«Ces États gé­né­raux s’adressent à l’en­semble de la com­mu­nau­té fran­co-on­ta­rienne»

L'Express Ottawa - - VIE COMMUNAUTAIRE - Sé­bas­tien Pier­roz se­bas­tien.pier­roz@tc.tc

Dans le cadre de ses États gé­né­raux sur le post­se­con­daire en On­ta­rio fran­çais, le Re­grou­pe­ment étu­diant fran­co-on­ta­rien (RÉFO) tien­dra sa sixième et ul­time consul­ta­tion ré­gio­nale à Ottawa ce sa­me­di.

On pour­rait croire que ce­la ne concerne que les étu­diants. Bien au contraire, ces États gé­né­raux uniques s’adressent à l’en­semble de la com­mu­nau­té fran­co-on­ta­rienne. Vous n’êtes plus aux études de­puis long­temps? Qu’im­porte, l’édu­ca­tion est af­faire de so­cié­té et elle a un im­pact in­du­bi­table sur la vi­ta­li­té de notre com­mu­nau­té, les luttes sco­laires au fil de notre his­toire nous l’on ap­prit.

Pri­vée de ga­ran­ties consti­tu­tion­nelles ex­pli­cites, l’édu­ca­tion post­se­con­daire en fran­çais reste vul­né­rable. Mal­gré la grande pré­sence d’ins­ti­tu­tions post­se­con­daires qui offrent des pro­grammes en fran­çais dans la ré­gion, l’offre pla­fonne à 36% com­pa­ra­ti­ve­ment à ce dont les étu­diants de la ma­jo­ri­té peuvent pro­fi­ter. Sans doute est-ce pour ce­la que dans la pro­vince, 77% des élèves de 12e an­née de nos écoles se­con­daires fran­co-on­ta­riennes dé­laisse le fran­çais comme langue d’en­sei­gne­ment une fois ar­ri­vé au post­se­con­daire.

Loin de s’amé­lio­rer, la si­tua­tion s’est dé­té­rio­rée ces der­niers temps par des re­vers et des re­culs. L’éli­mi­na­tion en ca­ti­mi­ni de la bourse gou­ver­ne­men­tale pour étu­dier en fran­çais, mal­gré sa lon­gé­vi­té de 30 ans, en est l’exemple le plus ma­ni­feste et dé­so­lant.

La jeu­nesse es­tu­dian­tine fran­coon­ta­rienne vous in­vite donc cor­dia­le­ment à par­ti­ci­per aux États gé­né­raux qu’elle or­ga­nise. Elle mise sur le sens de so­li­da­ri­té et de de­voir de tous, dans cet enjeu cru­cial qui trans­cende les in­té­rêts per­son­nels de cha­cun. Car c’est bien de la pé­ren­ni­té de notre com­mu­nau­té, en quelque sorte, dont il se­ra ques­tion le 30 no­vembre. Die­go Eli­zon­do Membre du Conseil d’ad­mi­nis­tra­tion du Re­grou­pe­ment étu­diant fran­co-on­ta­rien (RÉFO), re­pré­sen­tant des étu­diants et étu­diantes de l’Uni­ver­si­té d’Ottawa.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.