JA Qué­bec veut ini­tier les jeunes à l’entreprene­uriat par­tout au Qué­bec

Les Affaires - - SOMMAIRE - Fran­çois Nor­mand francois.nor­[email protected] C @@ fran­cois­nor­mand

Of­frant es­sen­tiel­le­ment ses ser­vices dans le sud et le centre de la pro­vince, JA Qué­bec, un or­ga­nisme à but non lu­cra­tif, veut main­te­nant ini­tier les jeunes de

10 à 18 ans à l’entreprene­uriat dans l’en­semble du ter­ri­toire qué­bé­cois dans les pro­chaines an­nées.

« Nous avons le pro­jet de nous dé­ployer dans l’en­semble du Qué­bec en plu­sieurs étapes. Si tout se passe comme pré­vu, nous pour­rions y ar­ri­ver sur une pé­riode de trois à cinq ans », ex­plique la PDG Syl­vie Trem­blay.

Le cas échéant, l’or­ga­nisme pour­rait par exemple of­frir ses ser­vices dans le Bas-Saint-Laurent, en Gas­pé­sie ou sur la Côte-Nord, alors que ses ac­ti­vi­tés sont ac­tuel­le­ment concen­trées dans les ré­gions de Mon­tréal, de la Ca­pi­tale-Na­tio­nale et de Chau­dière-Ap­pa­laches, in­cluant la Beauce.

JA Qué­bec (an­cien­ne­ment Jeunes en­tre­prises du Qué­bec) a été fon­dé en 1962. Il s’agit en fait d’une di­vi­sion de JA World­wide, un or­ga­nisme amé­ri­cain créé en 1919 à Bos­ton, pré­sent dans plus de 100 pays.

JA World­wide et JA Qué­bec ont la même mis­sion: pré­pa­rer les jeunes au mar­ché du tra­vail, les sen­si­bi­li­ser à l’entreprene­uriat et leur faire dé­cou­vrir la lit­té­ra­tie fi­nan­cière.

Au Qué­bec, l’or­ga­nisme le fait se­lon deux dé­marches. Il offre des pro­grammes sco­laires (des bé­né­voles donnent des for­ma­tions dans les écoles) et un pro­gramme En­tre­prise étu­diante (des étu­diants de 15 à 18 ans créent des en­tre­prises sous la su­per­vi­sion d’un men­tor). De­puis sa fon­da­tion en 1962, JA Qué­bec a for­mé 306500 jeunes, et ce, pour une moyenne de 5473 par an­née. Au fil des ans, l’or­ga­nisme s’ap­puie sur des bé­né­voles, dont des en­tre­pre­neurs, pour for­mer tous ces jeunes.

Des en­tre­pre­neurs en vue sont pas­sés par les pro­grammes de l’or­ga­nisme, dont Eric Boy­ko, co­fon­da­teur et di­rec­teur de Stin­gray, une en­tre­prise mont­réa­laise qui four­nit des ser­vices mu­si­caux mul­ti­pla­te­formes.

Pour sa part, l’en­tre­pre­neur, in­ves­tis­seur et « dra­gon » Serge Beau­che­min donne un coup de pouce en fai­sant la pro­mo­tion du pro­gramme En­tre­prise étu­diante de JA Qué­bec, no­tam­ment avec des cap­sules vi­déo afin de convaincre des en­tre­pre­neurs de de­ve­nir des men­tors.

L’ar­gent se­ra le nerf de la guerre dans la stra­té­gie de l’or­ga­nisme pour être ca­pable d’of­frir ses pro­grammes par­tout au Qué­bec, confie Syl­vie Trem­blay.

« Notre pro­jet s’élève à 825000$, ce qui in­clut l’em­bauche de res­sources hu­maines, de ma­té­riel pé­da­go­gique et la for­ma­tion de bé­né­voles », dit-elle. Sur une pé­riode de trois à cinq ans, ce­la re­pré­sente un in­ves­tis­se­ment moyen os­cil­lant de 165000$ à 275000$ par an­née.

Cette somme est im­por­tante étant don­né le bud­get de fonc­tion­ne­ment de JA Qué­bec, qui s’élève de 600000$ à 650000$, et ce, pour une équipe de cinq per­sonnes. De ce mon­tant, 15% est fi­nan­cé par les gou­ver­ne­ments et 85% par le sec­teur pri­vé.

Syl­vie Trem­blay est

« Nous avons le pro­jet de nous dé­ployer dans l’en­semble du Qué­bec en plu­sieurs étapes. Si tout se passe comme pré­vu, nous pour­rions y ar­ri­ver sur une pé­riode de trois à cinq ans. » – Syl­vie Trem­blay, PDG de JA Qué­bec

op­ti­miste pour la suite des choses, se di­sant convain­cue que le gou­ver­ne­ment et les en­tre­prises ont tout in­té­rêt à sou­te­nir la culture en­tre­pre­neu­riale, d’au­tant qu’elle est de plus en plus dy­na­mique.

« De­puis cinq ans, le nombre d’en­tre­prises étu­diantes a été mul­ti­plié par deux », dit-elle.

De­puis sa fon­da­tion en 1962, JA Qué­bec a for­mé 306500 jeunes, et ce, pour une moyenne de 5473 par an­née.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.