Une am­bas­sade du patrimoine fran­co-on­ta­rien

Mai­son Pa­net

L'Express Ottawa - - CHRONIQUE - Ben­ja­min Va­chet

L’ex­press pré­sente des chro­niques his­to­riques écrites en col­la­bo­ra­tion avec l’ar­chi­viste en chef de l’uni­ver­si­té d’ot­ta­wa, Mi­chel Pré­vost, dans l’es­prit des États gé­né­raux de la fran­co­pho­nie, afin de tra­cer un por­trait de la fran­co­pho­nie de la ca­pi­tale à tra­vers le temps et les em­preintes qu’elle a lais­sées et laisse en­core dans le pay­sage ot­ta­vien. Au coin de l’ave­nue King Ed­ward et Lau­rier, non loin de l’uni­ver­si­té d’ot­ta­wa, se trouve une im­po­sante mai­son en pierre grise, au toit en man­sarde, qui ac­cueille au­jourd’hui l’am­bas­sade de l’an­go­la.

Si­tué au 189, ave­nue Lau­rier est, ce bâ­ti­ment fai­sait au­tre­fois par­tie du patrimoine fran­co-on­ta­rien.

« Cette de­meure est liée à l’une des plus grandes fa­milles ca­na­dienne-fran­çaises, les Pa­net », re­late l’ar­chi­viste en chef de l’uni­ver­si­té d’ot­ta­wa, Mi­chel Pré­vost.

Cette mai­son fa­mi­liale de style Se­cond Em­pire est construite en 1876 pour lo­ger Charles-eu­gène Pa­net, qui y ha­bite jus­qu’à sa mort en 1898.

« Charles-eu­gène Pa­net fait par­tie de la grande fa­mille mi­li­taire, ju­di­ciaire et po­li­tique qui a ser­vi la Nou­velle-france, l’angleterre et le Ca­na­da. En fait, Charles-eu­gène s’avère être le fils du juge Phi­lippe Pa­net et le pe­tit-fils de Jean-an­toine Pa­net, pre­mier ora­teur de la Chambre de l’as­sem­blée du Bas-ca­na­da, dont un édi­fice de la col­line par­le­men­taire de la Vieille Ca­pi­tale porte le nom », sou­ligne Mi­chel Pré­vost.

Le co­lo­nel et avo­cat de pro­fes­sion, Char­lesEu­gène Pa­net est nom­mé sé­na­teur en 1874. Dès l’an­née sui­vante, il dé­mis­sionne tou­te­fois pour de­ve­nir sous-mi­nistre de la Mi­lice et de la Dé­fense, de 1875 jus­qu’à son dé­cès en 1898.

« C’est d’ailleurs sous son man­dat qu’a été créé le Col­lège mi­li­taire royal du Ca­na­da à King­ston et qu’on restaure les for­ti­fi­ca­tions du Vieux-qué­bec, au­jourd’hui ins­crites à la liste du patrimoine mon­dial de L’UNESCO », rap­pelle l’ar­chi­viste en chef de l’uni­ver­si­té d’ot­ta­wa.

Une his­toire mou­ve­men­tée

En 1915, la mai­son su­bit de pro­fondes mo­di­fi­ca­tions qui changent com­plè­te­ment son style ar­chi­tec­tu­ral.

On trans­forme alors le bâ­ti­ment en ap­par­te­ments et on élève son toit en man­sarde.

« Pire en­core, en 1968, on pré­voit sa dé­mo­li­tion pour agran­dir l’ave­nue KingEd­ward, ra­conte Mi­chel Pré­vost. Heu­reu­se­ment, des ci­toyens s’y op­posent vi­ve­ment ».

En1975, la Ville d’ot­ta­wa, pro­prié­taire du bâ­ti­ment, pro­pose de le ra­ser pour y ins­tal­ler une ca­serne de pom­piers. Là en­core, la com­mu­nau­té du patrimoine s’y op­pose et la ca­serne est donc plu­tôt éri­gée de l’autre cô­té de l’ave­nue King Ed­ward.

De­puis, l’édi­fice a été soi­gneu­se­ment res­tau­ré par la Fon­da­tion Chal­mers. Son toit d’ori­gine ré­ap­pa­raît et au­jourd’hui, la Mai­son Pa­net n’est plus me­na­cée.

Elle fait dé­sor­mais par­tie d’un site du patrimoine créé par la Ville d’ot­ta­wa en ver­tu de la Loi sur le patrimoine de l’on­ta­rio. De plus, elle a connu ré­cem­ment une nou­velle cure de ra­jeu­nis­se­ment afin de lo­ger l’am­bas­sade de l’an­go­la au Ca­na­da.

L’ar­chi­viste en chef de l’uni­ver­si­té d’ot­ta­wa, Mi­chel Pré­vost, rap­pelle qu’il offre des vi­sites gui­dées de la Côte-de-sable pour les groupes de 10 per­sonnes et plus. Pour ré­ser­ver une vi­site, com­po­sez le 613-562-5825 ou en­voyez un cour­riel à mi­chel.pre­vost@ uot­ta­wa.ca.

Pho­to : Ben­ja­min Va­chet

La Mai­son Pa­net sur la rue Lau­rier ac­cueille dé­sor­mais l’am­bas­sade de l’an­go­la au Ca­na­da.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.