La ringuette

L'Express Ottawa - - ACTUALITÉS -

La ringuette a été in­ven­tée au Ca­na­da, il y a 40 ans, par Sam Jacks, un ca­na­dien de North Bay. Pen­dant les dix pre­mières an­nées, elle est sur­tout jouée en On­ta­rio et au Qué­bec. De­puis, des mil­liers de femmes et de filles y par­ti­cipent par­tout au pays.

La ringuette est un sport d’équipe si­mi­laire au hockey sur glace. La ringuette se joue dès le préscolaire, sur une pa­ti­noire, avec des pa­tins. Elle op­pose deux équipes de six joueuses dont une gar­dienne et il faut être très bonne pa­ti­neuse pour se rendre aux ni­veaux plus éle­vés. C’est l’équipe qui marque le plus de buts qui gagne. La ringuette est un jeu très stra­té­gique: l’agi­li­té et la vi­tesse sont les plus beaux atouts pour jouer ce jeu exi­geant.

Ce sport est joué aux États-unis, en Suède, en France et en Rus­sie qui, comme le Ca­na­da et la Fin­lande, sont tous membres de la Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale de ringuette, fon­dée en 1986. Elle est aus­si pra­ti­quée au Ja­pon, en Aus­tra­lie et en Nou­velle-zé­lande. Les cham­pion­nats mon­diaux se dé­roulent tous les trois ans à dif­fé­rents en­droits dans ces pays.

Le hockey est pra­ti­qué par les gar­çons et les filles, mais, si vous avez re­mar­qué, il n’y a pas de filles dans la ligue na­tio­nale. Sam Jacks a in­ven­té ce sport pour que les filles ca­na­diennes aient un sport à elles et qu’elles n’aient pas à se battre pour en faire par­tie.

Les rè­gle­ments à la ringuette sont très sem­blables avec ceux du hockey mais le contact phy­sique est in­ter­dit. Les joueuses re­çoivent des pé­na­li­tés de deux mi­nutes s’il y a ef­frac­tion ou si les ar­bitres juges que la si­tua­tion va trop loin. Si la joueuse agit dans le but de bles­ser, elle pour­rait être ex­pul­sée de sa ligue. «Il n’y a pas de contact phy­sique in­ten­tion­nel et les rè­gle­ments font de la ringuette un sport très ou­vert et dy­na­mique, af­firme Luce La­rocque. C’est un sport d’équipe qui est très amu­sant à re­gar­der et je l’ap­pré­cie même si je n’y joue pas moi-même. »

En plus d’avoir des ligues mai­sons, les jeunes filles peuvent aus­si faire de la ringuette com­pé­ti­tive. Il y a des es­sais pour la ringuette com­pé­ti­tive, qui se joue un peu plus phy­si­que­ment que la ringuette mai­son. Voi­là pour­quoi cer­taines filles choi­sissent de ne pas faire de la ringuette com­pé­ti­tive.

La ringuette est un sport fan­tas­tique qui n’at­tend que d’être jouée!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.