Les pro­duc­teurs de fer de­meurent pru­dents

Les Affaires - - INDUSTRIE MINIÈRE - Fran­çois Nor­mand francois.nor­[email protected] fran­cois­nor­mand

De­puis le creux de la fin no­vembre, la tonne de fer a bon­di de 40% pour at­teindre 85,80$ US à la fin mars, dé­pas­sant même briè­ve­ment un som­met de trois ans. Mal­gré tout, les pro­duc­teurs de fer du Qué­bec de­meurent pru­dents, car les cours sont tou­jours très vo­la­tils.

« Oui, les prix ont mon­té, mais ils pour­raient re­des­cendre en 2019 », fait re­mar­quer la PDG de l’As­so­cia­tion mi­nière du Qué­bec (AMQ), Jo­sée Méthot, en sou­li­gnant que les condi­tions de l’in­dus­trie ont conti­nué de s’amé­lio­rer dans la pro­vince ces der­nières an­nées.

Plu­sieurs fac­teurs af­fectent ac­tuel­le­ment les cours du fer. Tou­te­fois, la ca­tas­trophe im­pli­quant le pro­duc­teur de fer Vale, au Bré­sil (un bar­rage mi­nier a cé­dé, tuant des di­zaines de per­sonnes), est le prin­ci­pal fac­teur ex­pli­quant l’ex­plo­sion des prix, af­firment les ana­lystes, dont ceux de Mor­gan Stan­ley. À la suite de l’ac­ci­dent, la mi­nière bré­si­lienne a ré­duit sa pro­duc­tion, ré­dui­sant du coup l’offre de fer sur le mar­ché mon­dial. En re­vanche, le mar­ché de­vrait éven­tuel­le­ment re­ve­nir à l’équi­libre en 2019, sou­lignent les ana­lystes de BMO Mar­chés des ca­pi­taux.

C’est d’ailleurs la lec­ture qu’en font sur le ter­rain, au Qué­bec, les pro­duc­teurs de fer que nous avons contac­tés. « Nous avons bon es­poir que les prix se sta­bi­li­se­ront aux alen­tours de 70$ à 75$ », af­firme Da­vid Ca­ta­ford, di­rec­teur des opé­ra­tions de Cham­pion Iron, qui ex­ploite une mine de fer au lac Bloom, près de Fer­mont. La mi­nière n’éta­blit donc pas sa stra­té­gie à par­tir des prix ac­tuels.

Un seuil de ren­ta­bi­li­té très confor­table

L’his­to­rique de la va­leur mar­chande semble don­ner rai­son à la mi­nière, car le prix moyen du fer s’est maintenu à un peu plus de 70$ US la tonne au cours des cinq der­nières an­nées, se­lon le site Tra­ding Eco­no­mics.

Ce prix procure en­core une bonne marge de ma­noeuvre à Cham­pion. La mine du lac Bloom est ren­table, le prix de la tonne de fer os­cil­lant entre 50 $ US et 55 $ US, ex­plique M. Ca­ta­ford.

Ce mon­tant com­prend tous les coûts de pro­duc­tion et de trans­port, et ce, de l’ex­trac­tion du mi­ne­rai de fer à son trans­port sur les mar­chés asia­tiques tels que la Chine et le Ja­pon.

Les condi­tions du mar­ché lui sont à ce point fa­vo­rables que la mi­nière a lan­cé, en no­vembre, une étude de fai­sa­bi­li­té pour dou­bler la pro­duc­tion au lac Bloom de

7,5 à 15 mil­lions de tonnes.

Si l’étude est concluante, l’en­tre­prise de­vra in­ves­tir en­vi­ron 400 mil­lions de dol­lars dans ce pro­jet, ce qui ne tient pas compte du ra­chat d’équi­pe­ments. « Nous au­rons plus de pré­ci­sions sur les coûts réels quand l’étude se­ra ter­mi­née », sou­ligne M. Ca­ta­ford. L’en­tre­prise de­vrait ter­mi­ner l’étude cette an­née. Ad­ve­nant des conclu­sions fa­vo­rables, la nou­velle ca­pa­ci­té de pro­duc­tion se­ra dis­po­nible à comp­ter du deuxième tri­mestre de 2021.

Le pro­duc­teur de fer Ta­ta Steel, qui a un pro­jet de mine de fer près de Schef­fer­ville, fait aus­si preuve de pru­dence à l’égard de la hausse ré­cente du prix du fer. « Nous de­meu­rons conser­va­teurs dans nos pré­vi­sions », sou­ligne Ar­mand Macken­zie, vice-pré­sident des af­faires gou­ver­ne­men­tales et des re­la­tions pu­bliques chez Ta­ta Steel Mi­ne­rals Ca­na­da.

La mul­ti­na­tio­nale est en train de dé­ve­lop­per un pro­jet de fer à en­four­ne­ment di­rect (DSO) au Qué­bec et en par­tie à Terre-Neuve-et-La­bra­dor.

Ce pro­jet com­prend l’ex­trac­tion, le concas­sage, le la­vage, le cri­blage et le sé­chage du mi­ne­rai à l’usine de Schef­fer­ville. La mi­nière trans­por­te­rait le pro­duit fi­ni par che­min de fer à Sept-Îles, pour l’ex­por­ter en­suite par ba­teau aux usines si­dé­rur­giques de Ta­ta Steel en

Eu­rope. Comme Ta­ta Steel n’est pas ins­crite en Bourse, elle ne di­vulgue pas son seuil de ren­ta­bi­li­té.

Ce­la dit, même si les cours du fer de­vaient di­mi­nuer dans les pro­chains mois, le prin­ci­pal dé­fi de l’en­tre­prise ne ré­side pas dans le prix, mais plu­tôt dans l’ac­ces­si­bi­li­té au quai mul­tiu­sa­ger de Sept-Îles, qu’uti­lise dé­jà Cham­pion. « Il y a un gou­lot d’étran­gle­ment », dé­plore M. Macken­zie.

Or, cette si­tua­tion aug­mente les coûts de char­ge­ment et de té­lé­char­ge­ment au port de Sept-Îles, ce qui af­fecte de fac­to le seuil de ren­ta­bi­li­té du

« Oui, les prix ont mon­té, mais ils pour­raient re­des­cendre en 2019. » – Jo­sée Méthot, PDG de l’As­so­cia­tion mi­nière du Qué­bec

pro­jet DSO, alors que Ta­ta Steel se dit prête à com­men­cer à ex­por­ter son pro­duit fi­ni en Eu­rope à comp­ter de cet au­tomne.

L’en­jeu est com­plexe et né­ces­si­te­ra sans doute l’in­ter­ven­tion des gou­ver­ne­ments. Car pour dé­faire ce gou­lot d’étran­gle­ment, Ta­ta Steel af­firme qu’il faut in­ter­con­nec­ter les deux cours d’en­tre­po­sage à Sept-Îles (lac Bloom et Wa­bush). Cham­pion s’y op­pose, parce qu’elle ne veut pas que son mi­ne­rai de qua­li­té soit « conta­mi­né » par le mi­ne­rai d’autres mi­nières.

Ar­ce­lor Mit­tal est l’autre gros joueur dans le sec­teur du fer au Qué­bec, qui ex­ploite le com­plexe mi­nier de Mont-Wright et la mine de

Fire Lake, dans la ré­gion de Fer­mont. La mi­nière n’a tou­te­fois pas ré­pon­du à nos de­mandes d’en­tre­tien pour faire le point sur ses pro­jets.

Le mi­ne­rai de fer est un sec­teur stra­té­gique au Qué­bec, car il consti­tue le sep­tième poste d’ex­por­ta­tion, juste de­vant le bois d’oeuvre.

En 2018, les ex­pé­di­tions de mi­ne­rai de fer et de concen­trés à l’étran­ger ont to­ta­li­sé

2,2 mil­liard de dol­lars ca­na­diens, soit le ni­veau le plus éle­vé de­puis le record de 1,9G$ en­re­gis­tré en 2014, se­lon l’Ins­ti­tut de la sta­tis­tique du Qué­bec. Les mar­chés d’ex­por­ta­tion du fer du Qué­bec ont aus­si chan­gé au fil des ans. De 2014 à 2018, les ex­pé­di­tions qué­bé­coises de fer en Chine ont chu­té de 16% à 639M$, tan­dis que celles à des­ti­na­tion de l’Union eu­ro­péenne ont aug­men­té de près de 50% à 1,2G$ du­rant la même pé­riode.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.