Exit la ré­ten­tion, bien­ve­nue la fi­dé­li­sa­tion

Les Affaires - - Main-d’oeuvre -

Se­lon Lu­cie Mo­rin et Phi­lippe Zin­ser, spé­cia­listes en res­sources hu­maines, il est im­por­tant, voire pri­mor­dial, de par­ler de fi­dé­li­sa­tion. « On veut créer un sen­ti­ment d’ap­par­te­nance dans l’équipe, pour que les em­ployés aient en­vie de res­ter à cet en­droit », sou­ligne M. Zin­ser. Une équipe qui af­fiche un taux de ré­ten­tion éle­vé n’est pas for­cé­ment une équipe qui a en­vie de s’im­pli­quer dans son mi­lieu de tra­vail. « Un em­ployé peut se sen­tir coin­cé, ne pas trou­ver d’em­ploi né­ces­sai­re­ment mieux, donc il ne se­ra pas né­ces­sai­re­ment mo­bi­li­sé », es­time-t-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.