La grande fête d’opet

Les Docs de Mon Quotidien - - La Uno -

La fête d’opet est cé­lé­brée chaque an­née à Thèbes par le pha­raon et les prêtres d’amon. Elle rend hom­mage au dieu Amon. C’est la plus somp­tueuse fête d’égypte. Elle dure un peu plus de 10 jours.

Amon, le dieu de Thèbes

La fête d’opet cé­lèbre le dieu Amon. Pour les ha­bi­tants de Thèbes, ca­pi­tale de l’égypte, Amon a créé les autres dieux et la vie. Il est sou­vent as­so­cié à Rê, le dieu du So­leil, et de­vient alors Amon-rê. Les prêtres qui le vé­nèrent sont très puis­sants, riches et res­pec­tés. La de­meure du dieu est le temple de Kar­nak, à Thèbes.

D’un temple à l’autre

Le mo­ment le plus fort de la fête d’opet est la pro­ces­sion entre les 2 grands temples de Thèbes : le temple de Kar­nak et le temple de Louxor. Elle réunit des mil­liers de spec­ta­teurs.

234Les sta­tues sont trans­por­tées par une al­lée bor­dée de sphinx jus­qu’au bord du Nil. Là, elles sont pla­cées sur des barques pla­quées d’or. La proue et la poupe de la plus grosse barque sont dé­co­rées d’une tête de bé­lier, ani­mal sym­bole d’amon.

Les barques sont ti­rées de­puis la rive par des hommes jus­qu’au temple de Louxor.

Les barques ac­costent le long du Nil à Louxor. Les sta­tues des dieux sont trans­por­tées par des prêtres à l’in­té­rieur du temple. Celle d’amon est dé­po­sée dans une cha­pelle.

51Les sta­tues du dieu Amon, de son épouse Mout et de leur fils Khon­sou sont sor­ties du temple de Kar­nak par des prêtres au crâne ra­sé. Des dan­seurs, des mu­si­ciens, des chan­teurs et des acro­bates animent la pro­ces­sion.

6Les sta­tues des 3 dieux sont en­fin ra­me­nées au temple de Kar­nak en sui­vant le même che­min qu’à l’al­ler.

Pen­dant plus d’une di­zaine de jours, des of­frandes (fleurs, nour­ri­ture, en­cens...) sont faites à Amon. Le pha­raon ef­fec­tue des rites se­crets et mys­té­rieux, cen­sés ap­por­ter éner­gie et vi­ta­li­té au dieu.

Le coeur

Le coeur du mort est pla­cé dans un pot sur l’un des pla­teaux de la ba­lance.

La ba­lance

Si le coeur est plus lourd que la plume, c’est que le mort a beau­coup pé­ché. Si les pla­teaux s’équi­librent, c’est que le mort a fait le bien du­rant sa vie.

Le re­pré­sen­tant d’anu­bis

Le prêtre res­pon­sable de l’em­bau­me­ment porte un masque de cha­cal sym­bo­li­sant Anu­bis, le dieu des morts et de la mo­mi­fi­ca­tion.

Comment s’ap­pelle le dieu du mal ?

Seth.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.