Le pire pes­si­misme en 30 ans est de bon au­gure

Les Affaires - - INVESTIR -

James Paul­sen, du Leu­thold Group, a créé un in­di­ca­teur qui com­pare le cou­rage et la peur en Bourse. Il s’agit d’un ra­tio entre la per­for­mance d’un por­te­feuille au­da­cieux et d’un por­te­feuille pru­dent de­puis 1989. Le pre­mier contient les titres de pe­tite ca­pi­ta­li­sa­tion, les mar­chés émer­gents, les ma­tières pre­mières et les sec­teurs cy­cliques du S&P 500. Le deuxième dé­tient le dol­lar amé­ri­cain, l’or, l’in­dice de faible vo­la­ti­li­té du S&P 500 et les obli­ga­tions du Tré­sor de 10 ans. L’in­di­ca­teur ré­vèle que le por­te­feuille de la peur a été presque aus­si per­for­mant que ce­lui du cou­rage de­puis 2008, une pé­riode pen­dant la­quelle le S&P 500 a qua­dru­plé. Ce phé­no­mène est unique à ce mar­ché haus­sier qui, en 10 ans, a connu trois épi­sodes fa­vo­rables au cou­rage et trois épi­sodes où la peur a mieux per­for­mé. De­puis la fin 2018, le por­te­feuille de la peur a même sur­pas­sé ce­lui de cou­rage de 18 %. Étant don­né la na­ture à contre-cou­rant de cet in­di­ca­teur, le pes­si­misme ac­tuel est bon signe. His­to­ri­que­ment, le S&P 500 s’ap­pré­cie au cours des six mois qui suc­cèdent un in­di­ca­teur de cou­rage aus­si bas, de­puis 1989. Se­lon l’in­di­ca­teur, le S&P 500 se­rait plus at­trayant que lors de la crise asia­tique d’oc­tobre 1998 et presque aus­si at­trayant que lors du plan­cher de la ré­ces­sion de 2002, es­time le stra­tège.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.