Trois-Ri­vières, la ville de l’en­tre­pre­neu­riat

L'Hebdo Journal - - DES CHENAUX - MA­RIE-EVE ALA­RIE ma­rie-eve.bour­goin-ala­rie@tc.tc

ÉLEC­TIONS. En pré­vi­sion des élec­tions mu­ni­ci­pales du 5 no­vembre, L’Heb­do Jour­nal a ren­con­tré les trois can­di­dats à la mai­rie de Trois-Ri­vières pour en sa­voir plus sur leurs en­ga­ge­ments.

Jean-Fran­çois Aubin était conseiller mu­ni­ci­pal du dis­trict Ma­rie-de-l’In­car­na­tion de­puis 2013. Âgé de 57 ans, il ré­side de­puis 25 ans, at­ti­ré par la ville pour le tra­vail. Il a deux grands en­fants de 21 et 23 ans qui sont aux études. Il est éga­le­ment pro­fes­seur au Cé­gep de Trois-Ri­vières de­puis quatre ans. Au­pa­ra­vant, il a oeu­vré pour la re­vi­ta­li­sa­tion des pre­miers quar­tiers.

Son grand pro­jet por­teur se­rait de faire de TroisRi­vières la ville par ex­cel­lence de l’en­tre­pre­neu­riat.

«C’était ma pre­mière an­nonce et ce n’était pas un ha­sard. Beau­coup de choses dé­coulent de cette idée, entre autres de re­te­nir nos jeunes, ceux qui étu­dient ici, sur le mar­ché de l’em­ploi à TroisRi­vières. Car c’est la pos­si­bi­li­té d’avoir un em­ploi dans ton do­maine qui dé­cide de ton lieu de tra­vail. Si on prend des ac­tions pré­cises pour dé­ve­lop­per l’en­tre­pre­neu­riat et pour sou­te­nir les pe­tites et moyennes en­tre­prises, ce se­ra ga­gnant sur le plan de l’em­ploi pour tout le monde», sou­tient-il.

Il constate que d’après les sta­tis­tiques, beau­coup d’em­plois créés à Trois-Ri­vières sont pré­caires ou au sa­laire mi­ni­mum. «Il faut chan­ger la donne avec l’en­tre­pre­neu­riat. Il ne faut pas at­tendre la pro­chaine grande en­tre­prise. Avoir plus d’en­tre­pre­neurs, ça c’est por­teur.»

S’il est élu maire le 5 no­vembre, il s’en­gage à ren­con­trer ra­pi­de­ment les conseillers mu­ni­ci­paux élus et s’en­tendre sur de grandes orien­ta­tions pour la Ville. «Le tra­vail d’équipe, c’est im­por­tant. Le maire ne doit pas dé­ci­der seul dans son bu­reau, af­firme Jean=Fran­çois Aubin. Avec les conseillers, on s’en­ten­drait sur un plan d’ac­tion. Cha­cun au­ra un man­dat pré­cis à par­tir de son ex­per­tise et de ses in­té­rêts. Son man­dat se­ra ren­du pu­blic et il de­vra ex­pli­quer comment il s’y pren­dra pour le réa­li­ser. Fi­ni le conseiller dans l’ano­ny­mat.»

Jean-Fran­çois Aubin sou­haite que TroisRi­vières soit une ville qui se­rait plus à l’écoute des ci­toyens, où l’in­for­ma­tion du conseil de ville se­rait plus ac­ces­sible, no­tam­ment grâce à la dif­fu­sion des séances pu­bliques et la te­nue de consul­ta­tions. Il veut aus­si que le sen­ti­ment d’ap­par­te­nance des ci­toyens soit ren­for­cé dans tous les sec­teurs de la ville.

«Le compte de taxes connaî­trait une hausse mo­dé­rée, pas su­pé­rieure au coût de la vie et il y au­rait un gel de taxes en 2018.»

LA CULTURE

«C’est une force de Trois-Ri­vières. Je crois que l’en­jeu, c’est d’ai­der les en­tre­prises cultu­relles à mieux vivre et sou­te­nir la mise en mar­ché des évé­ne­ments cultu­rels. Ce se­rait im­por­tant de dé­ve­lop­per des évé­ne­ments pen­dant l’hi­ver. Il n’y a que les Nuits Po­laires et ça stagne. Il faut trou­ver d’autres for­mules qui fassent un Wow.»

LES SPORTS ET LOISIRS

«Il faut ap­puyer les équipes spor­tives et ac­cor­der plus d’ar­gent à l’en­tre­tien des parcs à tra­vers la ville. Plus de 250 parcs par­tagent un bud­get de 100 000$ pour l’en­tre­tien et cer­tains parcs prennent de l’âge…»

LE NOU­VEAU CO­LI­SÉE

«Il faut re­voir le dos­sier du Co­li­sée et re­prendre le dos­sier du dé­but. Il faut re­voir l’en­semble des al­ter­na­tives et s’as­su­rer d’avoir toutes les don­nées pour prendre une bonne dé­ci­sion. Je crois aus­si que 5000 places, c’est 1000 places de trop. On consi­dé­re­rait aus­si la ré­no­va­tion de l’an­cien Co­li­sée.»

L’AIDE AUX GENS D’AF­FAIRES

«Il y a le sou­tien à l’en­tre­pre­neu­riat, évi­dem­ment, mais aus­si, il fau­drait avoir une res­source spé­cia­li­sée en nou­velles tech­no­lo­gies et dans les TI chez IDÉ Trois-Ri­vières. Il faut aus­si tra­vailler avec le reste de la ré­gion pour se po­si­tion­ner comme une ré­gion ef­fer­ves­cente en ma­tière de TI.»

LA DETTE DE LA VILLE

«On tra­vaille à la faire di­mi­nuer plus vite qu’à l’heure ac­tuelle. Avec la hausse des taux t’in­té­rêt, la dette au­ra un im­pact plus grand. Plu­tôt que d’af­fec­ter 25% des sur­plus au rem­bour­se­ment de la dette, il fau­drait af­fec­ter au moins 50% des sur­plus.»

LE COM­PLEXE SPOR­TIF AL­PHONSE-DES­JAR­DINS

«C’est étrange qu’il n’y ait pas d’en­tente, consi­dé­rant que Trois-Ri­vières était par­tie pre­nante du pro­jet. On a la res­pon­sa­bi­li­té en par­tie, avec la Com­mis­sion sco­laire, de trou­ver une so­lu­tion pour sau­ver le CSAD. Il faut en ve­nir à une en­tente ra­pi­de­ment, mais que la Ville en soit pro­prié­taire n’est pas la so­lu­tion.»

LES IN­FRA­STRUC­TURES

«Il est im­por­tant d’éta­blir un plan d’ac­tion éta­lé sur une di­zaine d’an­nées. C’est de­man­dé par la vé­ri­fi­ca­trice gé­né­rale de­puis plu­sieurs an­nées. Ça per­met­trait d’éta­blir quoi ré­pa­rer, quand et le coût es­ti­mé pour les ré­pa­ra­tions. Ça per­met­trait aus­si de rendre pu­blique la ges­tion des prio­ri­tés.»

(Pho­to TC Me­dia – Ma­rie-Eve Ala­rie)

Jean-Fran­çois Aubin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.