Du pri­maire au se­con­daire

Les Nouvelles Saint-Laurent - - LA UNE - DEL­PHINE BER­GE­RON del­phine.ber­ge­ron@tc.tc

ÉDU­CA­TION. Afin de mieux ou­tiller les pa­rents sur le pas­sage au se­con­daire de leur en­fant, la Com­mis­sion sco­laire Mar­gue­ri­teBour­geoys (CSMB) pré­sen­tait en mai une confé­rence à leur at­ten­tion, à l’école se­con­daire Saint-Laurent. Entre ac­com­pa­gne­ment et au­to­no­mie, ils ont pu no­ter les com­por­te­ments à fa­vo­ri­ser et les plus grandes pré­oc­cu­pa­tions des élèves.

Se­lon la confé­ren­cière Ma­rie-Claude Hu­ber­deau, di­rec­trice ad­jointe du ser­vice des res­sources édu­ca­tives de la CSMB, l’uti­li­sa­tion de l’agen­da de­vient pri­mor­diale. Bien qu’il puisse être per­son­na­li­sé par l’en­fant, il doit aus­si no­ter lui-même ses cours et tra­vaux.

L’élève au­ra une case et se pro­mè­ne­ra d’une classe à l’autre. La ges­tion du ca­de­nas peut être an­xio­gène pour cer­tains d’entre eux. Il est sug­gé­ré de faire pra­ti­quer l’en­fant du­rant l’été, par exemple en met­tant sous ca­de­nas ses ou­tils tech­no­lo­giques fa­vo­ris. Il s’y ha­bi­tue­ra ain­si très ra­pi­de­ment.

Il est aus­si conseillé de faire le tra­jet vers l’école avec son en­fant pour lui per­mettre de s’ap­pro­prier son nou­vel en­vi­ron­ne­ment. Le pa­rent com­pren­dra ain­si mieux sa rou­tine.

Avoir une co­pie de l’ho­raire de l’élève ai­de­ra aus­si à en­gen­drer la dis­cus­sion lors du re­tour à la mai­son. Avec un ho­raire de quatre pé­riodes par jour éta­lé sur neuf jours, il se­rait fa­cile de perdre le compte et de se conten­ter d’une ré­ponse brève à la ques­tion « comment a été ta jour­née à l’école ? » L’em­ploi du temps per­met­tra de pré­ci­ser comment ce se­ra pas­sé son cours d’an­glais, par exemple.

De­ve­nir un élève du se­con­daire est un ap­pren­tis­sage en soi. L’en­fant de­vra s’adap­ter à une école dif­fé­rente et im­mense. Il de­vra chan­ger de classe et de pro­fes­seur à chaque cours.

Quand on s’in­té­resse aux amis de nos en­fants, on com­prend mieux qui ils sont.»

ÊTRE PA­RENT

Le rôle du pa­rent ac­com­pa­gna­teur se­ra dif­fé­rent de l’école pri­maire. Il a ce­pen­dant en­core une place et il est im­por­tant qu’il s’im­plique, qu’il conti­nue de po­ser des ques­tions et qu’il écoute son ins­tinct.

« Les élèves pour­raient de­man­der de l’aide, mais ils veulent être au­to­nomes», ex­plique Mme Hu­ber­deau. Les pa­rents et les en­sei­gnants ont un rôle im­por­tant dans cette étape dé­ter­mi­nante du dé­ve­lop­pe­ment des en­fants.

La tran­si­tion du pri­maire au se­con­daire sur­vient en même temps que l’ar­ri­vée de l’ado­les­cence, où les élèves ren­contrent des chan­ge­ments ma­jeurs dans plu­sieurs fa­cettes de leur vie. La pu­ber­té, la for­ma­tion de l’iden­ti­té, l’éman­ci­pa­tion fa­mi­liale et la vo­lon­té de faire ses propres choix sont dé­ter­mi­nantes dans l’évo­lu­tion des en­fants vers l’ado­les­cence.

Les pa­rents et le per­son­nel en­sei­gnant ont la dé­li­cate tâche de trou­ver un équi­libre entre en­ca­drer l’élève et lui of­frir la li­ber­té né­ces­saire au dé­ve­lop­pe­ment de son au­to­no­mie, le tout de fa­çon adap­té aux be­soins de l’en­fant ain­si qu’à sa per­son­na­li­té.

(Pho­to: Mé­tro Mé­dia – Del­phine Ber­ge­ron)

Une tren­taine de pa­rents se sont pré­sen­tés à la confé­rence pour s’ou­tiller dans le sou­tien de leur en­fant lors de son pas­sage du pri­maire au se­con­daire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.