Comment as­su­rer la sé­cu­ri­té aux écluses de Pointe-des-Cas­cades?

L'Etoile - - ACTUALITÉ -

Le 1er juin, en soi­rée, 5 jeunes —SÉ­CU­RI­TÉ hommes sont al­lés se baigner dans l’écluse de Pointe-des-Cas­cades.

Vers 22 h 45, l’un d’entre eux, âgé de 22 ans, a éprou­vé­des­dif­fi­cul­tésà­la­sui­ted’un­saut,et n’est pas re­mon­té à la sur­face. Les pom­piers dePointe-des-Cas­cades,sou­te­nus­parl’équipe du Ser­vice de sé­cu­ri­té in­cen­die de Pin­court, ont été avi­sés ra­pi­de­ment. Des re­cherches ont été amor­cées le soir même, à l’aide des ca­mé­ras so­nores de l’équipe de Pin­court. Mal­heu­reu­se­ment, ce pre­mier ra­tis­sage n’a pas per­mis de re­trou­ver le jeune dis­pa­ru. Le len­de­main ma­tin, une équipe de 3 plon­geurs spé­cia­li­sés de la Sû­re­té du Qué­bec ont été dé­pê­chés sur place pour pour­suivre les re­cherches. L’un des plon­geurs a in­di­qué qu’il s’agis­sait pour lui d’une 4e in­ter­ven­tion au­cours­de­sa­car­riè­reauxé­clu­ses­dePoin­tedes-Cas­cades.Grâ­ceà­leu­rex­per­tise,les­plon­geur­sa­vaien­ti­den­ti­fiéen­ma­ti­née­deux­sites pré­cis­de­re­cherche,éta­blis­se­lon­les­cou­rants. Il­son­tra­pi­de­men­tre­trou­vé­la­jeu­ne­vic­time. L’iden­ti­té­du­jeu­ne­hom­meaé­té­dé­voi­lée­peu de temps après. Il s’agit de Cé­les­tin Owo­na Otele, un jeune fran­çais d’ori­gine ca­me­rou­naise, ve­nu faire des études au Qué­bec.

RÉ­AC­TION DU MAIRE

« On peut es­sayer de blâ­mer tout le monde, mais ça n’avance à rien. L’heure n’est pas à trou­ver des cou­pables, mais à tra­vailler tous en­semble à trou­ver des so­lu­tions et à éta­blir une vi­sion com­mune », ex­prime d’em­blée le maire de Pointe-des-Cas­cades, Gilles Sans­terre. Dans­les­jours­quiont­sui­vil’in­ci­dent,le­maire a ra­pi­de­ment convo­qué le Mi­nis­tère des Trans­ports, la Sû­re­té du Qué­bec, le Ser­vice de­sé­cu­ri­téin­cen­dieet­laMRC­deVau­dreuilSou­langes a une ren­contre d’ur­gence. « J’ai convo­qué les prin­ci­paux ac­teurs du dos­sier pour tra­vailler à des so­lu­tions concrètes. La so­lu­tion mi­racle n’existe pas, si­non, nous l’au­rions dé­jà mise en place », ex­pose-t-il. Se­lon lui, des me­sures dis­sua­sives simples peuvent être mises en place. Par exemple, il sug­gère de ne gar­der que les trois ou quatre der­niers bar­reaux de l’échelle qui mène de l’eau à la berge. De cette ma­nière, il se­rait im­pos­sible pour les bai­gneurs té­mé­raires de cir­cu­ler ai­sé­ment, mais il se­rait tou­jours pos­sible de s’ex­tir­per de l’eau et d’at­tendre les se­cours en cas de chute.

Le maire sou­tient l’idée ex­pri­mée par plu­sieurs in­ter­nautes sur les ré­seaux so­ciaux, se­lon la­quelle une af­fiche por­tant les noms des bles­sés et des per­sonnes dé­cé­dées pour­rait avoir un im­pact sur la té­mé­ri­té des bai­gneurs.

RÉ­AC­TION DE LU­CIE CHARLEBOIS

« C’est d’une tris­tesse. J’ai­me­rais of­frir mes condo­léan­cesà­la­fa­mil­le­de­ce­jeu­ne­homme dans la fleur de l’âge », ex­prime d’em­blée la dé­pu­tée de Sou­langes, Lu­cie Charlebois. Àti­tre­de­dé­pu­tée­deSou­lan­ges­de­puis2003, Lu­cie Charlebois ex­plique qu’elle suit le dos­sier­de­près­de­puis­long­temps.Rap­pe­lons que­la­mu­ni­ci­pa­li­té­dePointe-des-Cas­cades fait par­tie du com­té de Sou­langes.

« Il y a eu un rap­port du co­ro­ner en 2005. Ce der­nier­re­com­man­daitl’ins­tal­la­tion­de­mu­rets de­bé­ton,de­nou­vel­les­clô­tu­res­de­da­van­tage d’af­fiches de bai­gnade in­ter­dite. Le MTQ a ré­pon­du à la lettre aux de­mandes », dit-elle. La dé­pu­tée laisse sa­voir qu’il est fa­cile de je­ter la balle dans le camp du Mi­nis­tère des Trans­port (MTQ ), mais que dans les faits, ce n’est­pas­si­simple.«Ilya­des­cho­ses­quel’on peut contrô­ler, d’autres non. Le dé­fi et le risque at­tirent les jeunes », rap­pelle-t-elle. Lu­cie Charlebois avance tout de même une piste de so­lu­tion qui pour­rait trans­for­mer l’as­pect du site et em­pê­cher les jeunes té­mé­rai­res­de­sau­teràl’eau.«Peut-être­pour­rions­nous,pa­rexemple,ef­fec­tuer­des­tra­vaux­pour adou­cir la pente des rives de chaque cô­té du ca­nal?S’ilyau­ne­pen­te­dou­ce­des­deux­cô­tés, les­bai­gneurs­ne­pour­raient­plus­sau­ter.C’est une so­lu­tion, mais ce­la af­fec­te­rait l’as­pect pa­tri­mo­nial du ca­nal », nuance-t-elle. Elle ajoute éga­le­ment que le MTQ compte ajou­ter de l’af­fi­chage pro­chai­ne­ment. La dé­pu­tée de Sou­langes confirme que des dis­cus­sions­son­ten­cour­sen­tre­leMTQetles quatre mu­ni­ci­pa­li­tés qui bordent le ca­nal, dans le but de par­ler de l’in­fra­struc­ture en gé­né­ral. La ques­tion de la sé­cu­ri­té aux écluses se­ra cer­tai­ne­ment abor­dée.

« Il faut que j’in­siste de nou­veau sur la pru­dence. Soyez vi­gi­lants et ne met­tez pas votre vie en jeu », conclut Lu­cie Charlebois.

DU CÔ­TÉ DU MTQ

Ka­rine Ab­del, du MTQ , a ré­pon­du aux ques­tions de VI­VA mé­dia. « Le MTQ sou­haite d’abord of­frir ses sym­pa­thies à la fa­mille»,aex­pri­méd’em­blée­la­porte-pa­role. À la suite du rap­port du co­ro­ner en 2005, le MTQa­ré­pon­duàl’en­sem­ble­des­re­com­man­da­tions. « Le mi­nis­tère a pro­cé­dé à la ré­pa­ra­tion de clô­tures et à l’ajout d’af­fiches en pé­ri­phé­rie du bas­sin 1. Éga­le­ment, dans les deux­der­niè­re­san­nées,nou­sa­von­sa­jou­téde nou­vel­les­clô­tures,des­mu­rets­de­bé­to­netdes po­teauxet­chaî­nes­pou­ré­vi­ter­les­chu­te­sac­ci­den­telles », ex­plique-t-elle. Mal­heu­reu­se­ment,les­pa­trouilleurs­duMTQ qui se rendent sur les lieux chaque se­maine, tout au long de l’an­née, constatent fré­quem­ment que les mu­rets de bé­ton sont pous­sés, voire même je­tés dans l’eau, et que les clô­tu­res­sont­cou­pées.Ces­pa­trouilleurss’as­surent éga­le­ment de la vi­si­bi­li­té des quelques 20 à 25 pan­neaux de bai­gnades in­ter­dites sur le site. Le MTQ compte d’ailleurs en ajou­ter 10 à 15 cette se­maine.

« De plus, nous sommes en con­tact avec les 4mu­ni­ci­pa­li­tés­qui­lon­gent­le­ca­nalSou­langes. Une ren­contre se­ra pro­chai­ne­ment te­nue avec la MRC de Vaudreuil-Sou­langes pour abor­der la sé­cu­ri­té en lien avec le ca­nal », ajoute Ka­rine Ab­del.

« À l’ap­proche de l’été, le MTQ rap­pelle l’im­por­tance de la pru­dence sur les cours d’eau et à proxi­mi­té des plans d’eau. Il est im­por­tant de res­pec­ter les consignes de sé­cu­ri­té et de ne pas s’aven­tu­rer dans les en­droits in­ter­dits », conclut-elle.

Il n’au­ra fal­lu que quelques jours de beau temps et de cha­leur pour qu’une noyade sur­vienne aux écluses de Pointe-des-Cas­cades. Une fois de plus, le tra­gique in­ci­dent ra­mène l’épi­neuse ques­tion de la sé­cu­ri­té du site.

ET LA SQ?

« Nos agents se rendent ré­gu­liè­re­ment sur place pour sen­si­bi­li­ser les gens qui s’y trouvent. Il y a aus­si des bé­né­voles à vé­lo qui s’y ren­dent­pour­cons­cien­ti­ser­les­bai­gneurs­sur les dan­gers réels de l’en­droit », avait lais­sé sa­voir l’an der­nier Ja­son Al­lard de la Sû­re­té duQué­bec,rap­pe­lant­que­dans­la­me­su­rede leur ju­ri­dic­tion, ils ne peuvent émettre de constats d’in­frac­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.