semble des ac­ti­vi­tés, qu’il s’agisse de la ges­tion des ins­tal­la­tions, de la mo­bi­li­té des em­ployés ou des achats res­pon­sables. Mi­lieu de tra­vail Une en­tre­prise peut exer­cer une in­fluence po­si­tive sur beau­coup de monde, à com­men­cer par ses em­ployés et ses ac­tion­naires. L’en­ga­ge­ment en­vers le dé­ve­lop­pe­ment du­rable fait par­tie de l’ADN de notre marque et a sus­ci­té une adhé­sion sans ré­serve par­mi notre per­son­nel. Ce­la a fa­vo­ri­sé la fi­dé­li­té, la mo­ti­va­tion et la fier­té de tra­vailler pour l’en­tre­prise. De­vant la ra­re­té de main-d’oeuvre, c’est un avan­tage non né­gli­geable. Col­lec­ti­vi­tés Les ef­forts pour contri­buer au bien-être des col­lec­ti­vi­tés et pour pro­té­ger le pa­tri­moine na­tu­rel et cultu­rel à des­ti­na­tion per­mettent d’as­su­rer la pé­ren­ni­té de l’in­dus­trie tou­ris­tique. S’il n’y avait rien à voir à des­ti­na­tion, s’il n’y avait pas de plages, de beaux pay­sages, de mo­nu­ments ou de cultures lo­cales à dé­cou­vrir, il n’y au­rait évi­dem­ment pas de tou­risme. Ac­ti­vi­tés La res­pon­sa­bi­li­té d’en­tre­prise passe par la com­mer­cia­li­sa­tion de pro­duits res­pon­sables au­près de la clien­tèle, qu’il faut sen­si­bi­li­ser à ce su­jet, et la pro­mo­tion de pra­tiques du­rables au­près des par­te­naires. Dans le cadre de cette dé­marche à long terme, nous réus­sis­sons peu à peu à convaincre nos clients de mo­di­fier cer­tains com­por­te­ments, de consom­mer moins d’eau et d’éner­gie ou d’ache­ter da­van­tage de pro­duits lo­caux à des­ti­na­tion. De plus en plus, nos par­te­naires hô­te­liers s’en­gagent dans une cer­ti­fi­ca­tion en­vi­ron­ne­men­tale, un concept qua­si­ment in­con­nu il y a 15 ans. Au­jourd’hui, alors que nous pro­po­sons un code de conduite à nos four­nis­seurs, nous nous ren­dons compte que les men­ta­li­tés évo­luent et qu’ils sont de plus en plus nom­breux à nous suivre sans hé­si­ta­tion. L’ef­fet d’en­traî­ne­ment est bien tan­gible.

Pour moi, la crois­sance du­rable est la seule ma­nière de conce­voir les en­tre­prises d’au­jourd’hui. L’ar­ri­mage du pro­grès éco­no­mique et so­cial à une saine ges­tion des res­sources et du mi­lieu est non seule­ment pos­sible, mais es­sen­tiel à sa pros­pé­ri­té. En re­voyant nos modes de pro­duc­tion et de consom­ma­tion, en mi­sant sur les avan­cées tech­no­lo­giques et en mul­ti­pliant les ac­tions dans les col­lec­ti­vi­tés, les en­tre­prises ont la pos­si­bi­li­té de faire d’une pierre deux coups en contri­buant à la du­ra­bi­li­té du mi­lieu éco­no­mique et de la so­cié­té.

la

An­nick Gué­rard

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.