Gi­lets jaunes : les po­li­ciers mo­bi­li­sés sur le ter­ri­toire

Mon Quotidien - - FRANCE -

Au­jourd’hui, 89000 po­li­ciers (dont des CRS) et gen­darmes sont mo­bi­li­sés dans toute la France pour la 4e jour­née de ma­ni­fes­ta­tions des «gi­lets jaunes». À Pa­ris (75), ils craignent à nou­veau la pré­sence de «cas­seurs» (lire n° 6674). Interview de Lin­da, du syn­di­cat (ici, groupe dé­fen­dant les po­li­ciers) SGP Po­lice-FO.

CRS. «Notre mis­sion est de pro­té­ger les ma­ni­fes­tants et cer­tains bâ­ti­ments (l’Ély­sée, les monuments his­to­riques...). Il y a 8500 CRS en France. Au tra­vail, ils sont cou­pés de leur fa­mille, pour être com­plè­te­ment dans leur mis­sion. Le plus sou­vent, ils in­ter­viennent du­rant 2 se­maines, dans une ville qui n’est pas la leur. Il faut évi­ter qu’ils se re­trouvent face à des gens qu’ils connaissent. En­suite, ils ont 1 se­maine de re­pos (où ils rentrent chez eux) puis 1 autre d’en­traî­ne­ment, dans leur ca­serne. En ce mo­ment, on a be­soin de tous les CRS. Donc beau­coup ont été ap­pe­lés alors qu’ils au­raient dû être de re­pos. Beau­coup sont fa­ti­gués. À Pa­ris, le 1er dé­cembre, par exemple, ils étaient prêts à 4h du ma­tin et ont fait face aux ma­ni­fes­tants, de­bout, sans man­ger, sans avoir de pause pi­pi… jus­qu’à 22h30 !»

Foule. « Des gens ma­ni­festent tous les jours en France, même si l’on n’en parle pas. Quand il y a des “cas­seurs”, on n’ar­rive pas à faire la dif­fé­rence avec ceux qui ne le sont pas. Lors­qu’une ma­ni­fes­ta­tion de­vient vio­lente, les CRS de­mandent d’abord 3 fois à la foule de par­tir. Si elle ne bouge pas, ils lancent un pe­tit “feu d’ar­ti­fice” rouge qui si­gni­fie “stop”. Si les ma­ni­fes­tants sont tou­jours là après, ils de­viennent hors la loi. C’est là que les CRS uti­lisent la force : en lan­çant des gaz la­cry­mo­gènes (fai­sant pleu­rer), par exemple.» M. Tho­ma­zic

Que si­gni­fie le sigle CRS ?

Des CRS du­rant la ma­ni­fes­ta­tion des «gi­lets jaunes», à Pa­ris (75), le 1er dé­cembre. Ce jour-là, il y a eu au­tant de forces de l’ordre dans la ca­pi­tale que lors de la grande marche du 11 jan­vier 2015 après les at­ten­tats contreC’est rare.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.