LGT : les RH, la clé pour de­ve­nir le Google de l’in­gé­nie­rie 3003 00 SOIF DE CROIS­SANCE POUR VOTRE EN­TRE­PRISE? de rou­le­ment!

Les Affaires - - Spécial 300 - Jean-Fran­çois Venne ré­dac­tion­le­saf­faires@tc.tc Spé­cial 300

« Dans notre do­maine, si tu as le bon char­gé de pro­jet, tu as le bon pro­duit, dit Moïse Ga­gné, pré­sident de LGT. Les res­sources hu­maines re­pré­sentent notre pre­mier vec­teur de crois­sance. »

Les res­sources hu­maines consti­tuent à la fois l’atout ma­jeur de cette firme de ser­vice-conseil spé­cia­li­sée en in­gé­nie­rie du bâ­ti­ment et son plus grand dé­fi en cette pé­riode de ra­re­té de la main-d’oeuvre.

Af­fi­chant une crois­sance en­tiè­re­ment in­terne de plus de 65% en deux ans, la PME de Qué­bec est pas­sée de 103 à 122 tra­vailleurs et de­vrait en comp­ter 130 à la fin de l’an­née.

Elle a ou­vert un nou­veau bu­reau à Ri­mous­ki en 2010, avant d’en ajou­ter deux autres à La­val et à Sept-Îles en 2017. Alors qu’il ne comp­tait que le vice-pré­sident Bru­no Ste-Croix et son ad­jointe à son ou­ver­ture, le bu­reau de Ri­mous­ki est de­ve­nu le plus im­por­tant bu­reau d’in­gé­nie­rie du Bas-Saint-Laurent, avec 25 per­sonnes. Le bu­reau de La­val compte dé­jà trente res­sources.

« Cette crois­sance est pro­pul­sée par la ré­pu­ta­tion de la firme, le sou­tien de nos clients et la qua­li­té de nos ser­vices, la­quelle vient en grande par­tie de nos char­gés de pro­jet qui sont très im­pli­qués », sou­tient M. Ga­gné.

Créer un sen­ti­ment d’ap­par­te­nance

Puisque les em­ployés se trouvent au coeur du suc­cès de LGT, les di­ri­geants sou­haitent créer un en­vi­ron­ne­ment de tra­vail pro­pice au re­cru­te­ment et à la ré­ten­tion des ta­lents.

M. Ga­gné n’hé­site pas à dire que LGT veut être per­çue comme le Google ou l’Ubi­soft des firmes d’in­gé­nie­rie. Il sou­haite que les gens aient au­tant en­vie de tra­vailler chez LGT que dans ce type d’en­tre­prise. « Ces so­cié­tés sont at­ti­rantes en rai­son de leur struc­ture or­ga­ni­sa­tion­nelle, du sen­ti­ment d’ap­par­te­nance dé­ve­lop­pé chez leurs em­ployés et de la qua­li­té de leur cli­mat de tra­vail ain­si que de leurs pro­duits et ser­vices, dit-il. C’est ce que nous vou­lons at­teindre. »

La crois­sance de­meure l’ob­jec­tif de M. Ga­gné de­puis qu’il a in­té­gré, en 2010, un groupe de re­lève créé par les deux fon­da­teurs De­nis Le­mieux et Serge Four­nier.

Avec trois autres as­so­ciés, il bé­né­fi­cie d’un fi­nan­ce­ment à l’in­terne par les fon­da­teurs et hé­rite d’un ob­jec­tif clair : faire croître l’en­tre­prise. Après avoir ache­té 49% des parts en 2011, les as­so­ciés ac­quièrent les 51% res­tant en jan­vier 2016, grâce no­tam­ment à l’ap­pui de Des­jar­dins et du Fonds de so­li­da­ri­té FTQ. « La bonne crois­sance af­fi­chée entre 2011 et 2016 nous a per­mis d’ob­te­nir d’ex­cel­lentes condi­tions de fi­nan­ce­ment avec ces deux grands joueurs », note M. Ga­gné.

Le trans­fert de l’en­tre­prise a aus­si été l’oc­ca­sion de re­voir à l’in­terne tous les or­ga­ni­grammes et de dé­fi­nir clai­re­ment les rôles, les res­pon­sa­bi­li­tés et les tâches pour tous les em­ployés. Il s’agis­sait de s’as­su­rer que tous oc­cu­pe­raient un poste qui cor­res­pond à leurs ha­bi­le­tés et leurs ap­ti­tudes, afin qu’ils évo­luent dans des condi­tions pro­pices au suc­cès, et que les nom­breuses re­crues qui in­tègrent la firme an­nuel­le­ment ne di­luent pas sa culture.

« C’est par­ti­cu­liè­re­ment im­por­tant chez les jeunes tra­vailleurs que nous re­cru­tons, les­quels sou­haitent bien connaître leur rôle et leurs ob­jec­tifs dans l’en­tre­prise, et sen­tir qu’ils pour­ront y ex­cel­ler », ajoute M. Ga­gné.

la

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.