Un bras ro­bo­ti­sé pour Noël

L'Express - - CULTURE -

COM­MU­NAU­TÉ. L’ar­tiste-peintre drum­mond­vil­lois Fran­cis Bou­let a eu du mal à contenir ses larmes, jeu­di, lors­qu’on lui a an­non­cé qu’il re­ce­vra un bras ro­bo­ti­sé d’as­sis­tance, le 13 dé­cembre, juste à temps pour Noël.

C’est le père Noël lui-même qui a ac­cueilli l’homme de 39 ans lors de la re­mise qui chan­ge­ra à ja­mais sa vie. M. Bou­let s’at­ten­dait à ce qu’on an­nonce sim­ple­ment le bi­lan de la der­nière cam­pagne de fi­nan­ce­ment. C’est avec surprise et joie qu’il a com­pris que son rêve se­rait en­fin réa­li­sé. Ce bras ro­bo­ti­sé d’as­sis­tance lui per­met­tra de faire la pro­mo­tion de sa col­lec­tion et ain­si de ga­gner en no­to­rié­té.

Mal­gré son han­di­cap, il vit seul dans son ap­par­te­ment de Drum­mond­ville. Créa­tif de na­ture, il par­vient à peindre mal­gré son han­di­cap phy­sique et son art en im­pres­sionne plus d’un. Le bras ro­bo­ti­sé d’as­sis­tance pro­mis lui per­met­tra, entre autres, d’uti­li­ser son té­lé­phone cel­lu­laire pour com­mu­ni­quer avec les ama­teurs d’art et les dif­fé­rents centres de dif­fu­sion. Son por­table se­ra fixé sur son bras et il pour­ra tex­ter à l’aide de son nez.

« Ça fait long­temps que j’en rê­vais et c’est main­te­nant une réa­li­té, je suis ému. Ce bras va beau­coup me fa­ci­li­ter la vie et me per­met­tra d’as­pi­rer à l’at­teinte de mes rêves de de­ve­nir un ar­tiste-peintre connu à tra­vers le Qué­bec et de pos­sé­der un tri­plex. C’est un ca­deau de Noël avant le temps. Je suis vrai­ment heu­reux », dit-il.

En plus de lui per­mettre de mieux com­mu­ni­quer, l’ou­til tech­no­lo­gique ren­dra la vie de Fran­cis Bou­let au quo­ti­dien beau­coup plus simple. Il pour­ra dé­sor­mais se ser­vir à boire et man­ger seul, ou­vrir et fer­mer des portes et agrip­per des ob­jets, ce qui le ren­dra plus au­to­nome au sein de son do­mi­cile.

UNE VENTE DE FRO­MAGES DÉ­TER­MI­NANTE

Cette re­mise de bras n’au­rait pas été pos­sible n’eut été de la der­nière cam­pagne de vente de fro­mages fins « L’au­to­no­mie sur un pla­teau » me­née par la fon­da­tion Le Pont vers l’au­to­no­mie, en col­la­bo­ra­tion avec les en­sei­gnants et étu­diants en vente- conseil du Centre de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle Vi­sion 20 20 et la Drum­mond­vil­loise Nan­cy Roy.

L’ac­ti­vi­té a per­mis la vente de plus de 850 pla­teaux de fro­mages, per­met­tant de réunir près de 15 000 $ qui se­ront ver­sées aux cam­pagnes de fi­nan­ce­ment de Fran­cis Bou­let et de Jes­si­ca Hen­der­son, une ado­les­cente de Saint-lin, dans les Lau­ren­tides.

« Les gens ne se rendent pas tou­jours compte que les quelques dol­lars in­ves­tis pour l’achat de ces fro­mages ont des répercussions très im­por­tantes sur la vie de ces gens vi­vant avec des li­mi­ta­tions mo­trices sé­vères. Pour les bé­né­fi­ciaires, c’est une vie chan­gée du tout au tout », pré­cise le pré­sident de la fon­da­tion Le Pont vers l’au­to­no­mie, Sa­muel Fleurent Beauchemin.

De­puis le début de leur col­la­bo­ra­tion, il y quatre ans, Le Pont vers l’au­to­no­mie et les en­sei­gnants et étu­diants en vente-conseil du Centre de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle Vi­sion 20 20 ont amas­sé suf­fi­sam­ment d’ar­gent pour ache­ter l’équi­valent d’un bras ro­bo­ti­sé.

La cam­pagne de fi­nan­ce­ment de Fran­cis Bou­let a éga­le­ment été bo­ni­fiée par de gé­né­reuses contri­bu­tions de la Fon­da­tion Mar­celle et Jean Cou­tu et de la Fon­da­tion de la Fa­mille Le­maire.

Il s’agit d’une deuxième vie chan­gée dans la ré­gion de Drum­mond­ville de­puis la créa­tion du Pont vers l’au­to­no­mie, la pre­mière ayant été celle de Pier­rette Van­dal, en 2016. Cinq per­sonnes ont bé­né­fi­cié d’un bras ro­bo­ti­sé au Centre-du-qué­bec.

Pho­to Gra­cieu­se­té)

Fran­cis Bou­let a pu en­fin tou­cher au bras ro­bo­ti­sé qui chan­ge­ra sa vie dans quelques jours.(

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.