En France, com­bien y a-t-il de nou­veaux cas de can­cers chez les en­fants par an ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION -

2 200. « En France, on compte chaque an­née en­vi­ron

1 800 nou­veaux cas de can­cers chez les moins de 15 ans et 400 chez les 15-18 ans. Ce­la re­pré­sente donc en moyenne 2 200 nou­veaux cas par an. »

Pour­quoi. « Dans plus de 9 cas sur 10, on ne sait pas pour­quoi le can­cer s’est dé­cla­ré. Ce sont ce que l’on ap­pelle des “cas spo­ra­diques” : une ou plu­sieurs cel­lules de la per­sonne mutent. Comme ces cel­lules ne fonc­tionnent plus bien, elles forment une tu­meur (une gros­seur anor­male sur la peau, un or­gane, un os...). Chez les en­fants, une seule mu­ta­tion suf­fit à pro­vo­quer un can­cer. Chez les adultes, en re­vanche, la ma­la­die ne sur­vient qu’après plu­sieurs mu­ta­tions. »

Fa­mille. « Dans 1 cas sur 10, l’ori­gine est gé­né­tique : une ano­ma­lie de l’un des gènes des cel­lules de l’en­fant ex­plique pour­quoi il dé­ve­loppe un can­cer. Dans ce cas, d’autres per­sonnes de la fa­mille risquent d’avoir un can­cer du même type. Chez l’en­fant, con­trai­re­ment à chez l’adulte, cette ma­la­die n’est ja­mais liée à un fac­teur (une cause) ex­té­rieur (ex. : l’ali­men­ta­tion, la pol­lu­tion, l’ex­po­si­tion au so­leil...). »

Gué­rir.

« Les can­cers de l’en­fant se soignent sou­vent plus fa­ci­le­ment que ceux de l’adulte. Au­jourd’hui, on par­vient à gué­rir plus de 8 jeunes sur 10. En ef­fet, la chi­mio­thé­ra­pie (une tech­nique mé­di­cale uti­li­sant des sub­stances (“ma­tières”) chi­miques pour tuer les cel­lules ma­lades) est très ef­fi­cace contre ces can­cers. Avec la chi­rur­gie, c’est l’un des trai­te­ments les plus uti­li­sés contre les can­cers de l’en­fant. » D. Viaud

Quel ad­jec­tif qua­li­fie un élé­ment fa­vo­ri­sant l’ap­pa­ri­tion d’un can­cer ?

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.