Le nou­veau com­plexe hos­pi­ta­lier de Qué­bec pré­sente de mul­tiples dé­fis

Les Affaires - - INFRASTRUC­TURES ET GRANDS PROJETS - Clau­dine Hé­bert re­dac­tion­le­saf­[email protected]

échéan­ciers de ces pro­jets pu­blics et s’in­quiètent de l’im­pré­ci­sion des es­ti­ma­tions bud­gé­taires. « Beau­coup de firmes jugent que la qua­li­té ar­chi­tec­tu­rale en pâ­ti­ra », sou­tient-elle.

Elle re­proche éga­le­ment au gou­ver­ne­ment de vou­loir al­ler trop vite. « Nous n’avons rien contre le pro­jet qui, au contraire, ré­pond à des be­soins pres­sants. Nous sommes conscients que la po­pu­la­tion vieillit, que les be­soins changent, re­con­naît-elle. Mais al­lons-nous re­pro­duire des mo­dèles d’ha­bi­ta­tion en sé­rie comme ce fut le cas des écoles dans les an­nées Du­ples­sis ? » Mme Pa­rent sou­haite qu’il soit pos­sible « de prendre le temps de conce­voir des mai­sons de qua­li­té qui vont s’in­té­grer dans leur en­vi­ron­ne­ment et qui vont du­rer pour les 100 pro­chaines an­nées ». « Le plus im­por­tant est de construire des Mai­sons des aî­nés du­rables et de qua­li­té, au-de­là d’un agen­da gou­ver­ne­men­tal », ré­sume-t-elle.

Pour sa part, l’As­so­cia­tion des firmes de gé­nie-conseil – Qué­bec pré­fère ne pas émettre de com­men­taires sur ce pro­jet, alors que les modes de réa­li­sa­tion ne sont pas en­core connus. « Nous sou­hai­tons sim­ple­ment que la concep­tion et la réa­li­sa­tion visent la meilleure qua­li­té et la du­ra­bi­li­té des ou­vrages qui se­ront construits », af­firme son PDG, An­dré Rain­ville.

Un pro­jet at­ten­du

Le pro­jet des Mai­sons des aî­nés est néan­moins vi­ve­ment ap­plau­di par le Re­grou­pe­ment qué­bé­cois des ré­si­dences pour aî­nés (RQRA). « En­fin, il se passe quelque chose dans notre sec­teur », sou­ligne son PDG, Yves Des­jar­dins.

In­vi­té à don­ner son opi­nion lors de ren­contres in­for­melles au su­jet de ces nou­velles ha­bi­ta­tions en com­pa­gnie de di­vers em­ployés du mi­nis­tère de la San­té et des Ser­vices so­ciaux (MSSS), M. Des­jar­dins dit ai­mer ce qu’il en­tend. « Le gou­ver­ne­ment cherche peut-être en­core le bon mo­dèle, mais au moins, il a le cou­rage de vou­loir chan­ger les choses aux­quelles nous avons été ha­bi­tués jus­qu’à main­te­nant, fait-il va­loir. Et sur­tout, il se sou­cie de l’offre en ré­gion. »

Le seul re­proche que fait le PDG du RQRA au pro­jet, à ce stade-ci, est l’ab­sence de dis­cus­sions entre les ac­teurs du MSSS et les ac­tuels grands pro­prié­taires pri­vés de ré­si­dences pour aî­nés. « Se­lon une ré­cente étude d’Al­tus, les pro­jets de construc­tion de ré­si­dences pour aî­nés en cours au Qué­bec s’élèvent ac­tuel­le­ment à près de 3 G$, pré­cise-t-il. Nos membres pos­sèdent l’ex­per­tise, les connais­sances et les com­pé­tences pour construire des ha­bi­ta­tions dans le res­pect des bud­gets et des dé­lais an­non­cés. Une plus grande col­la­bo­ra­tion entre le pu­blic et le pri­vé ne fe­rait cer­tai­ne­ment pas de tort à ce pro­jet… et, du même coup, à l’en­semble de notre in­dus­trie. » La ville de Qué­bec au­ra un tout nou­vel hô­pi­tal d’ici dé­cembre 2025. Ce mé­ga­chan­tier éva­lué à deux mil­liards de dol­lars per­met­tra de re­grou­per sous un même toit les ac­ti­vi­tés cli­niques, d’en­sei­gne­ment et de re­cherche de L’Hô­tel-Dieu de Qué­bec et de l’Hô­pi­tal de l’En­fant-Jé­sus. Moins mé­dia­ti­sé que les pro­jets du CUSM ou du CHUM, ce­lui du nou­veau com­plexe hos­pi­ta­lier (NCH) n’en de­meure pas moins un dé­fi co­los­sal sur tous les plans.

À com­men­cer par l’en­semble des tra­vaux, qui in­cluent des étapes de construc­tion, de dé­mo­li­tion et de ré­amé­na­ge­ment d’une toute nou­velle in­fra­struc­ture sur le site ac­tuel de l’Hô­pi­tal de l’En­fant-Jé­sus… alors que ce­lui-ci est tou­jours fonc­tion­nel. « C’est comme chan­ger le ré­ac­teur d’un avion en plein vol », sou­tient Ro­bert Top­ping, di­rec­teur gé­né­ral du bu­reau de pro­jet NCH à la So­cié­té qué­bé­coise des in­fra­struc­tures (SQI). En par­te­na­riat avec le Centre hos­pi­ta­lier uni­ver­si­taire (CHU) de Qué­bec-Uni­ver­si­té La­val, la SQI di­rige les tra­vaux du nou­veau mé­ga­hô­pi­tal.

Le pro­jet a d’abord été di­vi­sé en deux phases dis­tinctes. « Lors des pre­mières ana­lyses, en 2014, il a été dé­mon­tré que le ré­seau de la san­té de Qué­bec fai­sait face à un pro­blème: les ap­pa­reils de ra­dio­thé­ra­pie ar­ri­vaient en fin de vie. Il fal­lait donc trou­ver un moyen de construire en prio­ri­té le centre de can­cé­ro­lo­gie », men­tionne M. Top­ping. Ce qui ex­plique que les tra­vaux de la pre­mière phase in­cluent no­tam­ment le nou­veau Centre in­té­gré de can­cé­ro­lo­gie du CHU. Ces tra­vaux doivent prendre fin au dé­but de l’an­née 2020, ce qui per­met­tra le dé­mé­na­ge­ment des équi­pe­ments dès mars pro­chain. Les pre­miers pa­tients pour­ront quant à eux re­ce­voir leur trai­te­ment au fu­tur Centre in­té­gré dans un peu plus d’un an, en dé­cembre 2020.

Cette pre­mière phase a éga­le­ment per­mis de construire une toute nou­velle cen­trale d’éner­gie, dont les pre­miers rac­cor­de­ments doivent s’ef­fec­tuer dès jan­vier, ajoute le di­rec­teur gé­né­ral. « Il fau­dra in­ter­cep­ter plus de 1000 conduits d’eau et d’élec­tri­ci­té, dont cer­tains datent de plus de 90 ans, et ce, sans per­tur­ber les ac­ti­vi­tés de l’hô­pi­tal », si­gnale-t-il.

La se­conde phase, dont les tra­vaux doivent com­men­cer dès jan­vier 2020, pré­voit la construc­tion du coeur du NCH. Elle in­clu­ra les soins cri­tiques, les blocs opé­ra­toires, le centre am­bu­la­toire ain­si que le ré­amé­na­ge­ment de l’ac­tuel Hô­pi­tal de l’En­fant-Jé­sus. Ces nou­velles in­fra­struc­tures, dont la li­vrai­son est pré­vue pour dé­cembre 2025, per­met­tront de réa­li­ser an­nuel­le­ment plus de 5000 chi­rur­gies d’un jour et chi­rur­gies hos­pi­ta­li­sées, d’of­frir plus de 40000 consul­ta­tions ex­ternes, plus de 39000consu­l­ta­tions en on­co­lo­gie et plus de 6000trai­te­ments d’hé­ma­to-on­co­lo­gie.

Tout roule

Jus­qu’à main­te­nant, les bud­gets et échéan­ciers sont res­pec­tés. « Tout va bien parce que les deux prin­ci­pales par­ties pre­nantes du pro­jet, la SQI et le CHU, tra­vaillent main dans la main », sou­tient M. Top­ping.

Près de 200 per­sonnes sont rat­ta­chées au bu­reau de pro­jet du NCH, dont une qua­ran­taine pro­viennent du CHU de Qué­bec. « Il s’agit d’un pro­jet où l’hu­main a été pla­cé au coeur de la concep­tion », sou­ligne Mar­tin Beau­mont, PDG du CHU de Qué­bec.

« De­puis dé­jà 2013 que se suc­cèdent réunions et ate­liers pour s’as­su­rer de la concep­tion idéale du nou­veau centre hos­pi­ta­lier », dit-il. Plus d’une qua­ran­taine de pa­tients par­ti­cipent d’ailleurs à ces consul­ta­tions afin de réa­li­ser “le meilleur hô­pi­tal qui soit” ».

C’est sans comp­ter les cen­taines de membres du per­son­nel et les mé­de­cins qui ajoutent leurs voix. Des ma­quettes géantes ont aus­si été amé­na­gées dans un en­tre­pôt afin de re­pro­duire une salle de soins in­ten­sifs, une salle de consul­ta­tion ain­si qu’un bloc opé­ra­toire. « Cet en­vi­ron­ne­ment per­met de re­créer les lieux afin de mieux les confi­gu­rer lors de la construc­tion réelle », ex­plique M. Beau­mont.

L’un des plus grands dé­fis qui at­tendent l’équipe de ce pro­jet se­ra de gé­rer le trans­fert des ac­ti­vi­tés entre les deux sites.

Nou­veau­tés tech­no­lo­giques

À la de­mande des mé­de­cins, et plus par­ti­cu­liè­re­ment des pa­tients, le fu­tur hô­pi­tal com­pren­dra 700lits, dont 500 en chambres in­di­vi­duelles afin de mieux pré­ve­nir les in­fec­tions et d’as­su­rer un plus grand confort à la clien­tèle. L’hô­pi­tal au­ra aus­si 30 salles d’opé­ra­tion, soit huit de plus que ce que comptent ac­tuel­le­ment l’Hô­tel-Dieu et l’En­fant-Jé­sus réunis, note M. Beau­mont.

« Ce pro­jet se tra­duit aus­si par l’ac­qui­si­tion d’un ac­cé­lé­ra­teur IRM, le tout pre­mier du genre au Qué­bec. Un ap­pa­reil qui per­met­tra d’of­frir des trai­te­ments ra­dio-on­co­lo­giques par ré­son­nance ma­gné­tique », sou­ligne-t-il. Le NCH se­ra éga­le­ment do­té d’un cy­clo­tron, des­ti­né à pro­duire des mé­di­ca­ments ra­dio­ac­tifs pour tous les trai­te­ments de mé­de­cine nu­cléaire of­ferts dans l’est de la pro­vince.

Autre élé­ment ma­jeur du pro­jet du NCH: la créa­tion d’une nou­velle pla­te­forme cli­ni­co-lo­gis­tique, dont les tra­vaux suivent ac­tuel­le­ment leur cours à Beau­port. « Construite au coût de 70 mil­lions de dol­lars, cette toute nou­velle uni­té hau­te­ment technologi­que qui n’existe nulle part ailleurs au Ca­na­da va ser­vir à ali­men­ter l’en­semble des hô­pi­taux du CHU en mé­di­ca­ments, en nour­ri­ture et en four­ni­tures. Elle se­ra équi­pée de plu­sieurs chaînes ro­bo­ti­sées, dé­taille M. Beau­mont. Ce qui n’est pas né­gli­geable dans un contexte où le taux de chô­mage de la ré­gion se main­tient sous la barre des 3%. »

Fi­na­le­ment, l’un des plus grands dé­fis qui at­tendent l’équipe de ce pro­jet se­ra de gé­rer le trans­fert des ac­ti­vi­tés entre les deux sites, ain­si que la pé­riode de tran­si­tion du­rant la­quelle des soins se­ront pro­di­gués aux deux en­droits. « Nous tra­vaillons ac­tuel­le­ment à conce­voir un plan de trans­for­ma­tion, de tran­si­tion et de trans­fert pour les ac­ti­vi­tés am­bu­la­toires et d’hos­pi­ta­li­sa­tion entre les équipes des deux hô­pi­taux concer­nés. Une salle de pi­lo­tage per­met­tant d’avoir un re­gard com­plet sur l’évo­lu­tion de ces pro­jets a même été créée afin d’as­su­rer une co­hé­rence et un sui­vi par­ti­cu­lier du­rant cette pé­riode stra­té­gique qui va tou­cher près de 6000 em­ployés », conclut le PDG du CHU de Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.