De grandes oc­ca­sions dans plu­sieurs sec­teurs

Les Affaires - - Marché Des Aînés - Mar­ché des aî­nés Ch­loé Ma­chil­lot re­dac­tion­le­saf­faires@tc.tc De nou­veaux sec­teurs pro­met­teurs

Le mar­ché des aî­nés offre des oc­ca­sions à de nom­breux sec­teurs de l’in­dus­trie, tant pour ré­pondre aux contraintes du vieillis­se­ment qu’aux nou­velles at­tentes des per­sonnes âgées. Dé­cou­vrez les sec­teurs dans les­quels il est urgent d’in­ves­tir.

Vieillir, un mar­ché flo­ris­sant

« Tout comme la tran­si­tion éner­gé­tique, la tran­si­tion dé­mo­gra­phique est un phé­no­mène in­évi­table qui va bou­le­ver­ser notre mo­dèle éco­no­mique, pré­dit Jean-Phi­lippe Ar­noux, di­rec­teur Sil­ver Eco­no­mie et Ac­ces­si­bi­li­té pour le groupe in­dus­triel Saint Go­bain. Toutes les en­tre­prises, quel que soit leur sec­teur, ont in­té­rêt à l’in­té­grer si elles veulent res­ter concur­ren­tielles. » De­puis trois ans, son man­dat consiste à cher­cher des so­lu­tions pour adap­ter l’offre de son em­ployeur au vieillis­se­ment de sa clien­tèle. « L’idée est simple, pour­suit-il. On in­nove pour fa­ci­li­ter le quo­ti­dien et pré­ve­nir la perte d’au­to­no­mie. » Comme Saint Go­bain, de plus en plus de construc­teurs et d’ar­ti­sans misent sur des cui­sines équi­pées plus sé­cu­ri­taires, des douches fonc­tion­nelles avec siège in­té­gré et des portes plus larges pour per­mettre le pas­sage d’un fau­teuil ou d’un dé­am­bu­la­teur.

Du cô­té des équi­pe­ments, l’in­dus­trie se dé­ve­loppe en fa­veur de so­lu­tions de re­change fonc­tion­nelles, mais es­thé­tiques. « Per­sonne n’aime se sen­tir vieux ou ma­lade. Pour­tant, l’offre ac­tuelle est prin­ci­pa­le­ment ven­due en phar­ma­cie, avec un de­si­gn très mé­di­cal et peu sé­dui­sant », re­lève Zah­ra Peal, fon­da­trice de la marque ca­na­dienne To­no­my Shop. Son en­tre­prise pro­pose des pa­niers pour dé­am­bu­la­teurs et des ta­bliers aus­si pra­tiques que jo­lis. Ses concur­rents com­mencent à in­ves­tir le mar­ché, mais res­tent en­core trop peu nom­breux se­lon Mme Peal. Cou­verts er­go­no­miques, sou­liers or­tho­pé­diques ten­dance, cannes co­lo­rées ou at­telles à mo­tifs: le mar­ché des aî­nés ouvre un grand bou­le­vard à la créa­ti­vi­té.

Les ser­vices à do­mi­cile sont éga­le­ment un sec­teur pro­met­teur du boom des aî­nés. Ils de­viennent es­sen­tiels au main­tien à do­mi­cile et créent sou­vent un lien so­cial pré­cieux pour les per­sonnes qui souffrent de so­li­tude. L’ac­com­pa­gne­ment per­son­na­li­sé a donc de beaux jours de­vant lui et ins­pire de nom­breuses start-up qui ri­va­lisent d’in­no­va­tion pour dé­ve­lop­per des concepts lu­cra­tifs. Un ca­mion équi­pé de ma­té­riel mé­di­cal ap­pe­lé MedT­rucks, par exemple, sillon­ne­ra bien­tôt des vil­lages du sud de la France pour fa­ci­li­ter l’ac­cès des aî­nés iso­lés aux soins de san­té. Il a été créé par trois jeunes di­plô­més en in­gé­nie­rie. Tan­dis que cer­tains sec­teurs ré­in­ventent leur offre pour ré­pondre au vieillis­se­ment de leur clien­tèle, d’autres se créent de toutes pièces. C’est le cas du tou­risme pour aî­nés, une in­dus­trie par­ti­cu­liè­re­ment sé­dui­sante pour les 50 à 65 ans. Ces voya­geurs pri­vi­lé­gient les sé­jours de longue du­rée en basse sai­son, ce qui per­met aux en­tre­prises d’amor­tir leurs équi­pe­ments en pé­riode peu acha­lan­dée. Ils res­tent ma­jo­ri­tai­re­ment fi­dèles à l’hé­ber­ge­ment hô­te­lier, con­trai­re­ment aux plus jeunes qui optent pour des for­mules éco­no­miques comme la lo­ca­tion ou le cam­ping. Le groupe Mer­cure l’a bien com­pris en pro­po­sant une ré­duc­tion ré­ser­vée aux plus de 55 ans in­ti­tu­lée « Payez pour un, ve­nez à deux ». L’en­tre­prise to­ron­toise El­derT­reks, quant à elle, se consacre uni­que­ment aux clients de plus de 50 ans et leur pro­pose des voyages d’aven­ture aux quatre coins du monde grâce à des pro­grammes adap­tés à leurs rythmes et à leurs ca­pa­ci­tés phy­siques.

Le nu­mé­rique ouvre éga­le­ment de nou­velles oc­ca­sions aux en­tre­prises sur le mar­ché des aî­nés. Les be­soins en ins­tal­la­tion, dé­pan­nage et for­ma­tion croissent à me­sure que ces der­niers s’équipent. D’après les chiffres du Ce­frio, un or­ga­nisme de re­cherche man­da­té par le gou­ver­ne­ment pro­vin­cial pour ac­com­pa­gner la tran­si­tion nu­mé­rique dans la so­cié­té, 79% des aî­nés qué­bé­cois sont équi­pés d’une connexion In­ter­net, mais seule­ment 24% se consi­dèrent comme ha­biles à ma­ni­pu­ler ces ou­tils.

« On in­vente même de nou­veaux modes d’ha­bi­tat, en to­tale rup­ture avec les pe­tits foyers pour aî­nés qu’on connais­sait jus­qu’alors, ex­plique Yves Des­jar­dins, PDG et porte-pa­role du Regroupement qué­bé­cois des ré­si­dences pour aî­nés. Ils ré­pondent à toutes les at­tentes des se­niors d’au­jourd’hui et pour­raient bien être la ré­ponse at­ten­due au pro­blème de lo­ge­ment des per­sonnes en perte d’au­to­no­mie dans les pro­chaines dé­cen­nies. » Ces bâ­ti­ments XXL re­groupent toutes sortes de ser­vices et pro­posent des hé­ber­ge­ments per­son­na­li­sés se­lon la si­tua­tion des ré­si­dents, qu’ils soient des per­sonnes à charge, au­to­nomes ou en couple, par exemple.

M. Des­jar­dins pré­cise que pour ré­pondre à ce be­soin, il fau­drait construire en­vi­ron 5000 uni­tés de ré­si­dence par an­née, un chiffre en­core loin d’être at­teint…

la

La marque ca­na­dienne To­no­my Shop pro­pose des pa­niers pour dé­am­bu­la­teurs et des ta­bliers aus­si pra­tiques que jo­lis.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.