La mode, c’est son af­faire!

Por­trait. Les marques haut de gamme, Da­nielle Gé­li­nas connaît. De­puis 30 ans, la femme d’af­faires tire son épingle du jeu dans Ou­tre­mont, où elle tient les rênes de la bou­tique 5e Ave­nue, si­tuée sur l’ave­nue Lau­rier.

Métro Montréal - - CARRIERES - JES­SI­CA DOSTIE jes­si­ca.dostie@jour­nal­me­tro.com

«J’en­cou­rage les femmes […] à croire en leurs rêves.»

Da­nielle Gé­li­nas, pro­prié­taire d’une bou­tique

Ado­les­cente, Da­nielle Gé­li­nas sem­blait dé­jà des­ti­née à tra­vailler dans l’uni­vers de la mode. «J’ai tou­jours eu la pas­sion des tis­sus, des coupes. À 12 ans, j’ai sui­vi des cours de cou­ture pour ap­prendre à faire mes propres vê­te­ments. Je pas­sais beau­coup de temps dans les ma­ga­sins de tis­sus à feuille­ter les ca­ta­logues de pa­trons […] Je rê­vais d’avoir ma bou­tique», se sou­vient-elle.

Même que, bien avant qu’elle de­vienne pro­prié­taire d’une bou­tique de mode, son pre­mier em­prunt est des­ti­né à l’achat d’une mac­hine à coudre. Quand vient le temps de pour­suivre ses études post­se­con­daires, à la fin des an­nées 1970, elle opte pour la comp­ta­bi­li­té, puis trouve un em­ploi en fi­nance.

«J’avais tou­jours cette idée qui me trot­tait dans la tête», té­moigne celle qui, à 25 ans, a trou­vé un em­ploi dans une bou­tique haut de gamme. «On peut dire que je suis ar­ri­vée par la porte d’en ar­rière, s’amuse-telle. J’ai com­men­cé par faire la comp­ta­bi­li­té, et ça m’a per­mis de voir com­ment se pas­sait la ges­tion d’une bou­tique. Je vou­lais voir si ça me plai­rait.»

Quelques an­nées plus tard, en 1989, elle a été em­bau­chée à la nou­velle bou­tique 5e Ave­nue, qui, à l’époque, ve­nait d’ou­vrir. «J’ai pris la ges­tion de la bou­tique à par­tir de ce mo­ment-là, ex­plique-t-elle. J’ai tou­jours été le chef d’or­chestre qui fai­sait les achats.»

Ce n’est tou­te­fois qu’à la fin des an­nées 1990 qu’elle en de­vient l’unique pro­prié­taire. De­puis, elle n’a pas re­lâ­ché la ca­dence, sou­cieuse d’of­frir une ex­pé­rience de ma­ga­si­nage per­son­na­li­sée à ses clients. «C’est comme si je les re­ce­vais chez moi», in­dique-t-elle.

Alors que sa bou­tique souffle 30 bou­gies, Da­nielle Gé­li­nas se dit fière d’avoir «fon­cé et pris des risques» pour réa­li­ser son rêve. «J’en­cou­rage d’ailleurs les femmes à le faire et à croire en leurs rêves, conseille-t-elle. Bien sûr, il faut tra­vailler énor­mé­ment et per­sé­vé­rer, mais il faut aus­si sa­voir bien s’en­tou­rer.»

/ JOSIE DES­MA­RAIS/MÉ­TRO

Da­nielle Gé­li­nas

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.