LA CAQ EST À L’ÉCOUTE, SE RÉ­JOUIT LA FTQ

Le syn­di­cat veut pro­fi­ter de la si­tua­tion pour faire va­loir ses dos­siers prio­ri­taires en 2019.

Métro Montréal - - LA UNE - HEN­RI OUEL­LETTE-VÉZINA houel­lette-ve­zi­[email protected]­nal­me­tro.com

Fin des po­li­tiques d’aus­té­ri­té, hausse du sa­laire mi­ni­mum à 15 $ l’heure, créa­tion d’un ré­gime uni­ver­sel d’as­su­rance mé­di­ca­ments et lutte fé­roce contre les chan­ge­ments cli­ma­tiques : la FTQ a un agen­da bien rem­pli pour 2019.

«On est en­core dans une pé­riode de lune de miel [avec le gou­ver­ne­ment]. On pen­sait qu’on al­lait par­tir en ba­taille, mais jus­qu’ici, on a une bonne ré­cep­tion. Le gou­ver­ne­ment veut nous par­ler», a as­su­ré hier le pré­sident du syn­di­cat na­tio­nal, Da­niel Boyer.

La FTQ compte no­tam­ment pro­fi­ter de ce contexte fa­ci­li­tant pour pres­ser Qué­bec d’aug­men­ter le sa­laire mi­ni­mum à 15 $ l’heure. «On constate an­née après an­née notre re­tard dans la ré­mu­né­ra­tion des em­ployés. Si on veut plus de di­gni­té, de meilleures condi­tions, ça prend une hausse de sa­laire», a pour­sui­vi M. Boyer.

En plus de plan­cher sur une mo­der­ni­sa­tion du ré­gime de san­té et de sé­cu­ri­té au tra­vail, l’or­gane syn­di­cal mi­li­te­ra cette an­née pour la mise sur pied d’une po­li­tique uni­ver­selle d’as­su­rance mé­di­ca­ments.

Le Ca­na­da est un des seuls pays de l’Or­ga­ni­sa­tion de co­opé­ra­tion et de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­miques (OCDE) qui ne pos­sèdent pas de tel ré­gime.

L’en­vi­ron­ne­ment, dès main­te­nant

Pour le secrétaire gé­né­ral de la FTQ, Serge Ca­dieux, la po­pu­la­tion de­vance les gou­ver­ne­ments lors­qu’on parle de chan­ge­ments cli­ma­tiques. «C’est une vé­ri­table ré­vo­lu­tion. [Le pre­mier mi­nistre Fran­çois Le­gault] vient d’en sai­sir toute la te­neur en chan­geant sa mi­nistre [Ma­rieC­han­tal Chas­sé]. Il n’y a plus un élu qui peut écar­ter ce dos­sier-là.»

M. Ca­dieux es­time que tous les pans de l’éco­no­mie se­ront af­fec­tés, et qu’il faut im­pli­quer les tra­vailleurs pour trou­ver des so­lu­tions.

«On ne pro­dui­ra plus de la même fa­çon, et la fa­çon dont on consomme de­vra chan­ger si on veut at­teindre les cibles de ré­duc­tion des GES, a-t-il dit. Né­ces­sai­re­ment, les tra­vailleurs af­fec­tés doivent être consul­tés dans le pro­ces­sus.»

Le pro­blème avec la CAQ, d’après Serge Ca­dieux, «est qu’il manque un chef à bord».

«Il n’y avait rien dans le pro­gramme du par­ti sur l’en­vi­ron­ne­ment lors de son élec­tion. Heu­reu­se­ment, on voit qu’il s’adapte, mais ça prend une gou­ver­nance où le pre­mier mi­nistre s’im­plique di­rec­te­ment», a-t-il in­sis­té.

La FTQ dit par ailleurs «s’in­quié­ter» de l’aug­men­ta­tion de tra­vailleurs étran­gers tem­po­raires qu’en­traî­ne­ra la di­mi­nu­tion des seuils d’im­mi­gra­tion de la CAQ, sur le plan des droits syn­di­caux no­tam­ment.

/ PA­BLO OR­TIZ/MÉ­TRO

Da­niel Boyer et Serge Ca­dieux

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.