Co­ha­bi­ter avec les coyotes

L'Hebdo Journal - Cités Nouvelles - - ACTUALITÉS - AMINE ESSEGHIR amine.esseghir@tc.tc

L’ex­ter­mi­na­tion des coyotes n’est pas la meilleure so­lu­tion pour ré­duire leur po­pu­la­tion se­lon la Ville de Mon­tréal. C’est pour­quoi un plan pour gé­rer ces ani­maux sau­vages en mi­lieu ur­bain a été mis en place pour fa­vo­ri­ser la co­ha­bi­ta­tion, une op­tion per­met­tant de pré­ser­ver l’es­pèce tout en as­su­rant la sé­cu­ri­té des ré­si­dents.

De­puis 11 avril, une ligne té­lé­pho­nique dis­po­nible sept jours sur sept sert à si­gna­ler la pré­sence d’un coyote ou ob­te­nir de l’in­for­ma­tion. C’est la pre­mière me­sure d’un plan de ges­tion dont l’éla­bo­ra­tion est en cours.

Le Ser­vice des grands parcs de la Ville pré­voit éga­le­ment des cam­pagnes d’ef­fa­rou­che­ment. « Dans les sec­teurs où le coyote est si­gna­lé, des spé­cia­listes tra­vaille­ront à rendre la ren­contre de l’ani­mal avec un être hu­main désa­gréable, in­dique Fré­dé­rique Bus­sière, bio­lo­giste à la Ville de Mon­tréal. Une équipe se­ra sur le ter­rain du­rant quatre heures quo­ti­dien­ne­ment, à par­tir de très tôt le ma­tin. »

Par la suite, des ci­toyens se­ront for­més pour faire peur à l’ani­mal et le ren­voyer dans les zones in­ha­bi­tées des bois et fo­rêts.

Lors d’une de ren­contre avec un coyote, il est re­com­man­dé de faire du bruit, de ta­per des mains, ou­vrir son man­teau pour se mon­trer plus grand que lui ou lan­cer des ob­jets dans sa di­rec­tion. En cas de mor­sure, d’at­taque ou de confron­ta­tion avec un ani­mal agres­sif, les ci­toyeil faut contac­ter le 911.

De­puis juin 2017, on dé­nombre 5 per­sonnes mor­dues par un coyote et 10 chiens, ain­si que 379 si­gna­le­ments.

MEILLEURES PRA­TIQUES

« Plu­sieurs villes en Amé­rique du Nord sont confron­tées à ce phé­no­mène et nous nous sommes ins­pi­rés des meilleures ex­pé­riences », as­sure Émi­lie Thuillier, mai­resse d’Ahunt­sic-Car­tier­ville et porte-pa­role de la Ville en ma­tière de ges­tion du coyote.

L’ad­mi­nis­tra­tion s’est pen­chée sur l’ex­pé­rience de la Ville de Denver, aux États-Unis.

Le plan per­met­tra une meilleure connais­sance de l’ani­mal. «Le coyote est pré­sent à Mon­tréal de­puis 40 ans, mais on ne le sa­vait pas », re­lève Mme Thuillier.

À ce jour, la Ville n’a pas de re­cen­se­ment fiable du nombre de coyotes sur son ter­ri­toire.

L’éli­mi­na­tion phy­sique de l’ani­mal a été écar­tée. « L’ex­ter­mi­na­tion de masse pousse le coyote a se re­pro­duire en­core plus vite et en plus grand nombre », fait va­loir M. Bus­sière.

Par ailleurs, le trap­page des coyotes est main­te­nu pour des cas d’ani­maux agres­sifs, même s’ils sont peu nom­breux.

Les pièges uti­li­sés sont do­tés de ca­mé­ras au­to­ma­tiques qui en­voient l’image sur le cel­lu­laire du trap­peur.

«Ce­la donne la pos­si­bi­li­té d’in­ter­ve­nir très ra­pi­de­ment sur le site, note M. Bus­sière. Ce­la aide éga­le­ment de li­bé­rer ra­pi­de­ment un ani­mal do­mes­tique si ja­mais il s’aven­tu­rait dans le lieu de pié­geage. »

Il faut sa­voir que le Coyote se rend dans les zones ha­bi­tées à la re­cherche de nour­ri­ture. Une ana­lyse de la dis­po­si­tion et la ges­tion dé­chets de­vrait être éga­le­ment me­née à Ahunt­sic-Car­tier­ville. Plus que ja­mais, les ci­toyens sont ap­pe­lés à ne pas lais­ser leurs res­tants de cui­sine à la dis­po­si­tion des ani­maux sau­vages.

(Pho­to : TC Me­dia – Archives)

La Ville de Mon­tréal an­nonce la mise en place d’un plan pour gé­rer la pré­sence du coyote en mi­lieu ur­bain.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.