LE BAS-SAINTLAURE­NT S’ENTREPREND

Les Affaires - - Front Page - Pierre Thé­roux re­dac­tion­le­saf­[email protected]

Le Bas-Saint-Laurent re­gorge de res­sources na­tu­relles. Il faut par­cou­rir cette vaste ré­gion, voir ses nom­breuses fo­rêts et tour­bières pour consta­ter que son ac­ti­vi­té est orien­tée vers l’ex­ploi­ta­tion et la trans­for­ma­tion de ces ri­chesses. Mais la ré­gion mise aus­si sur une éco­no­mie de plus en plus di­ver­si­fiée.

« Le vi­sage en­tre­pre­neu­rial change. On voit de plus en plus de jeunes qui font le choix d’être en­tre­pre­neurs et de lan­cer des en­tre­prises dans de nou­veaux sec­teurs d’ac­ti­vi­té », note Mar­tin Beau­lieu, di­rec­teur gé­né­ral de la So­cié­té de pro­mo­tion éco­no­mique de Ri­mous­ki. Il cite en exemple la Dis­tille­rie du St. Laurent, qui pro­duit un gin in­fu­sé aux algues, ou en­core les mi­cro­bras­se­ries L’Oc­tant et Le Bien, le Malt. « Ça donne un nou­veau souffle à une éco­no­mie qui se mo­der­nise », ob­serve-t-il.

Pen­dant ce temps, des en­tre­prises éta­blies de­puis plus de 40 ans comme Pro­duits mé­tal­liques PMI, qui se spé­cia­lise dans la concep­tion, fa­bri­ca­tion, et ins­tal­la­tion de struc­tures d’acier, et le fa­bri­cant d’ar­moires de cui­sine Mi­ra­lis, prennent de l’ex­pan­sion et rayonnent même à l’ex­té­rieur du Qué­bec. Sans ou­blier la pré­sence de Te­lus qui em­ploie en­vi­ron 1 400 per­sonnes à Ri­mous­ki.

Mi­ser sur les en­tre­pre­neurs lo­caux

À Ri­vière-du-Loup, qui s’était his­sée au pre­mier rang du clas­se­ment na­tio­nal des villes en­tre­pre­neu­riales en 2016, le dy­na­misme éco­no­mique ne se dé­ment pas. Les en­tre­prises ma­nu­fac­tu­rières y ont in­ves­ti une somme re­cord de 53,6 mil­lions de dol­lars en 2017 et créé 275 em­plois. « On pour­suit sur notre lan­cée », in­dique Ma­rie-Jo­sée Huot, di­rec­trice gé­né­rale du Centre lo­cal de dé­ve­lop­pe­ment de la ré­gion de Ri­vière-du-Loup.

La MRC de Ri­vière-du-Loup compte une cen­taine d’en­tre­prises ma­nu­fac­tu­rières, no­tam­ment Pre­mier Tech, Ver­bois, Le­page Mill­work, Les Viandes du Bre­ton, qui em­ploient plus de 4 000 per­sonnes. « À l’ex­cep­tion de Pa­piers White Birch, notre éco­no­mie s’est dé­ve­lop­pée et di­ver­si­fiée par la vo­lon­té d’en­tre­pre­neurs lo­caux », sou­ligne Mme Huot qui y voit un net avan­tage. « En pé­riode de crise éco­no­mique, les en­tre­prises étran­gères vont bien sou­vent fer­mer leurs usines et ra­pa­trier leur pro­duc­tion. Un en­tre­pre­neur lo­cal, qui croise ses em­ployés à l’épi­ce­rie, va hé­si­ter da­van­tage avant de faire des mises à pied. Il a plus à coeur le dé­ve­lop­pe­ment de la col­lec­ti­vi­té », es­time-t-elle.

Pour as­su­rer son dé­ve­lop­pe­ment en­tre­pre­neu­rial, la ré­gion peut aus­si comp­ter sur l’École des en­tre­pre­neurs du Qué­bec, qui vient d’y ou­vrir une nou­velle an­tenne. Ses ac­ti­vi­tés de for­ma­tion et d’ac­com­pa­gne­ment en en­tre­pre­neu­riat « vont contri­buer à dé­ve­lop­per les com­pé­tences en­tre­pre­neu­riales et fa­ci­li­ter le dé­mar­rage et la crois­sance d’en­tre­prises dans la ré­gion », es­time Vé­ro­nique Ma­riève Gos­se­lin, di­rec­trice gé­né­rale de cette nou­velle branche de l’École.

L’éco­no­mie ma­ri­time

La ré­gion, qui s’étend sur quelque 300 km le long de la rive sud du Saint-Laurent, mise aus­si sur la Stra­té­gie ma­ri­time du Qué­bec, qui a no­tam­ment ame­né la créa­tion de zones in­dus­tria­lo-por­tuaires. Son sta­tut de Tech­no­pole ma­ri­time lui per­met en ef­fet d’en­vi­sa­ger d’im­por­tantes re­tom­bées éco­no­miques.

« La ré­gion, avec sa concen­tra­tion de centres de re­cherche et d’en­tre­prises, a une grande ex­per­tise dans le do­maine des tech­no­lo­gies ma­rines et du trans­port ma­ri­time », fait va­loir Noé­mie Gi­guère, di­rec­trice gé­né­rale de Tech­no­pole ma­ri­time du Qué­bec.

Les do­maines de re­cherche, aus­si va­riés que les bio­tech­no­lo­gies ma­rines et la na­vi­ga­tion élec­tro­nique, en pas­sant par l’aqua­cul­ture, la conser­va­tion des res­sources ou la géo­ma­tique ma­rine, ont un rayon­ne­ment qui s’étend même à l’échelle in­ter­na­tio­nale.

la

Le sta­tut de Tech­no­pole ma­ri­time per­met au Bas-Saint-Laurent d’en­vi­sa­ger d’im­por­tantes re­tom­bées éco­no­miques. Sur notre pho­to, le port de Ca­cou­na.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.