En­core la dé­mo­gra­phie

Les Affaires - - Billet | Sommaire - Ju­lie Cailliau Édi­trice ad­jointe et ré­dac­trice en chef, Groupe Les Af­faires ju­lie.cailliau@tc.tc @ju­lie140c

En plein mois de l’en­tre­pre­neu­riat, per­met­tez-moi de vous par­ler de… main-d’oeuvre. Oui, en­core, la fa­meuse, la pro­fonde pé­nu­rie de main-d’oeuvre. C’est que ses ef­fets pour­raient bien se ma­ni­fes­ter jusque dans le re­gistre de la créa­tion d’en­tre­prise.

« À cause de la ra­re­té de la main-d’oeuvre, les hausses de ré­mu­né­ra­tion et des avan­tages consen­tis aux sa­la­riés pour­raient éven­tuel­le­ment nuire à l’ac­ti­vi­té en­tre­pre­neu­riale au Qué­bec et ré­duire le po­ten­tiel de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique des ré­gions à moyen et à long terme », écrit Marc Du­ha­mel, en marge des ré­sul­tats qué­bé­cois du Glo­bal En­tre­pre­neur­ship Mo­ni­tor 2017 (GEM) pu­bliés la se­maine der­nière. Il co­signe avec Étienne St-Jean, comme lui pro­fes­seur à l’UQTR et cher­cheur à l’Ins­ti­tut de re­cherche sur les PME, le vo­let qué­bé­cois de cette étude an­nuelle in­ter­na­tio­nale.

Ain­si, constatent-ils, le Qué­bec compte une plus grande pro­por­tion d’en­tre­pre­neurs hy­brides, au­tre­ment dit qui di­rigent leur en­tre­prise tout en conser­vant un em­ploi sa­la­rié. À l’étape du dé­mar­rage, seule­ment 19,6% se consacrent en­tiè­re­ment à la créa­tion de leur en­tre­prise, com­pa­ra­ti­ve­ment à 35,6% dans le reste du Ca­na­da (par­mi les en­tre­pre­neurs éta­blis, ils sont 35% com­pa­ra­ti­ve­ment à 57,9%). On les com­prend, quand on sait que plus du tiers des en­tre­prises ne passent pas le cap des cinq ans d’exis­tence. Ce­pen­dant, c’est le creux dé­mo­gra­phique, qui est en grande par­tie res­pon­sable de la ra­re­té de la main-d’oeuvre et donc de l’at­trait du sa­la­riat, qui pour­rait en­core mieux ex­pli­quer cet écart.

La dé­mo­gra­phie est aus­si en cause en ce qui a trait aux sor­ties en­tre­pre­neu­riales. Bien que le Qué­bec soit un des en­droits du monde où les en­tre­prises sur­vivent le plus au dé­part de leur fon­da­teur, c’est aus­si le « ter­ri­toire où la pro­por­tion de sor­ties en­tre­pre­neu­riales avec ces­sa­tion des ac­ti­vi­tés est la plus grande de tous les pays ti­rés par l’in­no­va­tion », et ce taux « a consi­dé­ra­ble­ment aug­men­té cette an­née ». L’étude ne per­met pas de conclure dans quelle me­sure le dé­part à la re­traite pèse sur cette sta­tis­tique, mais elle « ob­serve une pro­por­tion plus éle­vée de fer­me­tures cau­sées par les dé­parts à la re­traite et par la bu­reau­cra­tie et l’in­ter­ven­tion de l’État au Qué­bec qu’ailleurs au Ca­na­da ».

Mal­gré la pres­sion dé­mo­gra­phique, qu’on ne s’y trompe pas. Cette 5e édi­tion du GEM qué­bé­cois dresse un bi­lan plu­tôt po­si­tif de l’en­tre­pre­neu­riat, sou­li­gnant par exemple que l’en­tre­pre­neu­riat émergent est en forte pro­gres­sion chez les 35 à 44 ans et que même si les femmes sont tou­jours moins nom­breuses que les hommes à se lan­cer en af­faires, elles le font main­te­nant avec un de­gré d’am­bi­tion sem­blable à ce­lui des hommes.

la

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.