Pour­quoi des mots sortent-ils du dic­tion­naire ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION -

Ac­tuel. « Des mots sortent du dic­tion­naire pour qu’il reste le plus ac­tuel pos­sible, c’es­tà-dire qu’il cor­res­ponde à la ma­nière dont les gens parlent. Ce­pen­dant, on ne re­tire pas chaque an­née des mots du dic­tion­naire. Au contraire, on en ajoute, car la langue fran­çaise s’en­ri­chit. »

250. « Chez La­rousse, des mots ne sortent du dic­tion­naire que lors des grandes re­fontes. Ce­la ar­rive tous les 10 ou 15 ans. Lors de la der­nière re­fonte, en 2012, 250 mots à peine ont été re­ti­rés... sur un to­tal de 63 800. C’est très peu. »

Inu­tiles. « Les mots en­le­vés du dic­tion­naire sont choi­sis par une équipe de lexi­co­graphes. Ces spé­cia­listes re­tirent les mots désuets (dé­mo­dés), de­ve­nus inu­tiles. Pour sa­voir quels mots sont uti­li­sés ou non, ils se servent beau­coup des mé­dias (jour­naux, ra­dios, chaînes de té­lé...). Le dic­tion­naire contient quand même des mots an­ciens. Si un en­fant en ren­contre un dans un livre, il doit pou­voir trou­ver sa dé­fi­ni­tion. »

Re­ti­ré.

« Lors de la der­nière re­fonte, nous avons par exemple re­ti­ré le verbe “ma­gné­to­sco­per”. Mais nous avons lais­sé le nom “ma­gné­to­scope” (ap­pa­reil per­met­tant d’en­re­gis­trer des vi­déos sur une cas­sette). Nous avons aus­si en­le­vé des mots an­glais n’étant plus uti­li­sés, comme “com­pu­ter”. Au­jourd’hui, nous di­sons “or­di­na­teur” !» D. Viaud

Quels mots, en­le­vés du La­rousse en 2012, dé­si­gnent un homme et une femme pra­ti­quant le cross-coun­try (une sorte de course à pied) ?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.