Des mai­sons in­tel­li­gentes pour les aî­nés

L'Express Ottawa - - ACTUALITÉS - Par Kris­ti­na Bra­zeau

Grâce à un sys­tème de cen­seurs ins­tal­lés sur des ap­pa­reils mé­na­gers re­liés à un or­di­na­teur qui peut re­cen­ser le bien-être et l’état de san­té des ré­si­dents, les aî­nés pour­raient être en me­sure de res­ter dans leur mai­son plus long­temps.

Cette ini­tia­tive est is­sue d’un par­te­na­riat entre des cher­cheurs des soins conti­nus Bruyère et d’autres de l’Uni­ver­si­té Car­le­ton. À une époque où les en­fants dé­mé­nagent sou­vent loin de leurs pa­rents, cette nou­velle tech­no­lo­gie se veut un ou­til pour ai­der les aî­nés à vieillir à la mai­son et en toute sé­cu­ri­té, se­lon le Dr Frank Knoe­fel, pré­sident du pro­gramme de re­cherche TAFETA et vice-pré­sident, af­faires médicales et chef, in­for­ma­tion et sou­tien cli­niques, Soins conti­nus Bruyère.

«Les cen­seurs peuvent être in­té­grés dans les mai­sons des aî­nés et gar­der un oeil sur eux et même pré­ve­nir l’hos­pi­ta­li­sa­tion», in­dique-t-il.

Le sys­tème est pré­sen­te­ment à l’es­sai dans une ré­si­dence de lo­ge­ments com­mu­nau­taires pour per­sonnes âgées d’Ottawa. Quelques ré­si­dents ont ac­cep­té de par­ti­ci­per à l’ini­tia­tive, dont André Du­pras.

Un cen­seur a été ins­tal­lé sur son ré­fri­gé­ra­teur et son congé­la­teur. Lorsque la porte de­meure ou­verte trop long­temps, un mes­sage au­dio se fait en­tendre pour lui in­di­quer. Au bout d’un mo­ment, le mes­sage est une fois de plus ré­pé­té mais beau­coup plus fort.

Pour M. Du­pras, qui vit seul de­puis neuf ans, cette tech­no­lo­gie le ras­sure. «Si vous n’ou­vrez pas le ré­fri­gé­ra­teur pour quelques jours, ils vont aus­si sa­voir que quelque chose ne va pas.»

À ce mo­ment-là, une alarme peut être en­voyée, que ce soit un ap­pel à la per­sonne de garde au com­plexe ré­si­den­tiel, un ap­pel à un membre de la fa­mille ou même un ap­pel au 911 si quelque chose d’anor­mal a été en­re­gis­tré.

«Pour les cen­seurs de lits par exemple, on peut voir quand la per­sonne est al­lée se cou­cher, si sa res­pi­ra­tion est nor­male. C’est beau­coup plus com­pli­qué que pour la tech­no­lo­gie du fri­go», ex­plique le co-pré­sident du pro­gramme de re­cherche TAFETA et doyen de la fa­cul­té de gé­nie de l’Uni­ver­si­té Car­le­ton, Ra­fik Gou­bran.

L’or­di­na­teur est aus­si en me­sure d’ana­ly­ser les si­tua­tions au cas par cas. Si une per­sonne a re­gar­dé la té­lé jus­qu’à 4h et est al­lée se cou­cher par la suite, le fait qu’elle n’ait pas ou­vert le ré­fri­gé­ra­teur avant mi­di est nor­mal et au­cune alarme n’est en­voyée.

«Si par consé­quent la per­sonne ne s’est pas le­vée, n’est pas al­lée aux toi­lettes et n’est pas sor- tie, un mes­sage à la per­sonne en garde va être en­voyé pour al­ler vé­ri­fier ce qui ne va pas», ajoute M. Gou­bran.

Des di­zaines d’autres cen­seurs comme pour le four, la porte, le té­lé­vi­seur et même le plan­cher ont été dé­ve­lop­pés ou sont en voie de l’être et sont pré­sen­te­ment à l’étape d’être tes­tés. Les gens peuvent se pro­cu­rer l’un ou l’autre des cen­seurs, spé­ci­fie M. Gou­bran.

«C’est tout à fait vo­lon­taire», conclut-il.

Photo : Kris­ti­na Bra­zeau

André Du­pras par­ti­cipe à l’es­sai des cen­seurs. Il est très sa­tis­fait de la tech­no­lo­gie ins­tal­lée dans son ré­fri­gé­ra­teur et son congé­la­teur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.