Les pa­trouilles vont s’in­ten­si­fier au parc Pas­quale-Gat­tu­so

L'Informateur - - ACTUALITÉS - NI­CO­LAS LEDAIN ni­co­las.ledain@tc.tc

À la suite de plu­sieurs plaintes de ci­toyens sur des nui­sances, les agents du poste de quar­tier vont pa­trouiller da­van­tage dans ce parc qui borde une zone ré­si­den­tielle.

Cinq pro­prié­taires de ce quar­tier sont ve­nus aler­ter les élus lors du con­seil d’ar­ron­dis­se­ment du 3 juillet sur plu­sieurs en­jeux de sécurité au parc Pas­quale-Gat­tu­so. Ceux-ci se dé­so­lent de la pré­sence de groupes après la fer­me­ture à 23h et des nui­sances pro­vo­quées par ces ras­sem­ble­ments.

«On veut la paix et on ne sait plus quoi faire pour l’avoir. Ce n’est pas nor­mal», dé­plore une ci­toyenne qui sou­haite gar­der l’ano­ny­mat par crainte de re­pré­sailles.

En plus de ces bruits, cette der­nière se dit aus­si dé­ran­gée par des odeurs de can­na­bis, no­tam­ment en jour­née.

«On ne peut même pas s’as­seoir de­hors parce que ça sent comme la mouf­fette. On a tra­vaillé toute notre vie pour se payer notre mai­son et ce n’est pas agréable de vivre ici. Je suis dé­cou­ra­gée», avoue cette re­trai­tée.

En réponse à ces faits dé­non­cés lors du der­nier con­seil d’ar­ron­dis­se­ment, le lieu­te­nant Du­puis du poste de quar­tier 45 a pro­mis une in­ten­si­fi­ca­tion des pa­trouilles dans ce sec­teur, de jour comme de nuit. Une at­ten­tion spé­ciale adres­sée à chaque groupe de tra­vail se­ra ré­di­gée pour as­su­rer des pa­trouilles plus ré­gu­lières.

Par ailleurs, des dé­chets et dé­bris se­raient sou­vent lais­sés dans le parc après le dé­part de ces groupes au déses­poir de plu­sieurs pa­rents de ce quar­tier.

PAS PLUS DE CAS QU’AILLEURS

Ces ci­toyens se disent exas­pé­rés par ces pro­blèmes, mais les don­nées d’in­ter­ven­tion des ser­vices de po­lice dé­peignent pour­tant un parc «pas plus cri­mi­na­li­sé qu’un autre», se­lon Au­drey Fer­ron, agente so­cio­com­mu­nau­taire du PDQ 45.

«Il y a des pe­tits in­ci­dents, on re­trouve quelques mé­faits, mais il n’y a rien de plus. On ré­dige quand même une at­ten­tion spé­ciale pour que les pa­trouilleurs puissent pas­ser plus sou­vent», pré­cise-t-elle.

À titre d’exemple, au mois de juin, seul le cas d’une pou­belle in­cen­diée a été ré­per­to­rié par le SPVM au parc Pas­quale-Gat­tu­so. Ce­la peut tou­te­fois être la consé­quence de l’ab­sence de dé­non­cia­tion ou de consta­ta­tion de faits dé­lic­tueux. Les pa­trouilles plus ré­gu­lières de­vraient per­mettre d’en sa­voir da­van­tage et la po­li­cière in­cite aus­si la po­pu­la­tion à contac­ter le poste de quar­tier si des mé­faits sont consta­tés afin de ren­for­cer les in­ter­ven­tions policières.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.