Des am­bu­lan­ciers à bout de souffle

L'Express Montcalm - - ACTUALITÉS - GE­NE­VIÈVE GEOF­FROY

« Seule­ment pour Re­pen­ti­gny – cou­vrant la MRC L’as­somp­tion et La­val­trie –, nous avons huit tra­vailleurs en ar­rêt de tra­vail pré­sen­te­ment, que ce soit pour des pro­blèmes phy­siques ou psy­cho­lo­giques. Ça re­pré­sente en­vi­ron 10% des ef­fec­tifs», in­dique Da­vid Ga­gnon, vice-pré­sident de la Fraternité des tra­vailleurs et tra­vailleuses du pré­hos­pi­ta­lier du Qué­bec.

BE­SOINS « CRIANTS »

En plus de ces ar­rêts de tra­vail, le manque de res­sources am­bu­lan­cières est « criant », se­lon lui. « On peut le voir avec la réa­li­té que les am­bu­lan­ciers vivent sur le ter­rain, af­firme-t-il. Ils ont de la dif­fi­cul­té à man­ger au cours de leur quart de tra­vail de douze heures. On parle aus­si d’heures sup­plé­men­taires. »

Il ne fait au­cun doute pour Da­vid Ga­gnon que le manque de res­sources am­bu­lan­cières at­teint tant la qua­li­té de vie des tra­vailleurs que celle des soins of­ferts. « Quand on est dé­bor­dé, quand on n’a pas le temps de man­ger, ça veut dire que des gens at­tendent après une am­bu­lance », ex­plique-t-il.

DE­MANDE EN HAUSSE

Se­lon lui, cette si­tua­tion per­dure de­puis quelques an­nées avec la crois­sance de la po­pu­la­tion dans la ré­gion – entre 2011 et 2016, La­nau­dière a connu le troi­sième plus haut taux de crois­sance au Qué­bec – et son vieillis­se­ment.

L’aug­men­ta­tion de la de­mande de ser­vices am­bu­lan­ciers dans ce sec­teur a d’ailleurs aug­men­té de 4,4 % entre 2016 et 2017. Par ailleurs, entre 2015 et 2018, il y a eu une hausse des tran­sports par am­bu­lance dans le sec­teur de Re­pen­ti­gny, mais une baisse de près de 3,5 % du taux de ré­ponse par des res­sources de ce même sec­teur. Ces ap­pels ont donc été pris en charge par des am­bu­lan­ciers is­sus d’une zone li­mi­trophe.

PÉ­RILLEUX

À contre­coeur, Da­vid Ga­gnon ad­met que la si­tua­tion ac­tuelle peut mettre des vies en dan­ger. « Ça ne cause pas des morts, mais ça n’em­pêche pas de ré­duire le taux de mor­ta­li­té et de mor­bi­di­té chez les pa­tients », dit-il.

Pour le di­rec­teur d’am­bu­lance La­nau­dière, au­quel est rat­ta­ché le sec­teur de Re­pen­ti­gny, les de­mandes faites aux pa­ra­mé­dics sont de plus en plus exi­geantes.

« Ce sont des pro­fes­sion­nels, ils font leur tra­vail, mais, en même temps, c’est épui­sant. Veut, veut pas, ne pas ajou­ter d’ef­fec­tifs, ça va fi­nir par avoir un im­pact né­ga­tif sur le ser­vice. Ac­tuel­le­ment, nous sommes per­for­mants, mais vous com­pren­drez que c’est pé­rilleux », dit Claude Le­may.

UR­GENCES. Les am­bu­lan­ciers de la ré­gion de La­nau­dière sont de plus en plus à bout de souffle, faute de res­sources suf­fi­santes pour ré­pondre aux be­soins des ci­toyens qui comptent sur eux, in­diquent plu­sieurs pro­fes­sion­nels du mi­lieu.

Se­lon lui, huit em­ployés à temps plein de­vraient être ajou­tés à Re­pen­ti­gny aux 70-80 ac­tuels. Ces ajouts re­pré­sen­te­raient deux ho­raires de 12 h par jour, sept jours sur sept. Il es­time à deux le nombre de vé­hi­cules sup­plé­men­taires né­ces­saires.

RE­COM­MAN­DA­TIONS

Se­lon le CISSS de La­nau­dière, le sec­teur de Re­pen­ti­gny pré­sente une « forte de­mande » en ser­vices am­bu­lan­ciers, en plus que ses ef­fec­tifs doivent souvent ré­pondre à des ap­pels en re­lève pour la zone de Ter­re­bonne.

Le sec­teur de Re­pen­ti­gny fait par­tie des quatre zones d’opé­ra­tion pour les­quelles le CISSS de La­nau­dière a for­mu­lé des re­com­man­da­tions dans une lettre ache­mi­née au mi­nis­tère de la San­té le 23 no­vembre der­nier. Ce der­nier re­com­mande l’ajout de 80 heures de tra­vail par pé­riode de 14 jours pour ce sec­teur se tra­dui­sant par l’ajout d’un quart de tra­vail de huit heures par jour, cinq jours par se­maine. Il re­com­mande aus­si l’ajout d’un vé­hi­cule am­bu­lan­cier au per­mis d’ex­ploi­ta­tion.

LE PQ FAIT UNE SOR­TIE

Après avoir pris con­nais­sance de cette lettre, trois des dé­pu­tés la­nau­dois du Par­ti qué­bé­cois se sont unis, le lun­di 19 mars, pour ex­hor­ter le mi­nistre de la San­té à faire dé­blo­quer des sommes dès le pro­chain bud­get pour aug­men­ter les ef­fec­tifs am­bu­lan­ciers de la ré­gion de La­nau­dière.

Le 29 no­vembre 2017, Gaé­tan Bar­rette a an­non­cé l’ajout de 22 nou­velles am­bu­lances à tra­vers le Qué­bec, soit quatre à Qué­bec, 10 pour les ré­gions de Mon­tréal et La­val, trois à Lon­gueuil, deux à Val­ley­field, deux à Be­loeil et une à Ga­ti­neau. Au­cune n’a été af­fec­tée sur le ter­ri­toire de La­nau­dière, dé­plorent-ils.

« À quoi ça sert de de­man­der l’avis du CISSS de La­nau­dière, si, de toute évi­dence, la ré­ponse sem­blait être prise d’avance ? », a ques­tion­né le dé­pu­té An­dré Ville­neuve.

(Pho­to L'ex­press Mont­calm – Ge­ne­viève Geof­froy)

Da­vid Ga­gnon.

(Pho­to L'ex­press Mont­calm – Ge­ne­viève Geof­froy)

Claude Le­may.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.