Beau­coup de che­min par­cou­ru, mais en­core du tra­vail à faire

L'Informateur - - JEUNES ACTION - CHARLES-AN­TOINE RONDEAU charles-an­toine.rondeau@tc.tc

Dans le cadre de la se­maine na­tio­nale du don d’or­ganes et de tis­sus, qui se pour­suit jus­qu’au 28 avril, le di­rec­teur gé­né­ral de Trans­plant Qué­bec, Louis Beau­lieu, ain­si qu’un re­ce­veur de la ré­gion, To­my-Ri­chard Le­boeuf-McG­re­gor, sou­lignent le pro­grès des men­ta­li­tés, mais af­firment que la si­tua­tion peut en­core s’amé­lio­rer.

M. Beau­lieu pré­cise d’abord qu’au cours des 6 der­nières an­nées, le nombre de don­neurs qué­bé­cois est pas­sé de 119 à 182, alors que le nombre de per­sonnes at­ten­dant une greffe est quant à lui pas­sé de 1264 à 786. «On a fait beau­coup de pro­grès. Tou­te­fois, des per­sonnes at­tendent en­core plus d’un an avant de re­ce­voir une greffe, même que cer­taines dé­cèdent en étant sur la liste d’at­tente. Il y a donc as­su­ré­ment en­core moyen d’amé­lio­rer la si­tua­tion», dit-il.

Ce der­nier in­siste qu’il soit im­por­tant de par­ler de notre dé­ci­sion d’ac­cep­ter le don d’or­ganes ou de tis­sus à nos proches, même si on a si­gné notre carte d’as­su­rance-ma­la­die ou qu’on est ins­crit au re­gistre de la RAMQ ou de la Chambre des no­taires du Qué­bec. «Au dé­cès, la fa­mille peut s’y op­po­ser. Dans des mo­ments cri­tiques, les proches sont sous le choc et c’est dif­fi­cile de prendre une dé­ci­sion, alors la clar­té est très utile et aide au pro­ces­sus. Il faut donc en par­ler, et pas seule­ment l’écrire», d’ex­pli­quer le DG de Trans­plant Qué­bec.

De plus, Louis Beau­lieu men­tionne qu’il ne faut pas s’au­to-diag­nos­ti­quer in­apte à don­ner. «Si un pa­tient est en si­tua­tion de vie ou de mort, les pou­mons d’une per­sonne ayant fu­mé un peu dans sa vie peuvent quand même être bons. Il faut sim­ple­ment s’as­su­rer que la trans­plan­ta­tion est pos­sible et qu’il n’y a pas de danger pour la san­té du re­ce­veur » , laisse- t- il en­tendre.

Il ajoute que les per­sonnes âgées peuvent aus­si être concer­nées par le don d’or­ganes, qu’elles soient des don­neurs ou des re­ce­veurs. «Notre plus vieux don­neur avait 88 ans, et la per­sonne qui a re­çu son foie vit de­puis 15 ans avec son or­gane et a eu 3 en­fants. Une per­sonne âgée peut aus­si s’ins­crire au re­gistre et se per­mettre d’avoir une belle fin de vie», fait va­loir M. Beau­lieu.

UN RE­CE­VEUR PLUS AC­TIF QUE BIEN DES GENS EN SAN­TÉ

At­teint de la fi­brose kys­tique, ma­la­die tou­chant tous les or­ganes mais cau­sant plus par­ti­cu­liè­re­ment d’im­por­tants troubles res­pi­ra­toires, To­my-Ri­chard Le­boeuf-McG­re­gor a eu re­cours à une greffe de pou­mons il y cinq ans, après une at­tente de deux ans et de­mi. Sans celle- ci, il se­rait dé­cé­dé quelques jours plus tard. «Ça a été vrai­ment in­tense. Quelque temps avant l’opé­ra­tion, j’ai même eu un bla­ckout dû à un manque d’oxy­gène. Par contre, tout s’est bien dé­rou­lé, et au­jourd’hui, je suis en pleine forme et je peux vivre une vie nor­male», lance-t-il.

Ce der­nier est même plus ac­tif que bien des gens qui n’ont pas de pro­blèmes de san­té. «Je marche beau­coup, je fais des voyages et je tra­vaille à temps plein. En plus, j’adore ce que je fais dans la vie», avance ce­lui qui est, de­puis quelques an­nées dé­jà, di­rec­teur gé­né­ral de l’or­ga­nisme Vivre avec la fi­brose kys­tique, qui a pour mis­sion de pro­mou­voir et de fa­vo­ri­ser la qua­li­té de vie des per­sonnes vi­vant avec cette ma­la­die.

Dé­sor­mais âgé de 32 ans, le gref­fé croit que le don d’or­gane aide au deuil, puis­qu’il per­met de sa­voir que le dé­cès d’un proche au­ra ai­dé d’autres per­sonnes à avoir une meilleure vie ou à sur­vivre. «La vo­lon­té d’une seule fa­mille peut chan­ger énor­mé­ment le par­cours de vie. J’en suis le meilleur exemple, car si cette fa­mille n’avait pas ac­cep­té, je se­rais mort. Je n’avais au­cune chance de sur­vie», de conclure M. Le­boeuf-McG­re­gor.

(Pho­to gra­cieu­se­té)

To­my-Ri­chard Le­boeuf-McG­re­gor

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.