MON­TRÉAL DISTANCÉE PAR TO­RON­TO

Les Affaires - - Front Page - Mar­tin Jo­li­coeur mar­tin.jo­li­coeur@tc.tc @Jo­li­coeurNews

Pour une deuxième an­née d’af­fi­lée, la ville de To­ron­to se classe au pre­mier rang des villes tech­no­lo­giques à crois­sance ra­pide en Amé­rique du Nord et, pour la pre­mière fois, au qua­trième rang du pal­ma­rès gé­né­ral des villes à forte concen­tra­tion tech­no­lo­gique sur le conti­nent.

Au clas­se­ment gé­né­ral, la Ville Reine est de­van­cée par la baie de San Fran­cis­co ( Si­li­con Val­ley), de même que par les villes de Seat­tle et de Wa­shing­ton D.C. La ré­gion de New York suit To­ron­to avec moins d’un point d’écart.

C’est la pre­mière fois qu’une ville ca­na­dienne par­vient à se his­ser dans le pe­lo­ton de tête des 50 villes tech­no­lo­giques du conti­nent, tel que me­su­ré an­nuel­le­ment par l’agence im­mo­bi­lière CBRE, dans son rap­port North Ame­ri­can Sco­ring Tech Ta­lent.

Au Ca­na­da, To­ron­to (65,38 points au clas­se­ment gé­né­ral) est sui­vie par Ot­ta­wa, au 13e rang (53,49 points), puis par Mon­tréal (52,79) en 14e po­si­tion, et Van­cou­ver (48,56) au 25e rang. Ce poin­tage s’ap­puie sur l’éva­lua­tion de 13 cri­tères pré­cis, dont l’offre, la crois­sance et la concen­tra­tion de ta­lents, les coûts (sa­laire, loyer, etc.), le ni­veau de sco­la­ri­té de la main-d’oeuvre, de même que les pers­pec­tives de crois­sance du sec­teur.

Le suc­cès de To­ron­to s’ex­plique prin­ci­pa­le­ment par la hausse mar­quée du bas­sin de main-d’oeuvre du sec­teur des tech­no­lo­gies en 2017. Au cours de l’an­née, la ville de To­ron­to a ef­fec­ti­ve­ment pro­fi­té de la créa­tion de 28 900 nou­veaux em­plois dans le sec­teur, soit une hausse de 13,6 % sur un an.

CBRE éva­lue que plus d’em­plois en tech­no­lo­gie ont ain­si été créés à To­ron­to en 2017 que dans les ré­gions com­bi­nées de San Fran­cis­co, Seat­tle et Wa­shing­ton.

Ot­ta­wa de plus en plus tech­no

Le rap­port ré­vèle entre autres qu’Ot­ta­wa, clas­sée au 13e rang nord-amé­ri­cain, est le mar­ché le plus dy­na­mique en rai­son de la tra­jec­toire de crois­sance re­mar­quable de l’em­ploi dans le sec­teur tech­no­lo­gique ces der­nières an­nées.

La concen­tra­tion d’em­plois en tech­no­lo­gie, soit leur im­por­tance par rap­port à l’en­semble des em­plois d’une ré­gion don­née, est un fac­teur dé­ter­mi­nant pour éva­luer le po­ten­tiel d’at­trac­tion et de crois­sance d’un mar­ché dans le sec­teur.

Or, avec une concen­tra­tion de 11,2 %, la pro­por­tion des « tech­no­ta­lents » à Ot­ta­wa est la plus im­por­tante d’Amé­rique du Nord. Elle re­pré­sente plus de trois fois la moyenne na­tio­nale de 3,5 % aux États-Unis.

To­ron­to se classe au troi­sième rang des mar­chés à plus forte concen­tra­tion tech­no­lo­gique avec 8,9 %. « Mon­tréal, dont la concen­tra­tion de ta­lents tech­no­lo­giques est de 6,8 %, se classe pour sa part au sep­tième rang, tout juste der­rière Austin, au Texas, avec une concen­tra­tion de 7 % », pré­cise Avi Kris­pine, di­rec­teur gé­né­ral de CBRE Qué­bec.

Ot­ta­wa abri­te­rait ac­tuel­le­ment plus de 1 700 en­tre­prises du sec­teur des tech­no­lo­gies. L’his­toire de Sho­pi­fy de­meure à ce jour l’exemple par­fait d’un suc­cès lo­cal qui, par son rayon­ne­ment in­ter­na­tio­nal, a contri­bué à la for­ma­tion d’une grappe tech­no­lo­gique forte dans la ca­pi­tale.

Ré­sul­tat : au cours des cinq der­nières an­nées, les en­tre­prises du sec­teur tech­no­lo­gique se sont his­sées au se­cond rang des uti­li­sa­teurs d’es­paces de bu­reau au centre-ville d’Ot­ta­wa, de­van­çant les ca­bi­nets spé­cia­li­sés en comp­ta­bi­li­té ou en ser­vices ju­ri­diques, com­bi­nés.

Mon­tréal dixième pour les ta­lents

Mon­tréal, clas­sée 14e rang au clas­se­ment gé­né­ral, se dé­marque en outre par l’im­por­tance de son bas­sin de main-d’oeuvre spé­cia­li­sé dans le sec­teur des tech­no­lo­gies.

Avec quelque 127 000 tra­vailleurs tra­vaillant dans ce sec­teur, Mon­tréal se classe au 10e rang nord-amé­ri­cain quant à l’im­por­tance de son bas­sin. Au Ca­na­da, elle est de­van­cée sur ce plan par To­ron­to. Se­lon CBRE, la Ville Reine re­groupe 212 500 tra­vailleurs dans le sec­teur, ce qui la place au 4e rang sur le conti­nent, de­vant New York.

À ce cha­pitre, Mon­tréal de­vance par contre ai­sé­ment la ville d’Ot­ta­wa, qui comp­te­rait main­te­nant 70 600 em­plois dans le do­maine tech­no­lo­gique, et Van­cou­ver, qui en compte 65 100 .

Dans l’en­semble, ce­pen­dant, c’est au cha­pitre de ses faibles coûts que Mon­tréal se dé­marque le plus dans ce rap­port de CBRE. À titre d’exemple, en te­nant compte du coût des ta­lents et de l’im­mo­bi­lier, une en­tre­prise tech­no­lo­gique type de 500 em­ployés dé­pen­se­ra en moyenne 27,6 mil­lions de dol­lars amé­ri­cains par an­née à Mon­tréal. Ce­la en fait la ville à concen­tra­tion tech­no­lo­gique la moins coû­teuse d’Amé­rique du Nord.

Aux États-Unis, le mar­ché le moins cher se trouve à Ro­ches­ter, dans l’État de New York. Théo­ri­que­ment, une en­tre­prise tech­no­lo­gique de 500 tra­vailleurs peut s’en ti­rer avec des dé­penses an­nuelles de 36,3 M $ US.

C’est plus que les 32,2 M $ US par an­née qu’une en­tre­prise tech­no­lo­gique doit comp­ter pour opé­rer dans la ré­gion d’Ot­ta­wa, ac­tuel­le­ment consi­dé­ré par CBRE comme étant le mar­ché le plus cher du Ca­na­da, de­vant même Van­cou­ver et To­ron­to.

la

La pro­por­tion des « tech­no­ta­lents » à Ot­ta­wa est la plus im­por­tante d’Amé­rique du Nord. Ils re­pré­sentent 11,2 % de tous les em­plois de la ré­gion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.