Centre de ré­pit dans le be­soin

L'Hebdo Journal - Cités Nouvelles - - LA UNE - FRAN­ÇOIS LE­MIEUX fran­cois.le­mieux@tc.tc

SAN­TÉ MEN­TALE. Le Centre de ré­pit An­gel­man de Pier­re­fonds manque de fonds. Les ser­vices pour dé­fi­cients in­tel­lec­tuels n’ont ja­mais été au­tant uti­li­sés de­puis son ou­ver­ture il y a trois ans, tou­te­fois la di­rec­tion dé­plore de­voir faire face à des dé­fi­cits de fa­çon men­suelle.

Le centre est gé­ré par la Fon­da­tion An­gel­man, qui sou­tient les fa­milles dont les en­fants sont tou­chés par le syn­drome du même nom dont l’ori­gine est gé­né­tique. Fi­nan­cé en par­tie par le gou­ver­ne­ment qué­bé­cois, le reste des re­ve­nus pro­viennent d’évè­ne­ments ca­ri­ta­tifs ain­si que de dons pri­vés et cor­po­ra­tifs.

Pour le mo­ment, le Centre An­gel­man ne re­çoit tou­jours pas de sou­tien de la part de l’or­ga­nisme Par­tage-Ac­tion, qui four­nit un fi­nan­ce­ment ré­cur­rent à 40 groupes com­mu­nau­taires de l’Ouest-de-l’Île.

«On a be­soin que Par­tage-Ac­tion nous re­con­naisse et qu’on ob­tienne da­van­tage de fi­nan­ce­ment gou­ver­ne­men­tal. De payer notre per­son­nel nous coûte vrai­ment plus cher que nos ren­trées d’ar­gent. On est tou­jours à grap­piller pour avoir de l’ar­gent, c’est pré­oc­cu­pant», in­dique la di­rec­trice, So­phie Du­bé.

MA­LA­DIE RARE

Trouble sé­vère et rare du dé­ve­lop­pe­ment neu­ro­lo­gique, le Syn­drome d’An­gel­man af­fecte une per­sonne sur 15000 au Qué­bec. Il cause un re­tard in­tel­lec­tuel et mo­teur im­por­tant, une ab­sence de lan­gage, un élec­troen­cé­pha­lo­gramme (EEG) anor­mal, l’hy­per­ac­ti­vi­té ain­si qu’un com­por­te­ment joyeux et rieur ex­ces­sif.

Par ailleurs, les en­fants An­gel­man sont ma­jo­ri­tai­re­ment at­teints d’épi­lep­sie, de mi­cro­cé­pha­lie, de troubles du som­meil et de dif­fi­cul­tés à s’ali­men­ter.

C’est en 2005 que quelques fa­milles de l’Ouest-de-l’Île se sont re­grou­pées pour for­mer la Fon­da­tion An­gel­man. Elles ont amas­sé 2 M$ afin de pou­voir ou­vrir le centre de ré­pit du bou­le­vard Gouin Ouest.

SER­VICES

La res­source offre des sé­jours aux per­sonnes de 7 ans et plus souf­frant du syn­drome d’An­gel­man, mais aus­si à tous ceux qui pré­sentent une dé­fi­cience in­tel­lec­tuelle ou l’au­tisme. Les par­ti­ci­pants doivent tou­jours ré­si­der au­près de leurs fa­milles na­tu­relles.

Des pé­riodes de ré­pit oc­ca­sion­nel de 6 ou 12 heures et des sé­jours de 30 à 48 heures sont dis­po­nibles, avec une gamme com­plète d’ac­ti­vi­tés. Le centre est do­té d’un gym­nase, d’une pis­cine in­té­rieure et ex­té­rieure, ain­si que de nom­breuses salles de jeu, dont une de mu­sique et de cos­tumes.

«On veut don­ner aux pa­rents ce dont on a nous-mêmes be­soin : un break. On vou­lait un vé­ri­table Club Med pour les en­fants. Ils ar­rivent ici dans le sta­tion­ne­ment et sont ex­ci­tés parce qu’ils savent que c’est pour eux », sou­ligne Mme Du­bé.

Si la ma­jo­ri­té des clients du centre pro­viennent de l’Ouest-de-l’Île, d’autres viennent de La­val ou en­core des Lau­ren­tides.

Mme Du­bé es­père pou­voir ac­croître l’offre de ser­vices dans un ave­nir rap­pro­ché, entre autres avec des sé­jours de 48 heures tous les week-ends en plus d’être ou­vert lors de la se­maine de re­lâche, les jours fé­riés ain­si qu’entre Noël et le Jour de l’an.

(Pho­to : Ci­tés Nou­velles – Fran­çois Le­mieux)

L’af­fluence au Centre de ré­pit An­gel­man de Pier­re­fonds a dou­blé de­puis un an se­lon la di­rec­trice, So­phie Du­bé.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.