Royal Ga­li­peau dé­nonce « des ni­gauds »

Hô­pi­tal de Corn­wall

L'Express Ottawa - - ACTUALITÉS - Ben­ja­min Va­chet

Le dé­pu­té fé­dé­ral d’ot­ta­wa-or­léans, Royal Ga­li­peau, a dé­non­cé la ma­ni­fes­ta­tion qui s’est dé­rou­lée à Corn­wall, le sa­me­di 3 mars.

Une cen­taine de ma­ni­fes­tants s’est réunie pour pro­tes­ter contre la po­li­tique d’em­bauche bi­lingue de l’hô­pi­tal com­mu­nau­taire de Corn­wall (HCH) et cer­tains sont al­lés jus­qu’à ré­cla­mer l’abo­li­tion des ser­vices gou­ver­ne­ment aux of­ferts aux Fran­co-on­ta­riens.

En marge de la confé­rence de presse d’an­nonce de fonds pour trois or­ga­nismes fran­co­phones, le mar­di 6 mars, le dé­pu­té Ga­li­peau a pris quelques ins­tants pour ré­agir.

« Avant d’en­trer dans la rai­son de notre pré­sence ici, ce ma­tin, j’aimerais prendre un ins­tant pour ré­agir à ce que j’ai pu lire et en­tendre en fin de se­maine en pro­ve­nance de Corn­wall. Mal­heu­reu­se­ment, en­core de nos jours, il y a des ni­gauds qui conti­nuent de croire que le Ca­na­da de­vrait être le pays d’une seule langue. «One coun­try, one flag, one lan­guage», ai-je en­ten­du. Ces gens ou­blient que la dua­li­té lin­guis­tique n’est pas un pas­sif, mais un ac­tif dans le meilleur pays du monde. L’ou­ver­ture au bi­lin­guisme n’est pas un chiffre dans la co­lonne des dé­penses des dif­fé­rents pa­liers de gou­ver­ne­ment. C’est un tré­sor qui rap­porte. (...) Pour re­prendre les propos du Com­mis­saire aux ser­vices en fran­çais de l’on­ta­rio, Maître François Boi­leau, j’ai été « trou­blé » par l’in­to­lé­rance des ma­ni­fes­tants et par leurs slo­gans déso­bli­geants. D’autre part, jeu­di der­nier, je par­ti­ci­pais à l’ou­ver­ture of­fi­cielle du Sa­lon du livre de l’ou­taouais. (…) Bien en­ten­du, à chaque an­née, je pro­nonce mon al­lo­cu­tion en fran­çais. Et dans le but de dé­fendre la dua­li­té lin­guis­tique pan­ca­na­dienne, je pro­nonce quelques mots dans l’autre langue of­fi­cielle. Chaque fois, on m’en fait le re­proche. J’in­vite tous ceux qui s’ob­jectent à l’in­to­lé­rance lin­guis­tique à se joindre à moi quand je dé­fends la dua­li­té lin­guis­tique, en fran­çais comme en an­glais. En tant que fran­co­phone vi­vant en si­tua­tion mi­no­ri­taire, je crois qu’il est de mon de­voir de rap­pe­ler à tous les Ca­na­diens que la dua­li­té lin­guis­tique dans ce pays qui fait l’en­vie du monde est là pour res­ter. (…) ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.