LE CENTRE-VILLE BOUDÉ PAR LES IN­DUS­TRIES ÉMERGENTES

Les Affaires - - Front Page - Man­chette

Une des grandes dif­fi­cul­tés de dé­ve­lop­pe­ment de l’im­mo­bi­lier de bu­reaux à Mon­tréal est que plu­sieurs de ses in­dus­tries par­mi les plus dy­na­miques, comme celles liées aux tech­no­lo­gies et à l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, semblent bou­der les tours de son centre-ville.

S’il n’y a pas de mot d’ordre of­fi­ciel en ce sens dans le mi­lieu, tous les spé­cia­listes de l’im­mo­bi­lier com­mer­cial ob­servent qu’une vaste part du dé­ve­lop­pe­ment de bu­reau ces der­nières an­nées, s’est fait en pé­ri­phé­rie, par­fois même aux dé­pens du quar­tier des af­faires.

De­puis l’im­plan­ta­tion à Mon­tréal du géant fran­çais Ubi­soft dans une an­cienne ma­nu­fac­ture du quar­tier Mile-End, il y a une quin­zaine d’an­nées, le mou­ve­ment vers les quar­tiers pé­ri­phé­riques ne s’est ja­mais es­tom­pé, confirme Mar­tin Ga­lar­neau, as­so­cié de TGTA, une des so­cié­tés im­mo­bi­lières les plus ac­tives dans ce cré­neau par les temps qui courent.

Ta­blant sur cette ten­dance, l’en­tre­prise a ache­té, il y a quelques an­nées, deux édi­fices d’une an­cienne ma­nu­fac­ture de tex­tile, si­tuée rue Saint-Ur­bain, en pé­ri­phé­rie de la Pe­tite-Ita­lie, un an­cien sec­teur in­dus­triel main­te­nant bap­ti­sé le Mile-Ex (en rai­son de sa lo­ca­li­sa­tion entre le Mile-End, au sud, et Parc-Ex­ten­sion, au nord).

Le moins qu’on puisse dire est que TGTA a eu du flair. Au­jourd’hui, ses deux bâ­ti­ments de 400000 pieds car­rés sont loués à pleine ca­pa­ci­té par des en­tre­prises par­mi les plus en vue de la mé­tro­pole. Par­mi elles, la so­cié­té Ele­ment AI, lea­der dans l’in­dus­trie de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, Be­ha­viour In­ter­ac­tive, spé­cia­li­sée dans la concep- tion de jeux vi­déos, et Rogue Re­search, ac­tive dans la neu­ros­cience. Be­ha­viour In­ter­ac­tive a été l’une des pre­mières à s’ins­tal­ler dans cet édi­fice de la rue Saint-Ur­bain, au­jourd’hui bap­ti­sé O Mile Ex. Pour ce faire, l’en­tre­prise a dû se ré­si­gner à quit­ter les bu­reaux qu’elle oc­cu­pait en plein centre-ville, bou­le­vard De Mai­son­neuve Ouest.

« Ça n’a pas été fa­cile, re­con­naît son pré­sident Ré­mi Ra­cine. Nous cher­chions des bu­reaux de 40 000 à 50000 pieds car­rés à proxi­mi­té ou connec­tés à la ligne verte du mé­tro. Mais on ne trou­vait pas. Tout ce qu’on nous of­frait, c’était des es­paces ré­par­tis sur plu­sieurs étages. C’est là que nous nous sommes tour­nés vers le Mile-Ex et que nous avons eu un coup de coeur pour l’édi­fice, puis pour le quar­tier. »

Les quar­tiers pé­ri­phé­riques de Mon­tréal, ac­ces­sibles au­tant en vé­lo qu’en mé­tro, tout en of­frant un lieu de vie ur­bain in­té­res­sant et abor­dable pour les tra­vailleurs qui sou­hai­te­raient s’y éta­blir, ont ac­tuel­le­ment la cote, confirme Syl­vain Le­clair, vice-pré­sident du Groupe Al­tus.

« Ces es­paces ma­nu­fac­tu­riers des mid­towns qu’on conver­tit en bu­reaux (avec murs de briques, grandes fe­nêtres et vieux plan­chers de bé­tons po­lis) plaisent beau­coup aux créa­teurs des in­dus­tries du nu­mé­rique et de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle. Il n’y a au­cun doute, ces mil­liers de tra­vailleurs contri­buent à la re­nais­sance de plu­sieurs de ces quar­tiers. »

Le Mile-End, le Mile-Ex, Saint-Hen­ri et Pointe-Saint-Charles ont tous bé­né­fi­cié de l’in­té­rêt de ces ac­teurs du nou­vel éco­sys­tème éco­no­mique mont­réa­lais. On pense ici aux con­cep­teurs

1 - Mile-Ex 2 - Mile-End 3 - Ci­té du mul­ti­mé­dia 4 - Saint-Hen­ri 5 - Pointe-Saint-Charles 6 - Quar­tier des af­faires

de jeux vi­déo (Ubi­soft, Be­ha­viour, Ga­me­loft, etc.), aux spé­cia­listes d’ef­fets vi­suels (Mo­ment Fac­to­ry, Ro­deo FX, Reel FX, etc.) et aux cher­cheurs de la grappe de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle (IA).

Il y a quelques se­maines, par exemple, c’était au tour de la mul­ti­na­tio­nale Airbnb d’an­non­cer le dé­mé­na­ge­ment de plus de 300 em­ployés de sa fi­liale Luxu­ry Re­reats dans un nou­vel édi­fice de six étages (150000 pieds car­rés), en­core à construire entre deux an­ciennes ma­nu­fac­tures de Pointe-Saint-Charles, sur le bord du ca­nal de La­chine. De quoi, là en­core, trans­for­mer le sort d’un quar­tier long­temps dé­lais­sé.

Outre la né­ces­si­té de dé­ni­cher un es­pace conti­gu de 100000 pieds car­rés, la qua­li­té de vie et la proxi­mi­té des uni­ver­si­tés ont joué dans la dé­ci­sion de l’Ins­ti­tut qué­bé­cois d’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle (Mi­la) de dé­mé­na­ger aus­si dans le Mile-Ex au cours des pro­chaines se­maines, a ex­pli­qué son porte-pa­role, Vincent Mar­ti­neau. « Mais je ne vous ca­che­rai pas que la pos­si­bi­li­té de créer ici un éco­sys­tème où la plu­part des ac­teurs de l’IA se­raient re­grou­pés a éga­le­ment joué for­te­ment dans ce choix. »

D’ailleurs, l’ar­ri­vée du Mi­la dans le quar­tier se­ra ra­pi­de­ment sui­vie par d’autres. Et non les moindres. Mi­cro­soft, no­tam­ment, a dé­ci­dé d’im­plan­ter son nou­veau la­bo­ra­toire de re­cherche en IA tout près, rue Mar­co­ni, à quelques rues voi­sines seule­ment.

Re­fu­sant de je­ter la ser­viette de­vant une ten­dance qui semble jouer contre les im­meubles du centre-ville, Jean Lau­rin, pré­sident de De­ven­core, tâche de se faire phi­lo­sophe. « Avant, les en­tre­prises quit­taient le centre-ville pour s’ins­tal­ler en ban­lieue: Île-des-Soeurs, Lon­gueuil ou La­val. Au­jourd’hui, lors­qu’elles quittent, c’est pour s’ins­tal­ler à mi-che­min, dans des quar­tiers qui, sans être près, ne sont pas non plus éloi­gnés. On peut au moins se ré­jouir qu’elles ne quittent plus l’île de Mon­tréal. » – Mar­tin Jo­li­coeur

Au cours des der­nières an­nées, bon nombre d’en­tre­prises et d’ins­ti­tu­tions qué­bé­coises ont rem­pla­cé leurs ap­pa­reils d’amé­lio­rer leur per­for­mance éner­gé­tique et réa­li­ser d’im­por­tantes éco­no­mies, elles doivent main­te­nant ex­plo­rer de nou­velles SYS­TÈME DE GES­TION D’ÉNER­GIE CAP­TEURS SO­LAIRES THERMIQUES POUR PRO­FI­TER DU PRO­GRAMME

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.