Un pro­mo­teur de la FE ré­clame 3 M$ à la Ville

La mai­resse de Mon­tréal, Va­lé­rie Plante, as­sure qu’elle va se battre afin de ne pas avoir à payer da­van­tage pour le fias­co de la For­mule E, alors que la Ville est vi­sée par une se­conde pour­suite.

Métro Montréal - - ACTUALITÉ - DO­MI­NIQUE CAM­BRON-GOU­LET do­mi­nique.cam­bron-gou­let@jour­nal­me­tro.com

«Ça suf­fit, [les Mont­réa­lais] ont as­sez payé pour la For­mule E.» Va­lé­rie Plante, mai­resse de Mon­tréal

Alexandre Cho­ko, qui sou­hai­tait or­ga­ni­ser les courses de For­mule E à Mon­tréal, es­time avoir été écar­té par l’ad­mi­nis­tra­tion de De­nis Coderre. Il pour­suit la Ville de Mon­tréal pour 3 M$.

Ques­tion­née pour sa­voir com­ment elle voyait ce «legs» de son pré­dé­ces­seur, Mme Plante a été ca­té­go­rique. «C’est une fac­ture aux Mont­réa­lais et c’est très dom­mage. On va se battre pour ne pas qu’on en­lève en­core plus d’ar­gent aux Mont­réa­lais», a-t-elle dit hier.

«L’équipe du maire Coderre, fau­ti­ve­ment et abu­si­ve­ment, s’est as­su­rée qu’evenko ob­tienne la pro­mo­tion de l’évé­ne­ment, au dé­tri­ment de toutes les règles ap­pli­cables à l’at­tri­bu­tion des contrats pu­blics [...] et au dé­tri­ment du de­man­deur», sou­tient la par­tie de M. Cho­ko dans sa de­mande in­tro­duc­tive d’ins­tance dé­po­sée la se­maine der­nière au pa­lais de jus­tice de Mon­tréal.

Dans son ré­cit des évé­ne­ments, Alexandre Cho­ko dit qu’il avait eu des dis­cus­sions avec les di­ri­geants de la For­mule élec­trique, no­tam­ment sur le mon­tant du contrat pour la course et sur la réa­li­sa­tion d’études de fai­sa­bi­li­té. Ce­pen­dant, en mai 2015, For­mu­la E Ope­ra­tion Li­mi­ted (FEO) a in­for­mé M. Cho­ko par cour­riel que le maire Coderre était «in­con­for­table avec les dis­cus­sions entre Cho­ko et For­mu­la E Hol­dings et que toutes les dis­cus­sions fu­tures au­raient lieu ex­clu­si­ve­ment entre For­mu­la E Hol­dings et le maire».

Les al­lé­ga­tions de l’homme d’af­faires se basent aus­si for­te­ment sur le rap­port «très ré­vé­la­teur» du Bu­reau de l’ins­pec­teur gé­né­ral de Mon­tréal (BIG) re­mis en mai der­nier au con­seil mu­ni­ci­pal.

Ce­lui-ci a en ef­fet rap­por­té que le maire De­nis Coderre avait «contour­né les règles» dans le dos­sier de la For­mule E en in­ter­ve­nant per­son­nel­le­ment entre au­près d’evenko et de FEO pour im­po­ser le choix d’evenko comme pro­mo­teur.

«Le maire a te­nu ce pro­mo­teur ex­clu [Alexandre Cho­ko] de la pos­si­bi­li­té d’or­ga­ni­ser l’évé­ne­ment et a exi­gé que les re­pré­sen­tants de FEO ne tran­sigent qu’avec son ca­bi­net, alors qu’ils avaient dé­jà amor­cé des pour­par­lers avec cet autre pro­mo­teur», rap­por­tait le BIG après son en­quête.

M. Cho­ko es­time qu’il a été pri­vé de «son droit d’être consi­dé­ré dans un pro­ces­sus d’ap­pel d’offres» et qu’il a su­bi un «im­por­tant pré­ju­dice. Il ré­clame 3 M$, ce qui re­pré­sente les re­ve­nus es­ti­més par le pro­mo­teur s’il avait organisé les courses de For­mule E pen­dant trois ans à Mon­tréal.

/ MA­RIO BEAU­RE­GARD/AR­CHIVES MÉ­TRO

Il n’y au­ra fi­na­le­ment eu qu’une édi­tion de la For­mule élec­trique à Mon­tréal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.