Ac­cep­ter la re­li­gion de l’autre pour bien vivre à l’uni­ver­si­té

L'Express Ottawa - - VIE COMMUNAUTAIRE - Par San­dy Chi­rol

Le Centre d’équi­té en ma­tière des droits de la per­sonne de la Fé­dé­ra­tion étu­diante de l’Uni­ver­si­té d’Ottawa or­ga­ni­sait, jeu­di der­nier, un pa­nel pour sen­si­bi­li­ser les jeunes aux droits de la per­sonne et au dia­logue in­ter­re­li­gieux dans l’éta­blis­se­ment. Cette ren­contre au­ra été l’oc­ca­sion d’un échange hu­ma­niste et fra­ter­nel entres les étu­diants de dif­fé­rentes re­li­gions.

Avec plus de 150 pay s re­pré­sen­tés, l’Uni­ver­si­té d’Ottawa est fière de sa di­ver­si­té cultu­relle. Pour­tant, les croyances re­li­gieuses peuvent être à l’ori­gine de bien des conflits qui pour­ront avoir des ré­per­cu­tions sur la vie étu­diante et sur la réus­site du di­plôme s’ils ne sont pas cor­rec­te­ment gé­rés.

‘Comment ac­cep­ter la re­li­gion de l’autre sans la ju­ger?’ était l’une des grandes ques­tions qui ont pré­oc­cu­pé l’assemblée. Plu­sieurs in­ter­ve­nants ont té­moi­gné de leur ex­pé­rience et de leur sa­voir afin de sen­si­bi­li­ser les étu­diants sur leurs droits et res­pon­sa­bi­li­tés en ma­tière de re­li­gion et à la pos­si­bi­li­té de créer un sen­ti­ment de com­mu­nau­té ain­si qu’une culture d’in­clu­sion sur le cam­pus.

Membres ac­tives du groupe Pot­lucks for Peace, Ol­ly Wo­din et Sa­faa Fou­da sont ve­nues ra­con­ter comment, lors de re­pas par­ta­gés, des femmes et hommes juifs et arabes ar­rivent à dia­lo­guer et à dé­ve­lop­per des ini­tia­tives sus­cep­tibles de contri­buer à la paix au Moyen-Orient. «Ce qui est dif­fi­cile ce n’est pas de par­ler mais de trou­ver des ac­cords. C’est loin d’être fa­cile, et nous avons quand même des ten­sions», ad­met Mme Wo­din.

Ni­cole Char­ron, consul­tante en dé­ve­lop­pe­ment or­ga­ni­sa­tion­nel de­puis 20 ans, est une spé­cia­liste dans la ges­tion et la ré­so­lu­tion de conflit. Elle a no­tam­ment beau­coup tra­vaillé en mi­lieu uni­ver­si­taire pour ou­vrir le dia­logue chez ces étu­diants qui ne par­viennent pas à trou­ver un ac­cord pour s’adap­ter et vivre en­semble avec leurs dif­fé­rences.

«La dis­cri­mi­na­tion tue l’âme des gens car on fi­nit par se dé­con­nec­ter de sa com­mu­nau­té. Et là ce n’est plus seule­ment la li­ber­té de vivre sa re­li­gion qui est me­na­cée mais la san­té men­tale», ex­plique-t-elle.

Alors pour évi­ter d’en ar­ri­ver là et gâ­cher une sco­la­ri­té, elle a no­tam­ment don­né quelques pré­cieux conseils aux étu­diants. «L’une des choses es­sen­tielles, c’est l’im­por­tance d’en­tre­prendre un dis­cours avec un es­prit neutre en ne s’ac­cro­chant pas à son cadre de ré­fé­rence. L’im­por­tant n’est pas de ré­soudre le pro­blème mais le conflit. La per­sua­sion n’a donc pas sa place ici», ex­plique-t-elle.

«Bien sou­vent, le conflit ap­pa­rait lorsque les be­soins pro­fonds sont me­na­cés. Lors­qu’on ar­rive à re­con­naitre ses vrais be­soins, les dé­si­rs, tels que vou­loir plaire ou avoir le der­nier mot, dis­pa­raissent et le conflit se règle», conclut-elle.

Photo : San­dy Chi­rol

Ni­cole Char­ron ex­plique «La règle d’or» aux étu­diants.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.