Paul Rain­ville jongle avec les langues

L'Express Ottawa - - VIE CULTURELLE - Benjamin Va­chet

L’ac­teur ot­ta­vien Paul Rain­ville prend l’af­fiche de la nou­velle pro­duc­tion du Fes­ti­val Players du Com­té de Prince-Édouard, For the Plea­sure of Seeing Her Again/En­core une fois si vous per­met­tez.

Le clas­sique de Mi­chel Trem­blay est re­vi­si­té par le met­teur en scène Craig Holsz­chuh et tra­duit en an­glais par Lin­da Ga­bo­riau. Mais cet été, la pe­tite compagnie de théâtre, fon­dée en 2006 et qui s’est spé­cia­li­sée dans la pro­duc­tion de pièces ca­na­diennes in­tel­li­gentes et drôles dans le sec­teur ru­ral, a dé­ci­dé d’in­no­ver en pro­gram­mant, en grande pre­mière, quatre re­pré­sen­ta­tions en fran­çais, les 12, 14, 21 et 27 juillet.

« Avec le nombre gran­dis­sant de tou­ristes fran­co­phones, pro­ve­nant d’Ot­ta­wa, de To­ron­to et du Qué­bec, la compagnie a dé­ci­dé de pré­sen­ter des pièces en fran­çais afin de sa­tis­faire cette clien­tèle ain­si que la population fran­co­phone du com­té. Les col­lines on­du­lées, les plages scin­tillantes, les vi­gnobles, la route des sa­veurs al­lé­chante ain­si que la route des arts, font de cette ile un pôle d’at­trac­tion et une des­ti­na­tion de choix pour des mil­liers de tou­ristes chaque été », in­diquent les or­ga­ni­sa­teurs.

Ha­bi­tué de l’évè­ne­ment, l’ac­teur d’Ot­ta­wa Paul Rain­ville se­ra pour la troi­sième an­née sur les planches du Fes­ti­val Players du Com­té de Prince-Édouard. Il a no­tam­ment joué dans School­house, en 2009, et l’an der­nier, dans The Bal­lad of Wee­dy Peets­traw au Ro­se­hall Run.

« Je passe tou­jours de beaux mo­ments quand je viens ici. L’en­droit est ma­gni­fique, les pay­sages très agréables, les res­tau­rants cha­leu­reux et les gens très ac­cueillants ! ».

Mais ce ne sont pas seule­ment les at­traits tou­ris­tiques qui ont convain­cu l’ac­teur de mon­ter sur les planches. La pré­sen­ta­tion d’un spec­tacle dans les deux langues a ex­ci­té son goût des dé­fis.

« Je suis un an­glo­phone qui a gran­di dans le quar­tier d’Over­brook, à Ot­ta­wa, ex­plique-t-il dans un fran­çais par­fait. J’ai fait ma sco­la­ri­té en fran­çais, mais dans ma car­rière, j’ai da­van­tage eu l’oc­ca­sion de jouer en an­glais. Plu­sieurs per­sonnes m’ont en­cou­ra­gé à jouer en fran­çais et je suis vrai­ment content de pou­voir le faire et de per­mettre au pu­blic an­glo­phone de dé­cou­vrir un grand au­teur comme Mi­chel Trem­blay. C’est tout un dé­fi de jouer en fran­çais dans un com­té dit plai­sante-t-il.

Jon­gler avec les langues au­tant qu’avec les mots était tout un exer­cice et il a fal­lu plu­sieurs se­maines à M. Rain­ville et à l’ac­trice Ra­chel Ro­billard pour être fin prêts à le mon­trer au pu­blic.

« J’ai­me­rais avoir en­core quelques jours de pra­tique, mais je pense que nous avons dé­sor­mais be­soin de pré­sen­ter le spec­tacle au pu­blic, lance-t-il à la veille de la pre­mière.

‘loya­liste’ », Quand on tra­duit une telle pièce, on ne peut se conten­ter de tra­duire le texte, il faut aus­si tra­duire les émo­tions, l’adap­ter à une autre culture », ex­plique-t-il.

Heu­reux de sai­sir toutes les op­por­tu­ni­tés de jouer en fran­çais, M. Rain­ville pour­sui­vra l'exer­cice cet au­tomne, à Ot­ta­wa, dans « ABC Dé­mo­li­tion » du Théâtre de la Vieille 17, pré­sen­té à La Nou­velle Scène. Il joue­ra éga­le­ment, en an­glais cette fois, dans Se­cret Mask à la Great Ca­na­dian Theatre Com­pa­ny.

Pho­to : Courtoisie Mi­chael Grills

L’ac­teur d’Ot­ta­wa, Paul Rain­ville.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.