Le O Mile-Ex: une tran­sac­tion payante

Les Affaires - - LES GRANDS DE L’IMMOBILIER - Clau­dine Hé­bert clau­dine.he­[email protected]

La tran­sac­tion qui im­plique le com­plexe O Mi­leEx, sis au 6650-6666, rue Saint-Ur­bain, à Mon­tréal, est une autre dé­mons­tra­tion de l’ef­fer­ves­cence du mar­ché im­mo­bi­lier com­mer­cial de la ville. Le com­plexe, qui ap­par­te­nait entre autres au pro­mo­teur mont­réa­lais TGTA (pro­prié­té de Ber­nard Thi­bault, Guy Tru­deau et Mar­tin Ga­lar­neau), a été ven­du au groupe d’in­ves­tis­seurs ca­li­for­niens Spear Street Ca­pi­tal pour la somme de 153 mil­lions de dol­lars.

Ce qui re­tient par­ti­cu­liè­re­ment l’at­ten­tion concer­nant la sixième plus im­por­tante tran­sac­tion de notre clas­se­ment 2019 est le prix payé pour l’en­semble des quelque 370000 pieds car­rés de ce com­plexe, de­ve­nu en moins de cinq ans une des prin­ci­pales plaques tour­nantes de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle de Mon­tréal.

« Ce prix, qui re­pré­sente plus de 410$ le pied car­ré, est com­pa­rable à ceux payés pour ac­qué­rir des gratte-ciel de ca­té­go­rie A au centre-ville », sou­ligne M. Ga­lar­neau, as­so­cié chez TGTA et dé­ve­lop­peur du pro­jet. La tran­sac­tion, ajoute-t-il, a été conclue en sep­tembre 2019, moins de six mois après l’an­nonce de la mise en vente du com­plexe. Près d’une tren­taine d’in­ves­tis­seurs, dont près d’une di­zaine lors du sprint fi­nal, dit-il, se sont mon­trés in­té­res­sés par l’achat de cette adresse qui hé­berge entre autres Mi­la, l’Ins­ti­tut qué­bé­cois de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, Ele­ment AI et l’Ins­ti­tut de va­lo­ri­sa­tion des don­nées (IVADO).

No­tons que Spear Street Ca­pi­tal, un tout nou­vel in­ves­tis­seur dans le pay­sage mont­réa­lais en 2019, s’est éga­le­ment por­té ac­qué­reur du 6750, ave­nue de L’Es­pla­nade, pour la somme de 23 M$. Il s’agit d’un autre im­meuble consti­tué de bu­reaux lofts sem­blables à ceux du O Mile-Ex.

Une trans­for­ma­tion ga­gnante

TGTA et les trois autres ex-pro­prié­taires du OMile-Ex (Fon­dac­tion, les ré­gimes de re­traite de la Ville de Québec et un fonds de pen­sion qui sou­haite de­meu­rer ano­nyme) avaient ache­té, en 2014, cette an­cienne usine tex­tile de la so­cié­té Tri­cots Main – fer­mée de­puis 2008 – au coût de 17 M$. De­puis, ils ont in­jec­té près de

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.