L’opos­sum de Vir­gi­nie

L'Informateur - - ACTUALITÉS -

Seul mar­su­pial que l’on re­trouve au nord du Mexique, l’opos­sum de Vir­gi­nie se re­trouve sur­tout dans le sud des États-Unis, où il est très com­mun. « Mais il y a eu des cas rap­por­tés au centre-ville de Montréal. Il prend de l’expansion et re­monte dou­ce­ment vers le nord », se­lon Jacques Dan­cosse, vé­té­ri­naire au Bio­dôme de Montréal. Pour le voir, il fau­dra tou­te­fois at­tendre la tom­bée de la nuit : l’ani­mal, de la taille d’un chat do­mes­tique, est stric­te­ment noc­turne. Sur­veillez près des pou­belles : c’est un des ses en­droits favoris pour trou­ver de la nour­ri­ture. Si vous aper­ce­vez un opos­sum de Vir­gi­nie sans vie, cou­ché sur le côté, le corps raide, les yeux fixes et la langue pen­dante, sa­chez que vous pou­vez avoir af­faire à un bon co­mé­dien. Bien qu’il soit agres­sif et pré­fère la fuite comme moyen de dé­fense, l’opos­sum peut très bien « faire le mort » s’il est sai­si par sur­prise par un chas­seur !

L’opos­sum de Vir­gi­nie se re­con­naît à sa fi­gure et sa gorge blanche, et ses 80 cm de long en font le plus grand de tous les opos­sums.abh­bah05

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.