Do­mi­nique Beau­champ

Dol­la­ra­ma re­de­vient une va­leur sûre

Les Affaires - - SOMMAIRE - Do­mi­nique Beau­champ do­mi­nique.beau­[email protected] C @@ beau­champ_­dom

Dol­la­ra­ma ( DOL, 35,39$) a per­du de son lustre après trois tri­mestres dé­ce­vants, mais le dé­taillant chou­chou reste pre­mier de classe à plu­sieurs égards dans son in­dus­trie. Le titre a donc ga­gné 1% mal­gré le dé­voi­le­ment d’un qua­trième tri­mestre et d’un aper­çu mi­ti­gés parce que les in­ves­tis­seurs af­fec­tionnent les so­cié­tés ré­si­lientes au mo­ment où la conjonc­ture éco­no­mique in­quiète.

Il faut dire que les in­ves­tis­seurs ont eu am­ple­ment le temps de s’ajus­ter aux pers­pec­tives plus mo­dé­rées du dé­taillant, comme en té­moigne le dé­gon­fle­ment spec­ta­cu­laire du mul­tiple d’éva­lua­tion de 33 à 18,7 fois les bé­né­fices pré­vus dans les 12 pro­chains mois, de­puis jan­vier 2018.

« Nous re­con­nais­sons que Dol­la­ra­ma n’est plus le dé­taillant à forte croissance qu’il était, mais l’éva­lua­tion est aus­si beau­coup plus basse qu’avant », ré­sume bien Vi­shal Sh­reed­har, de Fi­nan­cière Banque Na­tio­nale.

Moins cher que Me­tro et Lo­blaw

Dol­la­ra­ma re­nonce pour l’ins­tant à dé­pas­ser les prix des ar­ticles à plus de 4$. Ce­la mo­dère la croissance des ventes par ma­ga­sins com­pa­rables et af­fai­blit un peu les marges éle­vées du dé­taillant, mais ses ren­de­ments res­tent en tête de son in­dus­trie.

Après avoir abais­sé son cours cible à deux re­prises de­puis sep­tembre de 55$ à 46$, Irene Nat­tel, de RBC Mar­chés des Ca­pi­taux, main­tient sa re­com­man­da­tion d’achat. Au cours ac­tuel, son ac­tion est moins chè­re­ment éva­luée que celle de Dollar Ge­ne­ral (DG, 119,15$ US), dont la croissance des ventes et les marges sont in­fé­rieures, dit-elle.

Me­tro (MRU, 49,11$) et Lo­blaw (L, 65,82$) sont aus­si plus chè­re­ment éva­luées que Dol­la­ra­ma en fonc­tion de leur croissance, même si leurs marges sont presque la moi­tié de celles de Dol­la­ra­ma, ajoute l’ana­lyste. Le titre peut s’ap­pré­cier à nou­veau si le dé­taillant ré­pond ou, en­core mieux, dé­passe les nou­velles orien­ta­tions, es­time Mme Nat­tel.

Pa­tri­cia Ba­ker, de Banque Sco­tia, en­joint ses clients d’être patients et d’ap­pré­cier le fait que la so­cié­té prend des dé­ci­sions « à long terme », pas pour mous­ser ses ré­sul­tats à court terme.

Après tout, la marge d’ex­ploi­ta­tion de 24,8% pré­vue en 2020 se­ra plus éle­vée que celle de 23,7% en 2017, dit-elle pour mettre la per­for­mance de Dol­la­ra­ma en contexte. « Avec ses 1 225 ma­ga­sins, ses re­ve­nus de 3,5 mil­liards de dol­lars et ses prix jus­qu’à 4$, Dol­la­ra­ma se bute da­van­tage qu’avant aux autres dé­taillants. Il lui faut donc éle­ver ses pra­tiques à l’aide d’ou­tils ana­ly­tiques afin d’op­ti­mi­ser la ges­tion de l’as­sor­ti­ment et des prix », af­firme M. How­lett.

La stra­té­gie mul­ti­prix de Dol­la­ra­ma semble avoir frap­pé un mur parce que ses ri­vaux aug­mentent peu le prix d’ar­ticles si­mi­laires. Par contre, l’agi­li­té du mar­chand de­vrait lui per­mettre de s’adap­ter ra­pi­de­ment à cette nou­velle conjonc­ture, es­timent la plu­part des ana­lystes.

La di­rec­tion re­double d’ef­forts pour raf­fi­ner sa mise en mar­ché afin de pré­ser­ver sa pro­po­si­tion de va­leur, ra­vi­ver la fré­quen­ta­tion de ses ma­ga­sins et aug­men­ter le nombre d’ar­ticles dans le pa­nier d’achats. À la suite de sept dé­clins du nombre de tran­sac­tions en ma­ga­sin au cours des dix der­niers tri­mestres, un meilleur équi­libre entre l’as­sor­ti­ment et les prix re­de­vient la grande prio­ri­té de la di­rec­tion. Les res­pon­sables des achats ont no­tam­ment re­çu la consigne de re­ma­nier les achats afin d’of­frir des ar­ticles de 1$ à 1,25$ dans cha­cune des ca­té­go­ries of­fertes.

Neil Ros­sy, le PDG, a re­con­nu que son équipe avait né­gli­gé cet as­pect dans son zèle d’of­frir de nou­veaux ar­ticles aux prix su­pé­rieurs, lors de la té­lé­con­fé­rence avec les ana­lystes sui­vant les ré­sul­tats du qua­trième tri­mestre.

Dol­la­ra­ma en­tend aus­si ex­ploi­ter au maxi­mum ses nou­veaux ou­tils d’ana­lyse (un nou­veau pro­gi­ciel de ges­tion) pour amé­lio­rer l’as­sor­ti­ment d’ar­ticles au prix op­ti­mal, et même leur em­pla­ce­ment en ma­ga­sin.

À plu­sieurs re­prises, M. Ros­sy a évo­qué son en­thou­siasme à l’égard de cette « oc­ca­sion ex­ci­tante à sai­sir », main­te­nant que les res­pon­sables des achats ont ac­cès, de­puis deux mois, à des don­nées beau­coup plus pré­cises sur la per­for­mance de cha­cun des ar­ticles en ma­ga­sin.

« Nous avons plus de jus à pres­ser du ci­tron. Vous pour­rez com­men­cer à l’ap­pré­cier au cours des pro­chains tri­mestres », a illus­tré M. Ros­sy.

Le dé­taillant pour­rait faire ap­pel à l’en­voi de cir­cu­laires pour mieux faire l’éta­lage de son offre amé­lio­rée, croit même Keith How­lett, de Des­jar­dins Mar­ché des ca­pi­taux.

Ex­cur­sion à l’étran­ger l’an pro­chain

Tous les ana­lystes s’at­tendent aus­si à ce que la so­cié­té exerce son op­tion pour ac­qué­rir les 169ma­ga­sins Dollar Ci­ty, en Amé­rique la­tine, en fé­vrier 2020. Le dé­taillant ra­len­ti­rait alors ses ra­chats d’ac­tions afin que sa dette reste in­fé­rieure à moins de 3 fois son bé­né­fice d’ex­ploi­ta­tion, ajoute M. How­lett. L’ana­lyste re­nou­velle sa re­com­man­da­tion d’achat et son cours cible de 43$, soit 21 fois le bé­né­fice des quatre pro­chains tri­mestres, plus 3,50$ pour la pos­si­bi­li­té que Dol­la­ra­ma ex­porte son mo­dèle à l’étran­ger.

Comme en té­moigne le re­bond de 8,8% du titre de Dol­la­ra­ma de­puis le dé­but de l’an­née, la ré­si­lience de son mo­dèle d’af­faires re­gagne de la va­leur aux yeux des in­ves­tis­seurs, qui ap­pré­hendent un ra­len­tis­se­ment éco­no­mique ou même une ré­ces­sion. Tou­te­fois, son cours se col­le­ra plus que ja­mais à sa per­for­mance in­terne.

Mark Pe­trie, de Mar­chés mon­diaux CIBC, ex­prime bien le di­lemme bour­sier: Dol­la­ra­ma mé­rite en­core une éva­lua­tion su­pé­rieure à ses sem­blables, mais une croissance de 10% à 12% du bé­né­fice à l’ave­nir ne jus­ti­fie pas un mul­tiple de plus de 20 fois. Son cours cible de 37$ offre peu d’ap­pré­cia­tion, d’où sa re­com­man­da­tion neutre.

Le cours cible moyen de 39,29$ de 16 ana­lystes laisse en­tre­voir un gain de 11,6%.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.