Le Mo­nu­ment com­mé­mo­ra­tif de guerre du Ca­na­da

Mé­mo­rial de guerre na­tio­nal

L'Express Ottawa - - VIE COMMUNAUTAIRE - Sé­bas­tien Pier­roz se­bas­tien.pier­roz@tc.tc

Le Mo­nu­ment com­mé­mo­ra­tif de guerre du Ca­na­da sur la rue El­gin, à quelques mètres du par­le­ment, s’avère pour l’ar­chi­viste en chef de l’Uni­ver­si­té d’Ottawa, Mi­chel Pré­vost, le plus sym­bo­lique de la ca­pi­tale.

D’abord conçu en mé­moire des quelque 60 000 sol­dats dé­cé­dés pen­dant la Pre­mière Guerre mon­diale, il se­ra par la suite dé­dié à tous les Ca­na­diens et Ca­na­diennes qui ont ser­vi leur pays en temps de guerre.

En 1925, on lance un concours in­ter­na­tio­nal afin d’éri­ger au coeur d’Ottawa un mo­nu­ment en l’hon­neur des sol­dats tués entre 1914 et 1918. Tous les su­jets bri­tan­niques de nais­sance ain­si que les ré­si­dents de l’Em­pire et des pays al­liés peuvent sou­mettre un pro­jet. Il y a tou­te­fois cer­taines di­rec­tives à res­pec­ter. Ain­si, l’oeuvre doit cé­lé­brer l’hé­roïsme et le sa­cri­fice, mais ne pas glo­ri­fier la guerre.

Le concours re­çoit 127 pro­jets et le ga­gnant est un An­glais, Ver­non March de Farn­bo­rough, qui choi­sit comme thème «La ré­ponse». La grande contri­bu­tion du Ca­na­da au conflit meur­trier est illus­trée par 22 per­son­nages de bronze en uni­forme qui re­pré­sentent les dif­fé­rents ser­vices en­ga­gés dans la Grande Guerre pas­sant sous un arc de triomphe en gra­nit et gui­dés par deux fi­gures al­lé­go­riques pla­cées au som­met: La Paix et la Li­ber­té.

Sym­bo­li­que­ment, les sol­dats quittent le champ de ba­taille pour se di­ri­ger fiè­re­ment vers la paix. Mal­heu­reu­se­ment, l’oeuvre d’art est re­tar­dée pen­dant plu­sieurs an­nées par des pro­blèmes de choix et d’amé­na­ge­ment du site ain­si que par le décès pré­ma­tu­ré de son sculp­teur en 1930. En fait, l’oeuvre se­ra ter­mi­née en 1932 par les six frères et la soeur de March.

Le 21 mai 1939, le roi George VI inau­gure en grand de­vant 100 000 per­sonnes le mo­nu­ment de 21 mètres fait de 503 tonnes de gra­nit et 32 tonnes de bronze. Iro­ni­que­ment, quelques mois plus tard, la Se­conde Guerre mon­diale éclate.

On ajoute en 1982 à l’im­po­sante struc­ture les inscriptions «1939-1945 », en mé­moire de la Se­conde Guerre mon­diale, et «1950-1953 », en sou­ve­nir de la guerre de Co­rée.

Le 28 mai 2000, la dé­pouille du sol­dat inconnu mort lors de la Guerre de 1914 est ex­hu­mée du ci­me­tière de Ca­ba­ret-Rouge à Sou­chez en France, près de la crête de Vi­my, et dé­po­sée dans une tombe près du mo­nu­ment. Le sol­dat inconnu re­pré­sente plus de 100 000 hommes et femmes dé­cé­dés en ser­vant leu pays. De ce nombre, 28 000 n’ont pas de sé­pul­tures connues. L’ar­chi­viste en chef de l’Uni­ver­si­té d’Ottawa rap­pelle que ce tom­beau s’ins­pire du cé­lèbre Mo­nu­ment com­mé­mo­ra­tif du Ca­na­da à Vi­my.

Lun­di der­nier, c’est à ce Mo­nu­ment com­mé­mo­ra­tif qu’ont été cé­lé­brées, comme chaque an­née, les cé­ré­mo­nies of­fi­cielles du Jour du Sou­ve­nir.

Mi­chel Pré­vost offre des vi­sites gui­dées pour les groupes de 10 per­sonnes et plus du pa­tri­moine bâ­ti fran­co-on­ta­rien. Vous pou­vez ré­ser­ver au 613-562-5825 ou par cour­riel à mi­chel.pre­vost@uot­ta­wa.ca

Le Mo­nu­ment com­mé­mo­ra­tif de guerre du Ca­na­da est si­tué sur la rue El­gin. (Pho­to: cour­toi­sie)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.