In­ves­tis­se­ment res­pon­sable pour un re­cru­te­ment du­rable

Les Affaires - - CHRONIQUE - Na­tha­lie Fran­cis­ci re­dac­tion­le­saf­[email protected] Ch­ro­ni­queuse in­vi­tée | ve­na­trix

Bio­gra­phie

Re­con­nue pour son ex­per­tise de pre­mier plan en re­cru­te­ment, en gou­ver­nance et en di­ver­si­té, Na­tha­lie Fran­cis­ci est as­so­ciée du ca­bi­net Od­gers Berndt­son, où elle s’oc­cupe prin­ci­pa­le­ment de re­cru­ter des cadres et des membres de conseils d’ad­mi­nis­tra­tion. Elle a été pré­si­dente, puis co­pré­si­dente du con­seil de l’Ins­ti­tut des ad­mi­nis­tra­teurs de so­cié­tés du Qué­bec ; elle en­seigne la gou­ver­nance à l’Uni­ver­si­té McGill et siège éga­le­ment au sein de plu­sieurs conseils d’ad­mi­nis­tra­tion.

L’in­ves­tis­se­ment res­pon­sable est un pro­ces­sus qui in­tègre les fac­teurs en­vi­ron­ne­men­taux, so­ciaux et de gou­ver­nance (ESG) dans les dé­ci­sions d’in­ves­tis­se­ments des en­tre­prises en créant un im­pact dans la col­lec­ti­vi­té. Un im­pact me­su­rable, on s’en­tend.

Non, vous ne vous êtes pas trom­pé de chronique; je ne vous par­le­rai pas de stra­té­gies fi­nan­cières (je laisse ce tra­vail à mes col­lègues de la sec­tion In­ves­tir), mais plu­tôt de stra­té­gies en res­sources hu­maines. Vous êtes donc au bon en­droit.

La gé­né­ra­tion des mil­lé­niaux se sent pro­fon­dé­ment concer­née par les ques­tions d’en­vi­ron­ne­ment et de res­pon­sa­bi­li­té so­ciale qui im­pactent leur fu­tur et ce­lui de leurs en­fants. Dans un ré­cent rap­port d’EY, Sus­tai­nable in­ves­ting: the mil­len­nial in­ves­tor, on ap­prend que les mil­lé­niaux pré­fèrent in­ves­tir deux fois plus dans des fonds ou des en­tre­prises qui visent des re­tom­bées so­ciales et en­vi­ron­ne­men­tales. Ain­si, 29% des in­ves­tis­seurs dans la ving­taine et la tren­taine cherchent des conseiller­s fi­nan­ciers pou­vant leur four­nir des in­ves­tis­se­ments ba­sés sur la va­leur et 17% choi­sissent des titres d’en­tre­prises qui ont adop­té des po­li­tiques ESG.

Vos jeunes ta­lents et fu­turs lea­ders ont pour ob­jec­tif de par­ve­nir à une plus grande in­té­gra­tion de leurs va­leurs. Ils cherchent prio­ri­tai­re­ment un épa­nouis­se­ment per­son­nel dans leur car­rière, en ap­pli­quant une conscience glo­bale aux achats et en in­ves­tis­sant dans des modèles éco­no­miques du­rables qui ont de l’im­pact. Il est donc tout na­tu­rel que ce­la se ré­per­cute sur leur choix de car­rière et les amène à se joindre à des en­tre­prises dont l’en­ga­ge­ment en­vi­ron­ne­men­tal

et com­mu­nau­taire est sin­cère et se com­bine à des ac­tions concrètes.

L’at­trac­tion des ta­lents est un des grands en­jeux de l’heure, et si votre en­tre­prise n’y at­tache pas d’im­por­tance ou, pire, si elle fait sem­blant de s’y at­tar­der, elle man­que­ra les meilleurs ta­lents. À l’heure du zé­ro dé­chet et autres ten­dances de même aca­bit, au­tant vous dire que ce n’est pas la pe­tite pou­belle bleue de re­cy­clage au coin de leur bu­reau qui fera la dif­fé­rence, sur­tout si vous êtes en­core à l’époque de l’im­pres­sion pa­pier fré­né­tique et des rap­ports vo­lu­mi­neux qui passent à la dé­chi­que­teuse. Ce n’est pas non plus le simple don d’en­tre­prise pour sou­la­ger votre conscience, consi­gné dans votre rap­port an­nuel pour la forme, qui sau­ra les convaincre.

Ce qui vous dis­tin­gue­ra et at­ti­re­ra le ta­lent, c’est votre convic­tion ain­si que votre en­ga­ge­ment pro­fond à faire une dif­fé­rence et à adop­ter des po­li­tiques d’en­tre­prise et des stra­té­gies fi­nan­cières pour sou­te­nir cet ob­jec­tif. L’in­ves­tis­se­ment res­pon­sable de­vien­dra alors au­tant un ou­til d’at­trac­tion des meilleurs ta­lents que de ré­ten­tion et de mo­bi­li­sa­tion. Si votre en­tre­prise est ré­pu­tée être un grand pol­lueur de la pla­nète, il vaut mieux que vous re­voyiez votre co­pie et trou­viez une stra­té­gie pour contre­ba­lan­cer votre im­pact. L’au­then­ti­ci­té est tou­te­fois de mise. Ain­si, il est pos­sible pour une so­cié­té mi­nière ou une alu­mi­ne­rie de re­cru­ter et d’at­ti­rer les meilleurs si elles adoptent des po­li­tiques vi­sant à mi­ni­mi­ser leur im­pact en­vi­ron­ne­men­tal né­ga­tif. Par exemple, en fa­vo­ri­sant l’em­ploi dans les col­lec­ti­vi­tés lo­cales ou elles opèrent tout en re­don­nant à la so­cié­té.

L’in­té­gra­tion des po­li­tiques ESG et la me­sure de l’im­pact doivent donc dé­sor­mais être in­té­grées aux stra­té­gies d’at­trac­tion des ta­lents pour dé­mon­trer que l’en­tre­prise a une conscience so­ciale et que le tra­vail y a un sens pour faire une dif­fé­rence dans le monde. C’est tout un chan­ge­ment de culture qui doit s’amor­cer et au­tant vous dire que le temps presse entre notre pla­nète qui se ré­chauffe et les ta­lents qui se ra­ré­fient...

Si vous ne vou­lez pas fi­nir comme un ours po­laire coin­cé sur un mi­ni-mor­ceau de ban­quise, in­ves­tis­sez dès au­jourd’hui dans le re­cru­te­ment du­rable !

Ce qui vous dis­tin­gue­ra et at­ti­re­ra le ta­lent, c’est votre convic­tion ain­si que votre en­ga­ge­ment pro­fond à faire une dif­fé­rence et à adop­ter des po­li­tiques au­tant cor­po­ra­tives que des stra­té­gies fi­nan­cières pour sou­te­nir cet ob­jec­tif.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.