Le pha­raon, fils du dieu So­leil

Les Docs de Mon Quotidien - - La Uno -

Où vit-il ?

Le pa­lais du pha­raon est le perâa, c’est-à-dire la « grande mai­son ». C’est de là que vient le mot « pha­raon ». Quand il ap­pa­raît à la fe­nêtre de son pa­lais, on dit que « le dieu Ho­rus s’élève sur l’ho­ri­zon ». Lorsque quel­qu’un est pré­sen­té au pha­raon, il doit se je­ter à terre face contre le sol.

Le sceptre et le fouet

Ce sont aus­si les at­tri­buts du dieu Osi­ris. Ils re­pré­sentent la royau­té.

La double cou­ronne, ou pschent

Elle sym­bo­lise la réuni­fi­ca­tion des 2 royaumes d’égypte : la cou­ronne rouge pour la Bas­seÉ­gypte, et la cou­ronne blanche pour la Haute-égypte.

Le né­mès

C’est une coif­fure plus simple que le pschent. Le pha­raon la porte d’ailleurs plus sou­vent. C’est un mor­ceau de tis­su rayé de bleu et d’or.

Le co­bra (ou uraeus)

Sou­vent ac­cro­ché au front du pha­raon sur le né­mès, l’uraeus re­pré­sente un ser­pent co­bra en colère qui gonfle son cou.

La barbe pos­tiche

C’est une fausse barbe at­ta­chée au men­ton du pha­raon. Cette barbe est ado­rée comme un ob­jet sa­cré, et une per­sonne est char­gée de l’en­tre­te­nir.

La salle hy­po­style

De cette cour, les prêtres peuvent en­trer dans une ou plu­sieurs salles à co­lonnes, les salles hy­po­styles. Ces co­lonnes sont pla­quées d’or et peintes de cou­leurs vives. Par leur forme, elles font pen­ser à des plantes des bords du Nil, comme le pa­py­rus et le lo­tus. Elles sou­tiennent un pla­fond étoi­lé qui rap­pelle l’uni­vers.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.