Mar­cher pour un re­mède

L'Hebdo Journal - Cités Nouvelles - - CULTURE - PASCALINE DA­VID pascaline.da­vid@tc.tc

SO­CIÉ­TÉ. La ma­la­die de Crohn et la co­lite ul­cé­reuse, pa­tho­lo­gies in­flam­ma­toires de l’in­tes­tin, sont tou­jours in­cu­rables à ce jour. Dans le but de fi­nan­cer la re­cherche et de sou­te­nir les pa­tients, la 23e ran­don­née Gut­sy au­ra lieu au parc An­gri­gnon, en juin.

Ch­ris­tine Tru­del est bé­né­vole de­puis plus de cinq ans au sein de l’or­ga­nisme Crohn et Co­lite Ca­na­da. La jeune femme qui est elle-même at­teinte par la ma­la­die sou­ligne l’im­por­tance de la marche qui per­met de col­lec­ter des fonds des­ti­nés à la re­cherche puis­qu’il n’existe au­cun trai­te­ment cu­ra­tif.

On ignore éga­le­ment ce qui dé­clenche cette af­fec­tion au­to-im­mune, qui amène l’or­ga­nisme à s’at­ta­quer lui-même et pro­duit une in­flam­ma­tion de l’en­tiè­re­té ou d’une par­tie du tube di­ges­tif.

Les per­sonnes at­teintes peuvent avoir dif­fé­rents symp­tômes, comme de fortes dou­leurs ab­do­mi­nales, des crampes, des fla­tu­lences, des bal­lon­ne­ments, de la fatigue, des selles fré­quentes, un sai­gne­ment in­terne, ou en­core une perte de poids non vou­lue.

« Les gens sont gê­nés de par­ler de ça, donc ça me pousse à le faire pour les re­pré­sen­ter, ajoute l’in­fir­mière âgée de 30 ans. Je sou­haite aus­si bri­ser l’iso­le­ment so­cial que crée cette condi­tion. On n’a pas une ci­ca­trice au vi­sage ou un bras cas­sé, mais la souf­france est là. »

CHEMINEMENT

Pour Mme Tru­del, la ma­la­die s’est dé­cla­rée lors­qu’elle était âgée de 11 ans. Il a fal­lu at­tendre trois ans pour que les pre­miers tests et prises de sang soient réa­li­sés et c’est fi­na­le­ment à l’aube de ses 19 ans que le diag­nos­tic est tom­bé.

« Long­temps, on pen­sait que c’était des gas­tros, des in­di­ges­tions ou même le stress, ra­conte-t-elle. Avant la mé­di­ca­tion, j’ai per­du beau­coup de poids et je souf­frais comme si on m’ébouillan­tait à l’in­té­rieur. »

Si elle est fonc­tion­nelle, la jeune femme sait qu’elle n’est ja­mais à l’abri d’une crise. « Au­jourd’hui, je suis sta­bi­li­sée, mais je ne suis pas en ré­mis­sion», ra­conte celle qui suit un trai­te­ment aux six se­maines, sous forme de per­fu­sion.

Les mé­di­ca­ments dis­po­nibles sur le mar­ché ne font pas ef­fet sur tous les pa­tients. Cer­tains, dont l’in­tes­tin est de­ve­nu trop fra­gile, ne peuvent plus s’ali­men­ter par eux-mêmes.

« L’en­tou­rage se trouve sou­vent im­puis­sant, puis­qu’il n’y a rien à faire pour sou­la­ger les dou­leurs, dit-elle. On ne com­prend pas non plus pour­quoi une crise ré­ap­pa­rait, alors qu’on al­lait bien la veille. »

Des re­cherches in­ter­na­tio­nales sont en cours, tel que le pro­jet Ge­ne­tic, en­vi­ron­men­tal and mi­cro­bial (GEM), pour en sa­voir plus sur les causes de cette pa­tho­lo­gie. La ran­don­née mont­réa­laise de 4km dé­bu­te­ra le 3 juin, à 11 h 30, au parc An­gri­gnon

(3400 bou­le­vard Tri­ni­taires, à LaSalle). Plus d’in­fos : gut­sy­walk.ca/em­pla­ce­ments.

(Pho­to : Gra­cieu­se­té)

De­puis 1996, la ran­don­née Gut­sy en marche a re­cueilli plus de 35 M$ pour la re­cherche et les pro­grammes à l’in­ten­tion des pa­tients.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.