Mé­fiez-vous de la fraude « Ar­tiste du change »

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

La Sû­re­té du Qué­bec dé­sire mettre en garde les com­mer­çants de la ré­gion au su­jet d’un stra­ta­gème de fraude ob­ser­vé ré­cem­ment dans les ma­ga­sins de vente au dé­tail à grande sur­face.

La fraude des ar­tistes —FRAUDE du change consiste à dé­ro­ber des billets de banque grâce à une ma­ni­pu­la­tion ra­pide des billets lors d’une tran­sac­tion.

Du­rant la tran­sac­tion, les sus­pects pro­fitent de l’in­at­ten­tion de la per­sonne à la caisse, ou uti­lisent des sub­ter­fuges pour la dis­traire pen­dant qu’elle compte les billets, pour en sub­ti­li­ser à son insu. S’ins­cri­vant dans la ca­té­go­rie des vols par dis­trac­tion, ce n’est qu’une fois que les per­sonnes ont quit­té les lieux ou lors du dé­compte des tran­sac­tions de la jour­née que l’em­ployé réa­lise le stra­ta­gème. Les ac­tions des frau­deurs, qui sem­blaient désor­ga­ni­sées, étaient, en fait, un stra­ta­gème pour faire di­ver­sion, leur per­met­tant ain­si de sub­ti­li­ser des sommes im­por­tantes d’ar­gent.

QUE FAIRE?

- l’em­ployé ne de­vrait ja­mais s’em­pres­ser de ter­mi­ner une tran­sac­tion qui né­ces­site le dé­compte d’une im­por­tante somme d’ar­gent; - l’em­ployé pour­rait de­man­der l’as­sis­tance d’une autre per­sonne pour faire le dé­compte, per­met­tant ain­si de gar­der le contrôle sur la tran­sac­tion;

- en au­cun mo­ment il ne de­vrait être per­mis que des clients puisse tou­cher di­rec­te­ment l’ar­gent dans un ti­roir-caisse;

- l’em­ployé peut exi­ger le res­pect de l’es­pace de tra­vail où il compte de l’ar­gent en dé­li­mi­tant clai­re­ment la zone et en de­man­dant au be­soin aux clients de prendre du re­cul.

DE­PUIS LONG­TEMPS

Ce stra­ta­gème n’est pas une nou­velle fa­çon d’opérer. Il semble que ce type de fraude re­fasse sur­face à l’oc­ca­sion, par­fois après plu­sieurs mois, voire des an­nées sans si­gna­le­ment.

Sou­li­gnons que les frau­deurs misent gé­né­ra­le­ment sur la mé­con­nais­sance, la vul­né­ra­bi­li­té, le sen­ti­ment d’ur­gence et la pres­sion pour ar­ri­ver à leurs fins. Puisque de nou­velles formes de stra­ta­gèmes ap­pa­raissent ré­gu­liè­re­ment, il est donc im­por­tant pour les com­mer­çants de sen­si­bi­li­ser leurs em­ployés et de leur four­nir une for­ma­tion adé­quate afin de li­mi­ter les pertes fi­nan­cières pour les en­tre­prises. Rap­pe­lons que toute in­for­ma­tion sur des actes cri­mi­nels ou des évé­ne­ments sus­pects peut être com­mu­ni­quée à la Cen­trale de l’in­for­ma­tion cri­mi­nelle de la Sû­re­té du Qué­bec au 1 800 659-4264 ou à l’or­ga­nisme Échec au Crime au 1 800 711-1800.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.