La des­ti­na­tion Saint-Hya­cinthe opère un re­tour en force

Les Affaires - - Réunions Et Congrès - Clau­dine Hé­bert re­dac­tion­le­saf­[email protected]

Équi­pée d’un tout nou­veau com­plexe hô­tel­centre de congrès construit au coût de 65 mil­lions de dol­lars, la ville de Saint-Hya­cinthe n’au­ra eu be­soin que d’une an­née d’ac­ti­vi­tés pour re­con­qué­rir son sta­tut de des­ti­na­tion af­faires po­pu­laire.

Ce ne sont pas moins de 80 congrès et évé­ne­ments de 40 nui­tées et plus que la ci­té mas­kou­taine a ac­cueillis de­puis un an. Plus d’une di­zaine de ces évé­ne­ments ont même mo­no­po­li­sé l’en­semble des 63 000 pieds car­rés d’es­paces du nou­veau com­plexe lors de leur pas­sage. « Toutes ces ac­ti­vi­tés ont gé­né­ré plus de 15 000 nui­tées en 2018. C’est bien au-de­là de ce que nous avions pré­vu. Hon­nê­te­ment, nous n’es­pé­rions pas at­teindre cet ob­jec­tif avant la fin de cette an­née », ex­prime d’em­blée Mi­chel Dou­ville, di­rec­teur gé­né­ral du Centre de congrès et de l’Hô­tel She­ra­ton Saint-Hya­cinthe. Pour 2019, dé­jà 80 congrès et évé­ne­ments de 40 nui­tées et plus fi­gurent à l’agen­da du nou­veau com­plexe. « Avec les dis­cus­sions en cours, nous sommes sûrs d’at­teindre la cen­taine d’évé­ne­ments lors de la pré­sente an­née », ajoute le ges­tion­naire.

M. Dou­ville est ca­té­go­rique. L’ob­jec­tif ul­time de son équipe n’est rien de moins que de faire re­vivre à sa col­lec­ti­vi­té les belles an­nées qu’elle a connues en tou­risme d’af­faires. De 2000 à 2012, la des­ti­na­tion ac­cueillait ai­sé­ment une cen­taine de congrès et d’évé­ne­ments par an­née. Saint-Hya­cinthe a même dé­jà été l’hôte de 130 congrès et évé­ne­ments en 2004. Ce qui avait gé­né­ré plus de 33 000 nui­tées en ville.

De belles an­nées pour les­quelles M. Dou­ville a d’ailleurs joué un rôle d’étin­celle. Les plus âgés se sou­vien­dront que c’est ce vi­sion­naire qui avait sug­gé­ré, au dé­but des an­nées 1980, de trans­for­mer les ter­rains de ten­nis de l’Au­berge des Sei­gneurs (de­ve­nue par la suite l’Hô­tel des Sei­gneurs) en es­pace congrès et ex­po­si­tions. Cette dé­ci­sion avait sou­le­vé la co­lère des quelque 200 membres du club. En re­vanche, elle avait pro­pul­sé la ci­té mas­kou­taine par­mi les pôles ma­jeurs en tou­risme d’af­faires au Qué­bec. Pen­dant plus de 30 ans, Saint-Hya­cinthe a été la des­ti­na­tion à of­frir le plus vaste com­plexe hô­tel-centre de congrès en ré­gion, au Qué­bec.

M. Dou­ville a éga­le­ment par­ti­ci­pé à l’es­sor de Lé­vis comme des­ti­na­tion af­faires. Il a di­ri­gé le Centre de congrès et d’ex­po­si­tions de Lé­vis, ain­si que l’Hô­tel Four Point by She­ra­ton pen­dant sept ans avant de se voir confier la ges­tion

et la pro­mo­tion du com­plexe hô­tel-centre de congrès mas­kou­tain en 2016.

Un re­tour très at­ten­du

Fi­nan­cé sous forme de par­te­na­riat pu­blic­pri­vé, le nou­veau com­plexe était fort at­ten­du par la com­mu­nau­té d’af­faires mas­kou­taine. Se­lon An­dré Bar­na­bé, di­rec­teur gé­né­ral de Saint-Hya­cinthe Tech­no­pole, la plu­part des com­mer­çants et des res­tau­ra­teurs ont es­suyé des pertes de re­ve­nus d’au moins 15% par an­née de­puis quatre ans, soit de­puis la fer­me­ture et la dé­mo­li­tion de l’an­cien com­plexe de l’Hô­tel des Sei­gneurs.

Un des ac­teurs com­mer­ciaux qui bé­né­fi­cie dé­jà des re­tom­bées du nou­veau com­plexe hô­tel­centre de congrès de­meure les Ga­le­ries de Saint-Hya­cinthe, prin­ci­pal voi­sin de l’in­fra­struc­ture. Si­gna­lons que le pro­prié­taire in­ves­tis­seur, qui a contri­bué à la construc­tion de l’Hô­tel She­ra­ton, Beau­ward im­mo­bi­lier inc., est ce­lui qui dé­tient l’es­pace com­mer­cial qui abrite plus de 140 bou­tiques et ser­vices. « Il était donc fon­da­men­tal à nos yeux qu’une pas­se­relle puisse re­lier la nou­velle in­fra­struc­ture du congrès à notre centre com­mer­cial », fait sa­voir An­dré Bro­chu, di­rec­teur gé­né­ral des Ga­le­ries de Saint-Hya­cinthe.

De­puis août, la pas­se­relle a gé­né­ré près de 8 000 vi­si­teurs de plus par mois pour les

ga­le­ries. Des in­ves­tis­se­ments de plus de 1 M$ sont d’ailleurs pré­vus pour ré­amé­na­ger l’en­semble des aires ali­men­taires d’ici l’au­tomne, in­dique M. Bro­chu. Cet es­pace pas­se­ra de 385 à 560 places. « Nous pré­voyons que l’acha­lan­dage at­tein­dra de 15 000 à 20 000 per­sonnes par mois une fois les tra­vaux ter­mi­nés », sou­tient le ges­tion­naire.

Une foule d’ar­gu­ments pour sé­duire

Outre cette pas­se­relle, le nou­veau centre de congrès dis­pose de nom­breux autres at­tri­buts de sé­duc­tion pour ra­me­ner la clien­tèle d’af­faires en ville. « Et pour en at­ti­rer une nou­velle », ajoute M. Dou­ville. Par­mi les forces du nou­veau com­plexe, on note la mo­der­ni­té et l’es­pace qu’offrent les nou­velles ins­tal­la­tions. La grande salle de 25 000 pieds car­rés (sans co­lonnes svp) peut ac­cueillir jus­qu’à 2 500 convives en ban­quet. Elle a aus­si la par­ti­cu­la­ri­té d’of­frir de mul­tiples confi­gu­ra­tions afin de se trans­for­mer en plus pe­tits es­paces.

S’ajoute une ving­taine de salles pour des groupes de 10 à 200 per­sonnes, qui sont ré­par­ties sur deux étages, en plus d’une carte maî­tresse : une ter­rasse amé­na­gée sur le toit vert du Centre de congrès, qui peut ac­cueillir jus­qu’à 500 convives en cock­tail lors de la belle sai­son. La ter­rasse fait par­tie d’une struc­ture qui to­ta­lise 40 000 pieds car­rés. Un en­droit, si­gnale M. Dou­ville, de­ve­nu un mi­ni­parc où clients et ré­si­dents de Saint-Hya­cinthe sont in­vi­tés à ve­nir se ba­la­der pour contem­pler les en­vi­rons.

Sur le plan du dé­cor et de la concep­tion, l’hô­tel de 223 chambres ré­par­ties sur 16 étages se dis­tingue par une si­gna­ture chic ur­baine aux al­lures in­ter­na­tio­nales. Si ce n’était du pay­sage ru­ral en­vi­ron­nant, où se cô­toient l’au­to­route 20, les champs, les fermes et les Mon­té­ré­giennes, le vi­si­teur au­rait ai­sé­ment l’im­pres­sion d’être en réunion dans une grande mé­tro­pole du Nord-Est amé­ri­cain.

La pré­sence de plus de 700 es­paces de sta­tion­ne­ments in­té­rieur et ex­té­rieur, du res­tau­rant Zi­bo, du spa l’Éveil des sens et d’un ser­vice de na­vette quo­ti­dienne gra­tuite vient éga­le­ment bo­ni­fier l’offre. Ce nou­veau ser­vice per­met de trans­por­ter les dé­lé­gués qui sé­journent dans les autres hô­tels mas­kou­tains, tels Le Dau­phin et le Ho­li­day Inn Ex­press & Suites. La na­vette ef­fec­tue la liai­son entre le com­plexe et le centre-ville de Saint-Hya­cinthe gor­gé de res­tau­rants et de bou­tiques. « La na­vette a même été uti­li­sée par des clients de l’hô­tel qui sou­hai­taient se rendre au res­tau­rant Le Cou­reur des bois, à Be­loeil, si­tué à une quin­zaine de mi­nutes du com­plexe », men­tionne M. Dou­ville. Rap­pe­lons que ce res­tau­rant est l’une des quatre tables du pays (la seule au Qué­bec) dont la cave à vin s’est vu dé­cer­ner le Grand Award Wine Spec­ta­tor.

Des stra­té­gies pour mous­ser les at­tri­buts

Le nou­veau com­plexe hô­tel-centre de congrès mas­kou­tain a aus­si comme ca­rac­té­ris­tique d’abri­ter le bu­reau d’in­for­ma­tion tou­ris­tique de Saint-Hya­cinthe. Un ser­vice qu’on ne trouve nulle part ailleurs dans les autres centres de congrès du Qué­bec. « La re­lo­ca­li­sa­tion de notre lieu d’ac­cueil nous a per­mis de nous rap­pro­cher de notre clien­tèle en tou­risme d’af­faires, qui re­pré­sente 70 % de nos vi­si­teurs an­nuels », in­dique Nan­cy Lam­bert, di­rec­trice, Tou­risme et congrès à Saint-Hya­cinthe Tech­no­pole.

Ce poste d’ac­cueil, qui sert éga­le­ment de point de vente

La pré­sence de plus de 700 es­paces de sta­tion­ne­ments in­té­rieur et ex­té­rieur, ain­si que du res­tau­rant Zi­bo, vient bo­ni­fier l’offre du Centre de congrès de Saint-Hya­cinthe.

Le Centre de congrès offre un ser­vice de na­vette gra­tuite qui per­met de trans­por­ter les dé­lé­gués qui sé­journent dans les autres hô­tels mas­kou­tains, tel Le Dau­phin (notre pho­to).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.